L'agence française du médicament épingle deux laboratoires

 |   |  282  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alkopharm et Genopharm sont accusés par un concurrent d'avoir commercialisé un traitement anticancéreux périmé. L'Afssaps a décidé de suspendre leur autorisation d'exercer. Une information judiciaire est ouverte.

Objet d'une enquête sur le traitement anticancéreux Thiotepa, les deux laboratoires Genopharm et Alkopharm (le premier le commercialise, le second est titualire de son autorisation de mise sur le marché) doivent suspendre leur activité. La décision, notifiée par courrier mardi, vient de l'agence française du médicament (Afssaps). Alertée en mars dernier par le groupe allemand Riemser qui fabrique le Thiotepa, l'agence a constaté une sous-teneur du principe actif dans des lots dudit médicament qu'elle a ensuite fait retirer du marché pour le remplacer par le Tepadina, un équivalent également commercialisé par Riemser.

Pour ce dernier, les lots incriminés étaient en réalité périmés. Selon lui, les laboratoires français ont falsifié les dates de péremption de certains lots et produit un faux certificat de conformité de manière à pouvoir les commercialiser plus longtemps. L'information judiciaire ouverte à la suite de sa plainte accuse ainsi Alkopharm et Genopharm de tromperie aggravée, falsification de substances médicamenteuses ainsi que faux et usage de faux.

Genopharm avait répliqué en portant plainte à son tour contre son concurrent aux motifs que le problème de sous-dosage des lots de Thiotepa relevait de la responsabilité de son fabricant allemand et accusait ce dernier d'avoir organisé une pénurie de Thiotepa en France afin d'inonder le marché avec le Tepadina.

Pour les deux laboratoires suspendus, la décision de l'Afssaps pourrait signer la fin. "Dans l'immédiat, notre organisation va être amputée de 10% de son chiffre d'affaires. Nous n'avons aucune raison de penser que nous allons pouvoir survivre à cette suspension", a expliqué Valery Monin, le président d'Alkopharm et Genopharm qui emploient 150 personnes au total.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2011 à 12:37 :
que fait le pharmacien responsable dans tout ça ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :