Logement neuf : les promoteurs alertent le gouvernement et les maires

 |   |  730  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
La chute de 7% des permis de construire et des mises en chantier en 2018 inquiète les professionnels de l'immobilier à un an des élections municipales. La fédération des promoteurs demande au gouvernement "une politique claire, lisible et continue" et, appelle les maires à se saisir du "choc d'offres".

Le ralentissement de la production de logements neufs et des ventes se poursuit. 40.000 permis de construire en moins ont été accordés en 2018 par rapport à 2017 et 20.000 logements de moins ont été mis en chantier l'an dernier par rapport à l'année précédente. « Ces chiffres sont vraiment préoccupants », souligne le délégué général de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) Alexis Rouque.

L'année 2018 a effectivement été marquée par l'entrée en vigueur de l'impôt sur la fortune immobilière, la suppression de l'APL accession et l'expectative des élections municipales du printemps 2020.

Lire aussi : Les promoteurs en campagne un an avant les municipales

Ce « tassement » est notamment dû à « une cacophonie du gouvernement sur la fiscalité », estime Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI. Selon elle, « l'ambiance est assez anxiogène » « Il y a un attentisme des investisseurs car on ne sait pas où cela va nous mener ». C'est pourquoi la professionnelle du logement neuf demande à l'exécutif « une politique claire, lisible et continue ».

"Une alerte plus qu'une alarme"

La chute de 7% des permis de construire et des mises en chantier en 2018 sont "irrattrapables"se désespère la présidente François-Cuxac. « On fait clairement face à un problème d'offre ». Les raisons sont nombreuses : terrains trop chers, coûts de construction qui ont augmenté significativement et des prix de vente qui ne parviennent pas à absorber ces dépenses. « C'est une alerte plus qu'une alarme », insiste encore la patronne de la Fédération des promoteurs immobilières.

Alors qu'un projet d'aide aux maires-bâtisseurs se dessine au ministère de la Ville et du Logement, les professionnels se tournent vers les élus locaux : « Les clés du choc d'offres sont entre vos mains ». Dans le même temps, ils se rapprochent de la Fédération française du bâtiment (FFB) pour travailler tant sur les délais de paiement que sur la formation et la qualité.

Le défi du mille-feuille francilien

Plus tard dans la journée du 28 février, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers d'Île-de-France s'est livré, devant les notaires du Grand Paris, à un véritable réquisitoire contre les politiques actuelles. Si Marc Villand se félicite de la "restructuration de la ville sur la ville" avec "une densification qui ne cesse de s'accentuer"il montre son impatience quant à la livraison du Grand Paris Express.

« Les prévisions de financement ont été multipliées par trois et tout le surcoût va reposer sur les entreprises avec l'augmentation de la taxe sur les bureaux. »

Les parlementaires ont effectivement augmenté de 10% la taxe sur les bureaux de Paris et des Hauts-de-Seine, mais ils ont également adopté une taxe additionnelle régionale de 15% à la taxe de séjour.

Par ailleurs, le PDG d'Interconstruction semble détester le mille-feuille francilien.

« Etablissements publics territoriaux dont la ville de Paris, métropole du Grand Paris qui est un établissement public de coopération intercommunale, communautés urbaines, communes... Comment répondre à ces enjeux avec des paramètres aussi peu stabilisés ? » s'interroge le patron régional de la FPI.

Il en oublierait presque les sept départements et la région, mais il est vrai que ceux-ci n'ont pas le pouvoir de délivrer les permis de construire que détiennent les maires.

S'assurer du "oui" de celui qui peut dire "non"

Les élus locaux, justement, « nous demandent des logements toujours plus grands et les habitants des logements toujours plus petits », poursuit Marc Villand. A un an des élections municipales, il cite le Grand Londres et son assemblée de 25 élus qui a la compétence logements. En France, au contraire, « il faut s'assurer du "oui" de celui qui peut dire "non" ». Le professionnel préfère donc ironiser sur « ces entreprises qui paient des commerciaux pour être à tous les cocktails » ou celles qui lancent des fondations d'art contemporain. Avant d'avouer que lui-même y songe.

« Nous sommes des adeptes de Darwin : on s'adapte et on se singularise pour être visibles ». Le président de la FPI Île-de-France se refuse néanmoins à prendre parti dans le débat institutionnel : « Nous raisonnons région-capitale ». Comme une certaine Jacqueline Gourault, alors ministre auprès du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, venue devant les mêmes notaires dans la même salle en décembre 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2019 à 12:45 :
Moins de construction = pénurie! C'est bon pour mes loyers de mes investissements. Merci
a écrit le 01/03/2019 à 12:25 :
Plaignons tous en cœur les promoteurs
a écrit le 01/03/2019 à 11:58 :
Entre les sur-réglementations franco-françaises, la drogue des aides financières, et les annonces stressantes pour les propriétaires, il est normal que ce secteur d'activité ne répondent plus aux besoins du marché et des citoyens.
a écrit le 01/03/2019 à 9:58 :
Les gouvernements changent la fiscalité régulièrement en fonction des humeurs du moment. Cette instabilité fiscale pour les entreprises et les particuliers est la principale cause du manque de dynamisme de l'économie. Pour faire bref, le pays est très mal géré.
Une équipe de politiciens très éloignés des réalités du terrain sortant tous d'écoles formant des administratifs type ENA par ex.
Il faudrait changer le personnel politique qui phagocyte les postes depuis des années, diversifier les formations, des ingénieurs , des architectes, paysans , artisans , des personnes ayant travaillé dans la vie réelle.etc... Il n'y a pas que l'ENA sur terre.
a écrit le 01/03/2019 à 9:23 :
Quand le BTP est sous perfusion de finances publiques.

Alors qu'une politique de rénovation serait bien plus intelligente et productive on continue de vouloir se reposer dans cette si confortable compromission généralisée entre politiciens et hommes d'affaires.

Notre patrimoine immobilier se meure mais comme il faut que les riches aient des toilettes en or dans chacune de leurs maisons on anéantie l’économie réelle. Ah ben même pas en fait, c'est seulement pour entasser l'argent dans des paradis fiscaux. Dommage, fabriquer des chiottes en or ferait au moins travailler quelques personnes...
a écrit le 28/02/2019 à 21:52 :
Et pourtant lorsqu'on lit la presse immo ...un luxe distribué gratuitement sur la rue ...tout va bien ...les prix montent....les carnets de commande sont pleins....les clients nous courent après .....de qui se moquent t-on? La France est le pays qui donnent le plus à nos pauvres promoteurs...et où la TVA est la plus basse pour les constructeurs...En Belgique la TVA est de 21°/°...avec des prix moins chers...alors pleurons encore un peu..la sécheresse est en vue..!!!!
a écrit le 28/02/2019 à 19:37 :
Toujours les mêmes arguments pour défendre les "pauvres" promoteurs. Des gens qui veulent les bien de l'humanité mes bonnes gens ! On manque de béton, la région parisienne n'est pas assez densifiée par exemple, pensez-donc à toutes ces maisons que l'on pourrait détruire pour bétonner... Pardon "réhabiliter" avec de "l'éco-responsable".

Plutôt que de saccager l'ancien et de surdensifier, quitte à suffoquer on ferait mieux de maîtriser nos flux migratoires. Quant au travail dans le btp il y en a beaucoup, si si, dans l'entretien et la rénovation, mais cela concerne les artisans et non les majors du BTP et les copains promoteurs.
a écrit le 28/02/2019 à 19:02 :
les promoteurs sont en etat d'urgence sociale!
en dessous de 10.000 euros le m2, ils ne peuvent plus ni financer les logements sociaux ( 25% des constructions) avec les exigences des bailleurs superieures a celles de ceux qui payent leur carrelage sur 25 ans, ni le nouveau bmw x6 toutes options qu'ils avaient prevus de s'offrir
mais ou va ce pays si les logements payes par la collectivite n'ont pas de la robinetterie en or, et qu'on ne peut meme plus s'autooffrir un porsche cayenne social via les bons logements justes?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :