Les promoteurs en campagne un an avant les municipales

 |   |  448  mots
Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers.
Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers. (Crédits : Anna Camerac/Markimage)
L'approche des élections municipales est toujours synonyme d'un ralentissement du marché immobilier. Les promoteurs prennent le contre-pied et interpellent directement les maires actuels et futurs.

Il y a quelques semaines, alors que le grand débat national commençait à peine, Alexandra François-Cuxac confiait regretter l'absence de dialogue entre les promoteurs immobiliers et certains territoires. "Dans certains cas, les élus locaux ne nous voient pas comme des partenaires du développement de leur territoire", regrettait-elle.

"Mais davantage comme des prestataires qui construisent avant de repartir".

C'est pourquoi la présidente de la fédération (FPI) nous annonçait préparer des colloques pour repartir de meilleures bases.

Devant quelques journalistes ce 7 février 2019, Alexandra François-Cuxac rêve d'un "partenariat durable" fondé sur "l'écoute mutuelle" où "les parties prenantes ne détiennent pas la réponse, mais chacune un part". La promoteure préférerait en effet "une coproduction" grâce à une inclusion des opérateurs et des habitants plutôt qu'"un plaquage d'une vision sur le terrain".

"Humilité" versus "vision idéologique"

Toujours dans cette démarche "d'humilité", la professionnelle du logement promet d'échanger davantage avec les services municipaux avant tout dépôt de permis de construire, un "acte politique très fort".

"Est-ce que le projet que nous portons est porteur de solutions ? Est-ce conforme à la vision de l'élu, de son architecte des bâtiments de France ?", détaille-t-elle.

En réalité, Alexandra François-Cuxac a toujours regretté le décalage entre les déclarations nationales traduites dans la loi et leurs applications localisées entre le schéma de cohérence territoriale et le plan local d'urbanisme.

"Nous n'avons pas besoin de vision idéologique, mais de développement des territoires fondé sur le développement économique, la place des paysages, la vitalité des infrastructures culturelles et sportives...", martèle aujourd'hui la présidente de la FPI.

Un délégué aux territoires

La professionnelle du logement vient d'ailleurs de nommer un délégué aux territoires sans doute pour défendre la densité auprès des élus de terrain.

"Nous n'avons jamais réussi à prouver qu'il y en avait des formes vertueuses", insiste-t-elle, fermant définitivement la porte à l'étalement urbain : "mettre des gens à 40 kilomètres de leur travail n'a jamais été une solution, regardez la crise des "Gilets jaunes".

À un an des élections municipales, Alexandra François-Cuxac et ses collègues promoteurs sont donc en campagne. Il ne s'agit plus de séduire les électeurs, mais les maires de demain. La principale intéressée ne dit pas le contraire :

"C'est effectivement un appel à l'arrêt des politiques de stop-and-go, au respect de l'ensemble des acteurs."

Il est en outre vrai que d'ores et déjà, les élus sortants n'ont plus envie de voir des grues se déployer sur leur commune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2019 à 8:44 :
Vous tenez les prix de l'immobilier beaucoup trop haut, alors certes cela permet quand même à nombre de gens d'arriver miraculeusement à vendre leurs misons dans certains cas un prix correct mais ça tient la vie particulièrement chère hein.

DEs loyers à 600 euros avec un salaire moyen à 1350 ce n'est pas raisonnable et cela met nombre de gens dans l'impossibilité à la fois de se loger et de vivre correctement, parce que la location ne vous intéresse pas.

ET en ce qui concerne le prix des maisons il est bien trop haut par rapport à la foultitude de biens proposés qui s'entassent du coup générant une destruction majeur de notre patrimoine français.

Réglez les problèmes majeurs que vous générez avant d'en demander encore et toujours plus, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :