Location immobilière : quand la tech simplifie les démarches

 |   |  772  mots
Être appelé pour un logement, se voir proposer une caution sans demander à ses proches et ne plus faire les changements administratifs, c'est le rêve de tout jeune actif ou de tout ménage qui s'installe.
Être appelé pour un logement, se voir proposer une caution sans demander à ses proches et ne plus faire les changements administratifs, c'est le rêve de tout jeune actif ou de tout ménage qui s'installe. (Crédits : iStock)
Louer un appartement ou une maison est souvent long et laborieux. Il faut dénicher la perle rare, parfois chercher un garant pour la caution, avant de se lancer dans des démarches administratives complexes et chronophages.

Scruter la vitrine d'une agence immobilière ou se connecter sur une plateforme spécialisée, rencontrer ou prendre contact avec un professionnel assermenté, remplir une fiche, constituer un dossier, et enfin visiter. Toute personne qui a cherché à louer un appartement ou une maison a suivi ce parcours.

Quand la startup trouve le logement idéal

Cherchemondid.com renverse ce processus, en partant des besoins du futur locataire (ou propriétaire). Ce dernier dessine sa zone à la rue près sur une carte, définit ses critères (type de bien, superficie, budget...), renseigne d'autres « détails » et ses coordonnées. Pour valider l'authenticité de sa démarche, il reçoit sur son téléphone un code à reporter sur le site.

Le formulaire envoyé, le mail atterrit dans les messageries des professionnels de la zone géographique sélectionnée. Antoine Huvé et son équipe assurent, en effet, avoir inscrit les 30.000 agents et mandataires français dans leur base. Libre à eux de regarder ou non la demande reçue. En revanche, s'ils veulent contacter le particulier, ils bénéficient de cinq coordonnées client gratuites. Au-delà, ils doivent payer 4,99 euros l'unité ou s'abonner à hauteur de 39 euros par mois et par négociateur, ou de 55 euros mensuels par agence.

Le particulier, lui, ne paie rien, mais reçoit soit un appel, soit un mail l'informant « qu'un professionnel vous a retenu », qui conduit à une messagerie instantanée où il peut échanger directement avec le professionnel. Une fois la perle rare trouvée, il se reconnecte sur son espace personnel pour désactiver sa recherche. S'il ne s'est pas manifesté pendant huit jours, c'est la plateforme qui se charge de supprimer sa requête.

Le site qui apporte la caution au propriétaire

Avant de signer le bail, le futur locataire peut se connecter à la plateforme Cautioneo et y renseigner une trentaine d'informations qualitatives et quantitatives (épargne disponible, salaire, type de contrat de travail...) qui, passées au filtre d'un algorithme, permettent de calculer s'il est éligible à la garantie.

« C'est gagnant-gagnant », résume son co-fondateur Julien Chenet. « En apportant cette sécurité au propriétaire, on lutte contre l'usurpation et la fraude documentaire. Du côté du futur locataire, il peut mettre en avant l'attestation obtenue lors des dépôts de dossier, afin de montrer son sérieux et se distinguer des autres candidats. »

Dès que le locataire est dans les murs, le propriétaire est couvert par un « passeport garantie des loyers impayés » dans la limite de 96.000 euros, soit 4.000 euros par mois pendant deux ans. Un « passeport dépôt » vient, lui, couvrir les dégradations à hauteur de 24.000 euros maximum.

Le locataire doit débourser 3,5% du loyer s'il souhaite être couvert par la première offre, à laquelle s'ajoute 1% supplémentaire pour la seconde. L'occupant est également couvert en cas de perte d'emploi ou d'hospitalisation de longue durée.

Déménager sans avoir à téléphoner

Une fois la question de la caution réglée, reste encore au locataire à s'occuper des contrats d'électricité, du suivi du courrier, de l'abonnement à Internet ou encore de l'assurance habitation. D'après la jeune pousse Papernest, 2,6 millions de foyers déménagent chaque année et sont donc aussi nombreux à répéter les mêmes informations à chaque fois.

« 30% à 40% des gens changent de contrat à ce moment-là. Sachant que c'est très pénible et un peu stressant, des agents travaillent avec nous et nous mettent en relation avec leurs clients », explique son président Philippe de la Chevasnerie. « C'est gratuit pour l'utilisateur qui n'a plus à appeler trois personnes différentes de la même entreprise. En revanche, le fournisseur paie pour qu'on fasse le service à sa place. »

Concrètement, la startup compte déjà 210 salariés. Une équipe travaille sur la technologie qui permet de savoir à quoi le client est éligible, par exemple, en matière d'énergie ou de débit Internet, une autre fonctionne comme une fonction support qui prend rendez-vous avec des techniciens spécialisés.

Si, lors de cette étape, l'utilisateur veut changer de fournisseur, c'est l'heureux élu qui paie. Souvent, il se trouve déjà dans la base de données, signataire d'un accord-cadre avec la jeune pousse. Mais cette dernière doit encore séduire les 90% des Français qui continuent à faire leurs démarches eux-mêmes.

Être appelé pour un logement, se voir proposer une caution sans demander à ses proches et ne plus s'occuper en direct des changements administratifs, c'est le rêve de tout jeune actif ou de tout ménage qui s'installe. Grâce à la tech, ce songe devient peu à peu réalité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2018 à 18:37 :
Quel locataire va payer 4,5 % du loyer si c’est facultatif ?
pour les options de sécurité ( impayé et garantie dégât et sécurité en cas de perte d’emploi )

Après les 30 questions qui valident le contrat : il n’y a pas d’envoi de documents officiels ?

Dans tous les cas le locataire sera obligé de passer en réel à l’agence pour apporter les preuves ( originaux)de solvabilité

Bien que ce système, tout le monde n’aura pas accès à cause de l’économie et du coût

Est ce que les agences immobilières réclameront également des frais d’agence pour la location ?

Je demande à voir le résultat de cette starup , j’espère que ça fonctionnera bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :