Immobilier : la signature électronique entre en scène

 |   |  414  mots
Le métier d'agent immobilier prend une fois de plus le virage numérique.
Le métier d'agent immobilier prend une fois de plus le virage numérique. (Crédits : Reuters)
Le spécialiste de la certification électronique, Yousign, et la startup de la legal tech, Modelo, travaillent ensemble depuis le 1er février à la généralisation de la signature dématérialisée pour l'ensemble des actes des agences immobilières.

La startup Modelo, leader français de la rédaction d'actes juridiques dans l'immobilier, et Yousign, spécialiste de la signature électronique, sont désormais partenaires. Depuis le 1er février 2018, et sous leur égide, ce sont pas moins de 30.000 paraphes dématérialisés qui ont déjà été réalisés par mois dans quelque 4.000 agences.

D'après les deux acteurs, les professionnels seraient même très heureux de faire signer tous les documents sur un ordinateur, une tablette, ou un téléphone portable, plutôt que de convoquer locataires et propriétaires autour d'une table. Par exemple, pour un compromis de vente, pendant qu'un acheteur signe en agence, un vendeur peut rester chez lui.

« On peut tout faire à distance, assure Etienne Petit, co-fondateur de Modelo, si bien que les agences la plébiscitent déjà. Foncia Transactions, qui a été la première utilisatrice, veut d'ailleurs l'utiliser à terme pour 100% de ses mandats. »

Yousign se charge, elle, de l'accompagnement technique et juridique, apportant l'outil numérique et fournissant aux agents tous les éléments légaux et juridiques attestant de la certification du dispositif au niveau français et européen.

« Nous représentons la brique qui vient s'intégrer le plus finement dans leur logiciel. Le secteur de l'immobilier est friand de la signature électronique et, avec celui de la banque et de l'assurance, s'affirme comme celui qui en déploie le plus », avance même son directeur Luc Pallavidino.

Le temps du gâchis de papier est révolu

Terminées les impressions de centaines de papiers en multiples exemplaires, une perte de temps et d'argent pour toutes les parties.

« La signature électronique évite en effet aux agents de copier, scanner et envoyer 600 pages (en moyenne, Ndlr). Les clients, eux, n'ont plus à parapher chaque page, mais simplement à apposer leur signature à un endroit unique », explique Etienne Petit de Modelo.

Finis aussi les envois de recommandés. Dans son offre, Yousign propose le service AR24, le recommandé électronique, qui coûte 2,49 euros par destinataire, alors qu'un recommandé classique vaut 6 euros.

Il est en effet temps que les agents immobiliers adoptent le virage de la numérisation, sachant que les notaires ont déjà l'obligation légale de projeter le texte de l'acte sur un écran pour la relecture commune avec les acquéreurs et les vendeurs d'un bien. C'est enfin un gage de modernité à l'heure où des startups viennent concurrencer à coup de frais minimes les réseaux d'agences bien établis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2018 à 18:29 :
Magnifique !
En parallèle pour une caution, la signature sur papier n'a aucune valeur, il faut copier manuellement une demi-page de blabla.
Dans un pays où le citoyen est toujours irresponsable (par exemple sa signature ne vaut rien), voyons comment la gestion de la caution va évoluer.
a écrit le 30/08/2018 à 15:35 :
Toutes ces belles signatures électroniques à portée de main d'escrocs numériques. Qui peut assurer qu'une signature électronique n'est utilisée qu'une fois et n'est pas piratable.
Réponse de le 31/08/2018 à 14:23 :
Qui peut assurer qu'une signature papier n'est utilisée qu'une fois et n'est pas copiable ?
La signature électronique, souvent couplée avec un système de double authentification par sms, est bien plus sécurisée qu'un gribouilli toujours différent fait sur un bout de papier.
Par ailleurs l'acte le plus impactant, à savoir l'acte de vente, reste un acte authentique signé devant notaire.
a écrit le 30/08/2018 à 4:07 :
600 pages a parapher. Vive le colbertisme.
a écrit le 30/08/2018 à 0:43 :
L'article comporte une erreur. Pour les notaires, il faut distinguer deux choses la signature électronique et la publique de l'acte vers les services de l'Etat de façon dématérialisée. Seule cette dernière démarche appelée téléacte est obligatoire. Un notaire peut tout a fait recevoir des actes en version papier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :