Les architectes entrent dans la tech

 |   |  671  mots
Les architectes se mettent, à leur tour, à fonder leur start-up pour répondre aux demandes d'un écosystème toujours en quête de solutions innovantes.
Les architectes se mettent, à leur tour, à fonder leur start-up pour répondre aux demandes d'un écosystème toujours en quête de solutions innovantes. (Crédits : Espaces Atypiques)
Parties prenantes de nombreux projets immobiliers pour collectivités, particuliers et professionnels, les architectes créent désormais leur propre start-up pour proposer de nouveaux services à leurs clients. Portrait croisé d’Adrien Martin, CEO d’Archidvisor, et d’Olivier Menard, co-fondateur d’Archibien.

Il existe en France près de 20.000 architectes, le plus souvent installés en agences. Ils se doivent d'intervenir dès lors que la construction d'un bien public ou privé neuf dépasse les 150 mètres carrés. Ce corps de métier porte en effet la responsabilité de tous les aspects d'un bâtiment, de sa conception au suivi économique du projet en passant par la qualité de sa réalisation. Bien souvent, le promoteur ou l'industriel demande un ouvrage fonctionnel quand le décideur institutionnel peut lui laisser davantage de créativité.

Alors que les agences immobilières ayant pignon sur rue se font concurrencer par des plateformes 100 % numériques et que les promoteurs traditionnels sont confrontés à de nouveaux acteurs, les architectes se mettent, à leur tour, à fonder leur start-up pour répondre aux demandes d'un écosystème toujours en quête de solutions innovantes.

Un comparateur et un accompagnateur

« Mon entourage me demandait souvent de l'aide alors que je n'étais pas nécessairement la personne la plus adaptée pour répondre à leurs besoins. De même, je remarquais qu'il y avait beaucoup de comparateurs mais qu'il n'en existait pas pour les architectes. Or, un mauvais choix peut être synonyme de mauvais travaux à la fin », raconte ainsi Adrien Martin, CEO d'Archidvisor qui a été le premier à signer en juillet dernier un partenariat avec le Conseil national de l'ordre des architectes.

La démarche d'Archibien diffère quelque peu : «  Nous avons pris le parti de copier le système des consultations publiques et de l'appliquer au privé. Nous accompagnons en effet nos clients dans l'estimation de leur projet, dans l'évaluation du cadre réglementaire et dans l'assistance à la maîtrise d'ouvrage », explique son co-fondateur Olivier Menard.

Trois architectes mis en concurrence

Chez Archidvisor, le client renseigne ainsi son projet et ses délais avant que la plateforme ne lui donne une liste d'architectes selon des critères géographiques. Libre, ou non, de suivre cette proposition initiale, le porteur du projet va ensuite soumettre ses idées à trois professionnels qui vont accepter, ou non, de le rencontrer. Dès lors que le client a vu les architectes et reçu leur devis, il va en choisir un.

La startup Archibien aide, elle, à la rédaction du cahier des charges, lance une consultation, organise le premier rendez-vous simultané avec les trois architectes et le client, avant de laisser trois semaines aux professionnels pour soumettre leurs idées au porteur de projet. Celui-ci reçoit en outre les plans 48 heures avant leur remise officielle afin de pouvoir ses poser ses questions le jour J aux architectes.

Pourcentage d'un côté, forfait de l'autre

Tout n'est pas aussi simple pour autant. « Cela a été compliqué au début de se faire accepter par les architectes, avoue Adrien Martin d'Archidvisor, ils nous voyaient comme un intermédiaire. » Aujourd'hui, 1.500 professionnels sont inscrits sur son site et dès que l'un d'eux est sélectionné, il empoche 93 % du contrat et en verse 7 % à la jeune pousse.

A défaut de pourcentage fixé à l'avance, Archibien propose, elle, pour les particuliers des forfaits de 900, 1.200 et 1.500 euros, et pour les professionnels de 1.200, 1.500 et 1.800 euros. Pour le montant le plus élevé, le client peut s'offrir un jury d'experts de l'immobilier pour l'aider à prendre sa décision. A la différence de son homologue, Olivier Menard dédommage aussi les architectes non retenus via une commission payée par le lauréat.

Levée de fonds en cours des deux côtés

Archidvisor, né en juin 2016, comme Archibien, qui a d'abord vu le jour sous le nom de La Palette en 2015, lèvent actuellement des fonds. La première affiche d'ailleurs un ticket moyen de 135.000 euros de prestations quand la seconde n'accepte aucun budget de moins 50.000 euros.
Toutes deux poursuivent enfin les mêmes objectifs : fidéliser toujours plus d'architectes sur leur portail et attirer des clients de toute la France, et pas seulement dans les grandes métropoles où se trouvent les ménages les plus riches.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :