Les prix des logements anciens à Paris commencent à baisser

 |  | 617 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Dans la capitale, « la hausse annuelle pourrait être inférieure à 1%, ce qui n'est pas arrivé depuis 2015 », selon la Chambre des notaires.

Les prix des logements anciens à Paris ont grimpé de 5,4% sur un an au quatrième trimestre 2020, avec une moyenne de 10.770 EUR le mètre carré, mais ont amorcé une légère baisse qui pourrait se prolonger en 2021, selon la Chambre des notaires.

Dans la capitale, "les prix ont fait une pause du 3e au 4e trimestre 2020 en passant de 10.790 EUR le m2 à 10.770 EUR", selon la Chambre des notaires du Grand Paris.

"Après un record historique en novembre 2020 (10.850 EUR le m2) suivi d'une baisse, la tendance baissière des prix devrait se prolonger dans les prochains mois à Paris. La hausse annuelle pourrait être inférieure à 1%, ce qui n'est pas arrivé depuis 2015", ajoute l'organisation dans un communiqué.

Lire aussi : La baisse des prix dans l'immobilier ancien à Paris : pourquoi, jusqu'où ?

"Aujourd'hui, la tension [sur les prix] diminue" mais "quand les biens sont au prix du marché, les ventes se font sans négociation", a commenté au cours d'une conférence de presse Thierry Delesalle, le président de la commission des statistiques immobilières de la Chambre.

Le "freinage, initié dans Paris, se dessine et se diffuse progressivement vers la proche périphérie", selon la Chambre.

Globalement, selon les notaires, de nombreux éléments décrivent en Ile-de-France "un marché qui résiste, compte tenu d'un contexte économique, psychologique et social particulièrement difficile, mais qui s'essouffle et se fragilise".

Ainsi à Paris "les prix, qui augmentaient encore de 8% par an au 1er trimestre 2020, de 7,8% au 2e trimestre puis de 7% au 3e trimestre, n'étaient plus qu'en hausse annuelle de 5,4% au 4e trimestre 2020", selon l'organisation professionnelle.

D'après les indicateurs avancés sur les avant-contrats, dans Paris, "le mouvement légèrement baissier se prolongerait début 2021 pour laisser un prix au mètre carré attendu à 10.600 EUR en avril 2021, en baisse de 0,4% en 3 mois".

Il serait ainsi quasiment identique (+0,8%) à la valeur d'avril 2020 (10.520 EUR le m2), selon la même source.

La Grande Couronne attire

Au quatrième trimestre, les prix au m2 s'échelonnent entre 9.210 EUR dans le XIXe arrondissement et 14.240 EUR dans le VIe, c'est-à-dire "1,55 fois plus cher que le XIXe" ce qui est un "ratio historiquement bas", selon les notaires.

Au 4e trimestre 2000, le quartier le plus onéreux était cinq fois plus cher que le quartier le plus abordable, rappellent la Chambre des notaires.

Quatre arrondissements se situent encore en dessous de 10.000 EUR le m2 (XIIe, XIIIe, XIXe et XXe), tandis que quatre dépassent 12.000 EUR le m2 (Paris Centre, Ve, VIe et VIIe). Le VIe arrondissement est le seul à dépasser 14.000 EUR le m2.

Conséquence de l'épidémie de Covid-19 et des restrictions de déplacement, le nombre d'acquéreurs étrangers non résidents, habituellement trés présents sur le marché de l'immobilier haut de gamme, n'a jamais été aussi bas, avec 1,8% des ventes contre 2,5 à 3% habituellement.

Pour 2021, les notaires restent prudents, car l'année sera "la résultante, complexe et incertaine, d'un contexte économique qui pourrait se durcir pour les ménages et d'une situation sanitaire toujours très fragile".

Par ailleurs, la situation sanitaire, les confinements et le développement du télétravail semblent précipiter les choix de vie pour certains en poussant de nombreux parisiens hors de la capitale.

Le marché de la maison en Ile-de-France "a bel et bien profité d'une attractivité renforcée avec une croissance de ses volumes de ventes de 8%, uniquement imputable à la Grande Couronne (+13%), où l'offre est abondante et les prix plus modérés".

Les notaires de Grande Couronne indiquent rencontrer davantage d'acquéreurs parisiens et de la Petite Couronne que dans le passé, intéressés par de grandes maisons.

Lire aussi : Immobilier : pourquoi Tours et Orléans flambent

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2021 à 3:37 :
Nombre de personnes ayant contracte des emprunts avant corona pour acheter vont perdre le moyen de regler les mensualites a cause de perte d'emploi.
Ca va vendre a tire-larigot et les prix vont drastiquement degringoler faute de clients.
Le neuf ou recent va suivre obligatoirement et la bulle va peter. On observe le phenomene a Londres, mais pour d'autres raisons.
Paris va se vider encore de ses habitants.
a écrit le 25/02/2021 à 18:29 :
Augmenter de 1% c'est baisser ?
a écrit le 25/02/2021 à 17:13 :
he ben payer 10.000 euros le m2 dans le 19eme, faut laisser ca aux bobos ecolocitoyens.........
qu'ils decouvrent un peu la vraie vie
Réponse de le 25/02/2021 à 17:32 :
le 19eme c'est très varié. Il y a une partie Buttes Chaumont / Mouzaia / Bassin de la Villette qui est agréable, bien desservie en transport, avec des commerces de qualité, etc. Donc les 10k peuvent se comprendre.
Et il y a le reste où là c'est un peu plus compliqué par ex. Jaurès, Flandres,... ^^'

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :