Sanofi accusé de corruption aux Etats-Unis

 |   |  288  mots
Sanofi a répliqué: Les allégations quant au droit du travail sont sans fondement et Sanofi se défendra avec vigueur.
Sanofi a répliqué: "Les allégations quant au droit du travail sont sans fondement et Sanofi se défendra avec vigueur." (Crédits : Reuters)
Une ancienne salariée a porté plainte contre le groupe pharmaceutique français dans le New Jersey. Elle accuse la société de l'avoir licenciée pour avoir révélé un système de financement de pots-de-vin.

Une ancienne salariée de Sanofi a déposé une plainte aux Etats-Unis contre son ex-employeur, accusant le groupe pharmaceutique français d'avoir payé 34 millions de dollars (27,4 millions d'euros) de pots-de-vin à des médecins, des pharmacies et des hôpitaux pour voir ses traitements du diabète prescrits.

La plainte, déposée dans le New Jersey, cite plusieurs responsables du groupe, parmi lesquels l'ex-directeur général de Sanofi, Chris Viehbacher, limogé fin octobre.

Un licenciement en lien avec la révélation des pots-de-vin?

Diane Ponte a porté plainte après avoir été licenciée en octobre pour avoir, selon elle, révélé un système de financement de pots-de-vin. Rosemarie Arnold, son avocate, a souligné:

"Le lien entre son licenciement et ses révélations est évident. Avant qu'elle ne dénonce les pots-de-vin, elle avait toujours été une salariée modèle".

Cette dernière réclame un montant non spécifié de dédommagements financiers pour la perte de son emploi et le choc émotionnel subi.

"Une ancienne employée mécontente"

Un porte-parole de Sanofi a pour sa part déclaré:

"Diane Ponte est une ancienne employée mécontente qui attaque notre société de façon opportuniste (...) Les allégations quant au droit du travail sont sans fondement et Sanofi se défendra avec vigueur".

Dans le diabète, branche cruciale de Sanofi dont elle représente plus d'un cinquième des ventes, le groupe a pronostiqué en novembre un chiffre d'affaires global "stable ou en légère progression entre 2015 et 2018", prévision jugée décevante par certains analystes.

A la Bourse de Paris, le titre Sanofi a perdu 3,04% à 75,50 euros jeudi, alors que le CAC 40 cédait 1,55%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2014 à 14:01 :
Et encore le TAFTA n'est pas encore validé. Après ce sera encore pire.
a écrit le 05/12/2014 à 10:29 :
Quand un salarié français osera déposer une plainte pour les mêmes faits concernant les mêmes agissements du laboratoire PFIZER ? et aussi des autres laboratoires américains travaillant sur le territoire français !!! ces pratiques existent depuis longtemps, donc rien de nouveau si ce n'est qu'enfin quelqu'un refuse de se taire !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :