Un TGV du futur pour les Jeux olympiques de 2024 et pour oublier la crise

 |   |  619  mots
(Crédits : Alstom)
Le projet, dont le contrat avait été finalisé avec Alstom en 2018, a été présenté dans les ateliers du constructeur à La Rochelle. Les voitures de ce nouveau train seront modulables afin de permettre notamment de passer sur une offre à bas coût.

Un train futuriste ou un train plus abordable, dans une France frappée de plein fouet par la crise du Covid-19 ? On l'annonce en tout cas plus écologique, plus spacieux, plus moderne, moins cher à l'entretien... La gestation du "train du futur" TGV M se poursuit, avant sa sortie d'usine et sa mise en service prévue pour juin 2024, à temps pour les Jeux olympiques de Paris, a indiqué la SNCF.

Cette commande avait été finalisée à l'été 2018 par la SNCF auprès d'Alstom, pour un montant de 3 milliards comprenant une centaine de TGV.

Le projet avait, lui, démarré il y a quatre ans, avec le premier "chaudron", soit l'enveloppe extérieure du train qui a été présenté jeudi dans les ateliers d'Alstom à La Rochelle. Une première pierre qui doit mener ce projet à la mise en circulation d'ici quatre ans. Après La Rochelle, les trains seront par la suite assemblés à Belfort.

"C'est un train qui roulera pour les Jeux olympiques" prévus à Paris en 2024, affirme à l'AFP le directeur de Voyages SNCF Alain Krakovitch, précisant que les premières livraisons de modèles commandés à Alstom auront lieu à l'hiver 2023.

TGV "M", car les qualités de ce train commencent la plupart du temps par cette lettre, fait valoir M. Krakovitch. Au premier rang, la "modernité".

Lire aussi : Paris 2024: le pari écologique du village olympique

Un train modulable qui veut séduire davantage de clients

Il sera notamment possible de configurer les aménagements intérieurs, transformer une première classe en seconde, et aussi bien d'exploiter sous format Inoui que sous format de Ouigo, le TGV à bas coût, précise-t-il.

La mobilité du TGV M permettra aux personnes handicapées de pouvoir embarquer en complète autonomie, sans qu'il y ait besoin d'assistance quelconque, y compris à l'étage du train, grâce à une plateforme rotative et élévatrice. Les toilettes aussi seront repensées, souligne la SNCF.

Le train pourra également accueillir 740 passagers, soit 20% de plus que les rames actuelles.

L'écologie enfin aura une place de choix dans ce train aux 97% de matériaux recyclables, réduisant de 32% les émissions de CO2, de 20% la consommation d'énergie et de 30% les coûts de maintenance.

Du côté pratique pour les futurs voyageurs, les baies vitrées seront élargies, l'éclairage sera modulable et le système d'air conditionné "plus intelligent", précise-t-on à la SNCF.

Intelligent aussi en matière de connexion, puisque ce train doit offrir aux utilisateurs un service de wifi, de commande à distance, et de réseau internet capable de s'adapter aux innovations.

Lire aussi : "TGV du futur" de la SNCF : un méga contrat pour Alstom à 3 milliards d'euros

Des emplois en pleine crise

Cette présentation intervient dans un contexte difficile pour la compagnie publique, tandis que le confinement et les mesures sanitaires liées au coronavirus ont creusé ses partes après les grèves du mois de décembre 2019.

Il y a deux ans au moment de la signature du contrat, l'humeur était à l'optimisme, avec la mobilisation de "4.000 emplois pendant dix ans dans la filière ferroviaire chez Alstom et chez ses fournisseurs", s'enthousiasmait alors l'ancien PDG Guillaume Pépy.

De même, dix des 12 sites français d'Alstom, avec qui le partenariat pour l'élaboration de ce "TGV du futur" a commencé en 2016, devaient participer, avant la crise, au développement et à sa fabrication.

A la suite du confinement, le patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, a estimé à 4 milliards d'euros la perte de recettes. L'Etat s'est dit prêt à soutenir l'entreprise financièrement au travers de différents leviers directs et indirects.

Lire aussi : "Patrick", le premier TGV en service tire sa révérence

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2020 à 16:48 :
Étonnamment, pas d'info sur la vitesse de ce futur TGV. Faut-il comprendre qu'il ne sera pas plus rapide, mettant ainsi fin tacitement à la course à la vitesse ? Attention, les concurrents continuent la course pour leur part...
Blague à part, ce "TGV des JO 2024"... on parie combien qu'il sera immobilisé et pris en otage par une énième grève des cheminots juste avant (ou pendant !) les JO ?...
a écrit le 18/07/2020 à 9:13 :
Tant que le marché ne sera pas ouvert à la concurrence, tout investissement dans la SNCF sera un gâchis, et le service public nul. La SNCF ne nous fait pas rêver, elle n'est qu'un cauchemar permanent!
a écrit le 17/07/2020 à 15:41 :
Et il sera toujours à l'heure!
Et les moquettes et les sièges seront propres!
Et les prises de courant fonctionneront!
Et les poubelles seront présentes et vidées à chaque arrêt!
Et la clim donnera de l'air frais!
Et les toilettes seront nickel!
Et les contrôleurs seront aimables!
Oh là là, qu'est-ce que c'est bien, le futur...
a écrit le 17/07/2020 à 15:17 :
Un TGV mais pas d'extension de lignes de métro c'est à pleurer de ridicule .
a écrit le 17/07/2020 à 14:28 :
encore des dépenses de prestige ! et ceci au profit des syndicats de par l'embauche pour ces usages provisoires-définitifs (pourtant rien n'est acquit pour la période post-jeux !)
Réponse de le 18/07/2020 à 10:25 :
"au profit des syndicats" encore un névrose anti-syndicaliste qui ne connait du fonctionnement d'une entreprise. un syndicat ne participe pas au conseil d'administration.
Ca me fait pitié des commentaires aussi ridicule, il y a des baffes qui se perdent !!!
a écrit le 17/07/2020 à 12:37 :
En depart de Seoul, tous les TGV sont equipes pour les gens a faible mobilite, ces trains ont ete construits dans les annees 2000. A mediter.....
Réponse de le 18/07/2020 à 11:01 :
Je vous rassure, en chine c'est la même chose. Pour de nouveaux trains c'est le standard en 2020.
a écrit le 17/07/2020 à 12:00 :
Alors qu'il faudrait au contraire plus de lignes avec plus de locomotives régionales que l'on pourrait facilement automatiser et autonomiser même.

Mais en France nos investisseurs ne rêvent que de grosses... structures pour ensuite les massacrer parce que bien souvent pas capables d'en gérer déjà des petites.
Réponse de le 17/07/2020 à 13:01 :
Vous montrez dans un train sans conducteur ? Le VAL pour aller à Orly je crois qu'il roule tout seul.
Y a des petites lignes comme on les nomme où les horaires ne sont pas en accord avec l'usage "travailleur", si vous les prenez vous arrivez en retard au boulot, en journée y aura trois voyageurs, pas facile à équilibrer tout ça, la faute à vouloir que tout soit "rentable" du moins que les régions et départements paient, la SNCF ne voulant que le bénéfice TGVien. Il faudrait un train toutes les heures sur toutes les lignes, même sans client, Service au Public. Les gens âgés sans voiture pourraient se faire conduire à la gare par un voisin qui a autre chose à faire qu'aller jusqu'à la ville fort éloignée. Y a parfois (expérimentation) des camionnettes "service public" qui passent, vont aux gens plutôt que demander de venir en ville.
Réponse de le 17/07/2020 à 16:47 :
"Vous montrez dans un train sans conducteur ? "

Si ça peut permettre de développer le rail comme moyen de transport sans problème.

Ils sont allés très loin quand même dans la recherche de la voiture autonome, il serait idiot de ne pas l'essayer sur le train qui grâce à ses voies guidées serait bien plus sûr qu'une bagnole qui peut partir dans tous les sens.

"Il faudrait un train toutes les heures sur toutes les lignes, même sans client, Service au Public."

C'est bien comme cela que je vois le phénomène, or avec une telle cadence on peut quand même envisager une conduite autonome non vous ne trouvez pas ?

Les gens adorent le train, les hommes d'affaires eux le détestent et comme la classe dirigeante a vaincu la classe productrice le train a été écrasé par l'avion, si on veut renverser la tendance, lui faire suivre enfin une voix pérenne c'est le moment d'y mettre le paquet.

Bon bien entendu j'ai l'idée aussi de discuter avec ceux qui ont investi des centaines de milliards dans la bagnole autonome leur permettant ainsi déjà d'exposer un modèle qui fonctionnerait enfin et de suite.

Les idées ne manquent pas ! Ce sont les gens pour les financer qui font défaut.
a écrit le 17/07/2020 à 10:05 :
Quand Paris a eu les jeux olympiques en 2024 j'ai pensé que c'était une folie financière et je ne me suis pas trompé. En ce moment le gouvernement lâche des milliards d'euros et que les Français vont mettre plus de vingt ans pour s'en remettre.
Alors pourquoi pas créer un nouveau TGV pour faire rêver (qui?) au point où en est que l'on aura du mal à vendre à l'export et tant donné la concurrence actuelle des pays asiatiques et européens dans ce domaine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :