Renault : les actionnaires votent contre la rémunération de Carlos Ghosn

 |   |  327  mots
À la Bourse de Paris, l'action Renault a terminé en recul de 4,51%, à 84,28 euros, dans un marché en baisse (-2,82% pour le CAC 40, à 4.428,96 points).
À la Bourse de Paris, l'action Renault a terminé en recul de 4,51%, à 84,28 euros, dans un marché en baisse (-2,82% pour le CAC 40, à 4.428,96 points). (Crédits : © Thomas Peter / Reuters)
Le conseil d'administration va se réunir après ce vote purement consultatif. La rémunération de Carlos Ghosn a atteint 8,5 millions d'euros dont plus de 5 millions en stock-options et en paiement différé.

Les actionnaires de Renault, réunis ce vendredi 29 avril en assemblée générale, ont sanctionné le Pdg du constructeur automobile, Carlos Ghosn, en votant en majorité contre sa rémunération perçue pour 2015.

Lors du vote, purement consultatif, de cette résolution, les actionnaires ont voté à 54% contre la rémunération de Carlos Ghosn, qui a atteint 8,5 millions d'euros dont plus de 5 millions en stock-options et en paiement différé. L'an passé, sa rémunération avait augmenté de 169%, atteignant 7,2 millions d'euros, contre 2,67 millions d'euros en 2014.

"Le conseil d'administration prend acte de cet avis négatif des actionnaires, le comité des rémunérations et le conseil d'administration vont se réunir après cette assemblée pour examiner le détail de ce vote et analyser sa signification", a déclaré le président du comité des rémunérations, Patrick Thomas, après le vote.

À la Bourse de Paris, l'action Renault a terminé en recul de 4,51%, à 84,28 euros, dans un marché en baisse (-2,82% pour le CAC 40, à 4.428,96 points).

L'accord sur les droits de vote doubles validé

Lors de l'assemblée générale, les actionnaires du groupe ont par ailleurs validé "l'accord de stabilisation" encadrant l'influence de l'État au sein du groupe au losange.

"Je pense que l'Alliance sort renforcée de l'accord de stabilisation", a souligné vendredi le Pdg Carlos Ghosn devant les actionnaires.

Conclu pour 20 ans, cet accord maintient les droits de vote doubles de l'Etat, prévus par la loi "Florange", mais les plafonne dans certains cas. Parmi ces exceptions, figurent notamment les décisions relatives à la distribution de dividende (de Renault à l'Etat), ainsi que les situations à caractère exceptionnel telles que la modification ou la résiliation du RAMA (accord fondamental de l'Alliance), ou encore l'annonce d'une offre publique sur Renault.

Enfin, il prévoit un contrat entre Renault et Nissan ayant pour objet la non-interférence de Renault dans la gouvernance de Nissan.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2016 à 19:27 :
Si Ghosn est bien payé c' est à cause de l' excellence des résultats du groupe, inutile de s ' exciter et d' extrapoler sur la comète. En effet, on pourrait dire ça va bien pour ..RENAULT, ce serait ..faux car ça va mieux que bien ..!!

http://www.journalauto.com/lja/article.view/24502/renault-demarre-l-annee-en-fanfare/1/constructeurs

"La marque Renault y enregistre une croissance de 9,9% soutenue par la Clio 4, le Captur, le Kadjar, l'Espace et le Talisman, en attendant l'impact de la nouvelle Mégane lancée au premier trimestre, précise le groupe Renault. La marque Dacia y enregistre une progression de 5,7% grâce notamment à la performance de la Sandero".
a écrit le 29/04/2016 à 22:31 :
Il peut partir im est pas irremplaçable . Personne ne l'est ... Et à ce tarif , ils pourront même mettre en place un collège de directeurs pour gérer le groupe ... Et moi qui pensait naïvement que ce sont les actionnaires qui gèrent la boite ... Ici c'est le conseil d'administration qui décide en autiste
Réponse de le 30/04/2016 à 18:33 :
C'est clairement une manoeuvre socialiste et politicienne. Mais pensez-vous sérieusement que FH, qui se sait sur un siège éjectable, pourrait avantageusement remplacer le Président Ghosn ? Pire que l'Enarchie, ce serait l'Anarchie ! Pour ma part, en tant qu'Actionnaire, je fais entièrement confiance à Monsieur Ghosn, et je le remercie et le félicite pour ses succès.
a écrit le 29/04/2016 à 21:49 :
Vu les résultats de Renault, il est impossible d'en débarquer Ghosn. L'actionnaire état a voté contre cette rémunération, par ce genre de petite mesquinerie on essaie de dégoûter Ghosn pour le faire partir. Il y a eu trop de magouilles de l'état menées par Macron sur le capital de Renault. A vrai dire il est plus que temps que l'état sorte du capital de Renault pour permettre à Nissan d'y monter.
Réponse de le 29/04/2016 à 23:33 :
Absolument Nissan en prendrait le contrôle. A la place de Carlo Ghosn, je démissionnerais pour me faire embaucher plus cher dans tous les autres pays, qi aime les riches, et veulent tous les attirer et dont la France est déclassée, qui sont l'exact contraire de " Moi Président, Je " (17 fois) " c'est vrai que je n'aime pas les riches ". La France 5ème puissance économique mondiale en 2012, largement distancée de 30% devant par le Royaume Uni, et bientôt dépassé par une autre. 1er partenaire économique de l'Allemagne en 2012, troisième en 2016, dépassée par les U.S.A et Les Pays Bas !!!!!!. LE DECLASSEMENT ET DECLIN FRANCAIS S'ACCELERE. toujours moins de croissance du P.I.B que les autres : le déclassement s'accélère donc toujours plus rapidement
Réponse de le 30/04/2016 à 18:57 :
Renault bénéficie d'un Conseil remarquable, composé d'Entrepreneurs de talents. A ma connaissance, il n'y a d'ailleurs qu'un seul énarque. On ne peut qu'espérer qu'en 2017, l'Etat reconnaîtra son incompétence et cédera le solde de sa participation, permettant ainsi de renforcer encore l'Alliance, essentielle pour l'avenir de Renault.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :