Carmat en quête de fonds pour atteindre le marché avec son cœur artificiel

 |   |  367  mots
La société espère finaliser l'étude pivot fin 2018, afin de commercialiser son cœur artificiel sur le marché européen en 2019. Dans le cadre de son étude pivot, la société a implanté deux patients pour le moment.
La société espère finaliser l'étude pivot fin 2018, afin de commercialiser son cœur artificiel sur le marché européen en 2019. Dans le cadre de son étude pivot, la société a implanté deux patients pour le moment. (Crédits : Christian Hartmann)
La medtech française tente de lever 46 millions d'euros en Bourse en nouvelles actions. Carmat doit rapidement renflouer sa trésorerie pour espérer commercialiser son cœur artificiel en 2019 en Europe.

Carmat a besoin de cash. La société a annoncé mardi 5 décembre compter lever au moins 46 millions d'euros. Pour ce faire, le groupe prévoit de créer entre 2,3 et 2,6 millions de nouvelles actions. Elles seront émises au prix de 20 euros maximum, alors que le titre vaut 25,41 euros à 14h40 (en recul de 4% par rapport au cours d'ouverture), mardi 5 décembre.

Les actionnaires actuels bénéficieront d'un "délai de priorité à titre irréductible", c'est-à-dire qu'ils pourront souscrire durant quatre jours un nombre de nouvelles actions proportionnel à leur part dans Carmat. A l'issue de ce délai, les actions restantes seront proposées publiquement. L'opération comporte une clause d'extension pouvant porter le montant levé jusqu'à un maximum de 52,9 millions d'euros, selon un communiqué du groupe.

Près de vingt essais à financer

Avec cet argent frais, Carmat prévoit de financer son étude pivot, l'essai clinique dont un résultat positif peut permettre d'obtenir un marquage CE, synonyme de feu vert des autorités, un passage obligé pour commercialiser une technologie médicale. Carmat utilisera également une partie de la somme récoltée pour "le développement de ses capacités de production, le démarrage de l'étude clinique aux Etats-Unis ainsi que la préparation du lancement commercial de ses produits".

Dans le cadre de son étude pivot, la société a pour le moment implanté deux patients, le premier en octobre au Kazakhstan et le second fin novembre en République Tchèque. Au total, une vingtaine d'essais sont prévus, dont dix en France, rappelait Carmat à La Tribune.

Une trésorerie aujourd'hui trop faible

La société espère finaliser l'étude pivot fin 2018, afin de commercialiser son cœur artificiel sur le marché européen en 2019. Cela promet un rythme d'implantation particulièrement soutenu, alors que Carmat avait implanté "seulement" quatre patients entre 2013 et 2015. D'où la nécessité pour la medtech de renflouer sa trésorerie.

Celle-ci est tombée à 19,9 millions d'euros au 30 juin, soit 12 millions d'euros de moins qu'au 31 décembre. Sur Revenu TV, Stéphane Piat, Directeur général de la société, a assuré que Carmat avait besoin de 46 millions d'euros pour tenir ses objectifs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2017 à 13:57 :
A la fois cet article nous indique que carmat manque de Cash mais en même temps Truffle Capital actionnaire de référence et quasi "createur" de Carmat à vendu un grand nombre de titres sur le marché notamment en 2017, il suffit d'aller lire les commentaires - souvent à jour - des actionnaires sur les forums spécialisés ou juste de lire l'information légale sur le site Carmatsa (rubrique documentation, un peu moins à jour d'ailleurs)...
a écrit le 05/12/2017 à 17:19 :
ca serait marrant que ca vire mauvais, qu'ils fassentt faillite et ovient leur technologies reprises par un chinois qui developperait ca au niveau mondial.........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :