Pour Lafarge, sa réorganisation aura un impact limité sur l'emploi

 |   |  350  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le cimentier français a annoncé lundi soir une nouvelle organisation hiérarchique par pays pour accélérer son développement et améliorer les résultats du groupe, une démarche qui pourrait avoir un impact sur les effectifs.

Lafarge a annoncé lundi une nouvelle organisation à partir de janvier 2012, qui prévoit trois mesures principales : "la mise en place d'une organisation par pays, avec des patrons de pays aux responsabilités étendues à l'ensemble des activités, la réduction d'un niveau hiérarchique avec pour objectif la suppression de l'échelon régional et la transformation de l'organisation et des attributions du comité exécutif".

Le premier cimentier mondial, qui a dévoilé début novembre 500 millions d'euros de nouvelles réductions de coûts en grande partie pour 2012, va abandonner son organisation par activité ainsi que l'échelon hiérarchique régional. Dès l'année prochaine, il va mettre en place un nouvel organigramme."Il va nous permettre d'être plus focalisé sur les besoins de nos marchés et de nos clients, et d'accélérer le développement du groupe par la croissance organique et l'innovation." a précisé le PDG, Bruno Lafont, dans un communiqué.

Chaque patron pays aura désormais des responsabilités élargies à l'ensemble des métiers de Lafarge à l'échelle locale et s'appuiera sur des fonctions support mises en commun. Le projet de nouvelle organisation, qui prévoit également la création au sein du comité exécutif d'une fonction performance confiée au directeur général adjoint Guillaume Roux, doit entrer en vigueur à l'issue des procédures d'information-consultation requises. "Vous savez que nous avons mis en place des actions de réduction des coûts qui sont menées parallèlement, tout ceci n'est pas incompatible, je dirais même plus, c'est compatible", a précisé Bruno Lafont au cours d'une téléconférence.

Le patron du groupe s'est voulu rassurant concernant une possible réduction de ses effectifs. Il a déclaré : "mais aujourd'hui, à ce stade, il est prématuré de parler de conséquences en terme d'emploi (...) Et l'impact, s'il y en a un, nous pensons qu'il serait limité." Le groupe employait fin 2010 quelque 76.000 personnes, dont 15.600 en France. Depuis cette date, Lafarge a cédé une grande partie de ses activités dans le plâtre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :