BNP Paribas mise sur le coliving pour se démarquer de la concurrence

 |   |  674  mots
L'équipe de Colivme
L'équipe de Colivme (Crédits : DR)
La filiale immobilière de BNP Paribas, BNP Paribas Real Estate, vient de lancer Colivme, une place de marché entre étudiants, jeunes actifs, futurs retraités et les opérateurs du coliving. En réalité, elle mise sur cette jeune pousse développée en interne pour devenir l'interlocuteur unique de ces nouveaux acteurs en matière de promotion, d'investissement et de gestion.

Acteur généraliste de l'immobilier - promoteur, conseil, expert, gestionnaire et investisseur -, BNP Paribas Real Estate investit désormais le terrain du coliving. Il s'agit, pour les étudiants, jeunes actifs et futurs retraités - les cibles identifiées  - de vivre dans une chambre et d'avoir d'autres pièces de vie à disposition dans des espaces communs.

Lire aussi : Le coliving et le coworking s'imposent dans l'immobilier

Aujourd'hui en France, le coliving n'est pas encore soumis à une réglementation particulière, permettant aux groupes immobiliers de se positionner sur ce créneau sans respecter les contraintes juridiques liées à tel ou tel format. Une résidence étudiante, par exemple, se doit d'accueillir 70% d'étudiants, auquel cas elle ne peut plus être considérée comme telle.

Lire aussi : Coliving : quel modèle réglementaire adopter pour une meilleure flexibilité ?

Flexibilité, services et communauté


Après s'être positionnée sur la smart city mi-juillet en disant vouloir apporter à ses clients davantage "un socle de services" plutôt que des logements ou des bureaux, la filiale de BNP Paribas vient de lancer Colivme, une place de marché ("marketplace") entre les publics qui souhaitent essayer le coliving et les opérateurs qui proposent cette prestation.

"Le coliving offre de la flexibilité dans la durée de l'engagement, des services matériels (équipements sportifs) et immatériels (ménage) appréciés par les utilisateurs, ainsi qu'une communauté", résume Guillaume Joly, directeur du département Research France de BNP Paribas Real Estate.

Un premier tri avant d'accueillir le "coliveur"

Concrètement, cette plateforme permet de choisir la localisation de la résidence, de s'informer sur la vie du quartier, la nature des espaces privatifs, des espaces communs, des activités, et bien sûr de connaître le prix tout inclus. S'y ajoute une visite en réalité virtuelle à 360° des lieux pour "bien comprendre et répondre aux interrogations", expliquent Alexandre Marcadier et Lionel Bodénès, collaborateurs de la filiale de BNP Paribas et co-fondateurs de la jeune pousse développée en interne.

Une fois que le "coliveur" a sélectionné l'emplacement de son choix, son "profil anonymisé" est envoyé à l'opérateur partenaire de la filiale de la banque. Ce dernier regarde alors selon ses critères, mais particulièrement les réponses aux questions sur ses motivations et ses loisirs. C'est seulement après ce premier tri qu'il prend contact avec l'étudiant, le jeune actif ou le futur retraité pour l'accueillir.

Le modèle économique est simple : en contrepartie de la signature d'un bail mobilité, d'un bail meublé classique ou d'un bail meublé touristique, Colivme prend un pourcentage - confidentiel - sur le premier loyer mensuel. Si elle travaille déjà avec douze acteurs du coliving et recense près de 300 "coliveurs" qualifiés pour 1.500 chambres sur son portail, sur un total français de 5.000 lits, la startup parie sur les perspectives de développement de ces nouveaux entrants dans l'Hexagone et à l'international.

Devenir l'interlocuteur unique des acteurs du coliving

En réalité, BNP Paribas Real Estate, qui compte déjà 7.000 chambres avec son réseau Studélites Résidences, veut prendre de vitesse ses concurrents. Outre la mise en relation apportée par Colivme, la filiale de la banque espère bien s'imposer comme le promoteur, le gestionnaire et l'investisseur des acteurs du coliving.

"On les rencontre, on va sur site et on peut même leur trouver de nouvelles surfaces", explique Olivier Bokobza, président de la jeune pousse et directeur général du résidentiel chez BNP Paribas Real Estate. "En France, le coliving est encore naissant. C'est pourquoi nous voulons tout faire en sorte pour être précurseurs."

La filiale de la banque possède en outre 4 millions de mètres carrés de bureaux en Europe, dont 25-30%, selon elle, a un impératif de reconversion. "Cela peut être un terrain de chasse futur", estime ainsi son PDG Thierry Laroue-Pont. Réponse dans un an lorsque sera venu le temps du retour d'expérience.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2019 à 16:00 :
"Il s'agit, pour les étudiants, jeunes actifs et futurs retraités - les cibles identifiées - de vivre dans une chambre et d'avoir d'autres pièces de vie à disposition dans des espaces communs".

Ces jeunes finiront dans des résidences Sénoriales ou Domitys comme leurs parents.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :