« Après des années de tout-voiture, nous assistons à une vraie rupture » (Ghislaine Geffroy, Saemes)

ÎLE-DE-FRANCE BUSINESS. Directrice générale de Saemes, Ghislaine Geffroy, était l'invitée, le 26 avril à 18h45, de BFM Île-de-France et de La Tribune dans le cadre de l'émission "Bonsoir l'Île-de-France". La gestionnaire de places de stationnement en sous-sol et en surface y souligne que "le modèle économique n'est plus le même qu'il y a quarante ans".
César Armand

3 mn

Depuis la rentrée de janvier, La Tribune et BFM Île-de-France s'unissent pour vous proposer, à travers l'émission Île-de-France Business (tous les mardis à 18h45), l'interview d'un décideur de l'économie francilienne au cœur de l'actualité. Une occasion de décrypter ensemble les dossiers, enjeux et tendances de l'économie locale, animée par Marguerite Dumont pour BFM Île-de-France et César Armand pour La Tribune.
Depuis la rentrée de janvier, La Tribune et BFM Île-de-France s'unissent pour vous proposer, à travers l'émission Île-de-France Business (tous les mardis à 18h45), l'interview d'un décideur de l'économie francilienne au cœur de l'actualité. Une occasion de décrypter ensemble les dossiers, enjeux et tendances de l'économie locale, animée par Marguerite Dumont pour BFM Île-de-France et César Armand pour La Tribune. (Crédits : C.A.)

Île-de-France Business avec La Tribune: Parkings, toutes les nouveautés en IDF-26/04

Le nombre de véhicules est en baisse dans la métropole du Grand Paris. Sur les 3 millions immatriculés au 1er janvier 2021, 2,6 millions sont des voitures, 360.000 des véhicules utilitaires légers (VUL) et 51.800 des poids lourds, des bus et des autocars. Autant, le nombres de voitures électriques a bondi de 7.000 en 2020 ; autant, le nombre de voitures thermiques et de VUL chute, chaque année, de 6.800 depuis 2018.

Lire aussi 6 mnPour ou contre : faut-il accélérer la création de zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) pour les véhicules particuliers ? Grégory Doucet face à Philippe Tabarot

"Le modèle économique n'est plus le même qu'il y a 40 ans"

Invitée le 26 avril de BFM Île-de-France et de La Tribune dans la séquence "Île-de-France Business" de l'émission "Bonsoir l'Île-de-France", la directrice générale des parkings Saemes confirme les conclusions de cette étude de l'Atelier parisien d'urbanisme (APUR) sur l'évolution et les tendances de renouvellement du parc automobile dans la métropole du Grand Paris.

"Après des années de tout-voiture, nous assistons à une vraie rupture liée aux politiques de protection de l'environnement et de la santé des citoyens", déclare Ghislaine Geffroy.

"Le citoyen-lambda a pris conscience qu'il y avait autre chose que la voiture thermique", ajoute-t-elle.

A la tête d'une société d'économie mixte qui gère en sous-sol comme en surface des places de stationnement, et dont la ville de Paris est l'actionnaire majoritaire, Ghislaine Geoffroy admet que "le modèle économique n'est plus le même qu'il y a quarante ans". Par exemple, il y a dix-quinze ans, personne ne parlait de voiture électrique, alors qu'aujourd'hui, c'est la voiture la plus achetée.

Lire aussi 5 mnDeux-roues, parkings, stationnement: la Ville de Paris prépare son big bang de l'espace public

3 offres de recharge électrique proposées

La directrice générale de Saemes "s'adapte" donc à cette nouvelle donne. Sous la place de la Madeleine, elle vient ainsi d'ouvrir, en partenariat avec TotalEnergies, un parking de près de 1.000 places, dont la moitié sont équipées de bornes de recharges électriques.

L'obligation légale est de 5%, mais nous sommes largement au-dessus. Nous couvrons tous nos parkings avec un taux d'équipement qui avoisine les 20, 30 voire 50%", assure Ghislaine Geffroy.

Trois offres sont ainsi proposées: de la recharge lente pour quelques heures ou la nuit, de la recharge un peu plus rapide le temps de faire quelques courses, ou de la recharge "ultra-rapide" où l'automobiliste "vient comme il remplit son réservoir".

"Le prix n'est évidemment pas le même et dépend aussi bien du prix de l'électricité - une variable que l'on maîtrise moins en ce moment - que du coût d'amortissement des équipements mis en place", poursuit la directrice générale de Saemes.

Lire aussi 14 mnVoiture électrique : le casse-tête des bornes de recharge dans les "zones blanches"

César Armand

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 03/05/2022 à 6:04
Signaler
Le particulier préfère, maintenant, diminuer ses charges que d'augmenter ses profits!

le 03/05/2022 à 9:07
Signaler
facile de critiquer le transport individuel mais ou sont les transport collectif la sncf egale 0 le metro pour une minorite de francais et tout ceux qui ont choisi la campagne il sont puni alors il faut taxer ceux de ville qui se rende a la cam...

à écrit le 02/05/2022 à 16:38
Signaler
Oui il devient impossible de se fournir en pièce détaché, les véhicules d'occasion ont prix 15%, le manque de matière première qui fait monter le prix des véhicules ! il ne s'agit pas la d'une transformation, juste que la plupart des gens pour caus...

le 03/05/2022 à 10:29
Signaler
"les véhicules d'occasion ont pris 15%" vu que l'offre en neuf est réduite (on doit mettre une boite noire dans les véhicules neufs pour réduire (ah ah ??) de 20% le nombre de tués en UE. Les composants et puces manquent (j'ai vu des condensateurs CM...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.