Covid-19 : une vaste étude pour "clore le débat" sur la chloroquine

 |   |  685  mots
Photo d'illustration. Les premiers résultats de cette nouvelle étude devraient être connus dans quelques semaines.
Photo d'illustration. Les premiers résultats de cette nouvelle étude devraient être connus dans "quelques semaines". (Crédits : Reuters)
"Il s'agit d'une étude qui répond aux standards scientifiques et méthodologiques les plus élevés. Elle sera réalisée dans des conditions qui ne laisseront pas de place au doute dans l'analyse des résultats", a souligné le Pr Vincent Dubée, investigateur principal du projet, alors que les deux études menées par le Pr Didier Raoult à Marseille ont été critiquées pour leur méthodologie.

Le CHU d'Angers a annoncé, ce mardi, le lancement d'une vaste étude "aux standards scientifiques et méthodologiques les plus élevés", portant sur 1.300 patients atteints du Covid-19, afin de "clore le débat" sur l'efficacité d'un dérivé de la chloroquine.

"Il s'agit d'une étude qui répond aux standards scientifiques et méthodologiques les plus élevés. Elle sera réalisée dans des conditions qui ne laisseront pas de place au doute dans l'analyse des résultats", a souligné le Pr Vincent Dubée, investigateur principal du projet, au cours d'un point presse.

"Position de neutralité"

Le Pr Didier Raoult a publié ces dernières semaines deux études sur un dérivé de la chloroquine, qui confirment selon lui "l'efficacité" de ce traitement contre le coronavirus, mais cette affirmation est contestée par de nombreux scientifiques, qui critiquent notamment la méthodologie employée.

Lire aussi : Chloroquine: nouvelle étude du Pr Raoult... et critiques identiques

L'étude angevine, baptisée Hycovid et menée avec 32 autres centres hospitaliers en France, "permettra de répondre de manière définitive à ces questions et de clore une fois pour toute le débat sur l'efficacité de l'hydroxychloroquine, [dérivé de la chloroquine, un médicament contre le paludisme, Ndlr] dans le Covid", a assuré le Pr Dubée.

"On a une position de neutralité vis-à-vis de cette molécule. On a évidemment tous un grand espoir que cette molécule soit active dans le Covid. Néanmoins, nous sommes conscients des limites des résultats des études publiées par l'équipe du Pr Raoult", a-t-il ajouté. "Nous n'avons pas d'a priori, nous n'avons pas participé au tapage médiatique autour de cette molécule."

Méthodologie renforcée

L'étude Hycovid, qui doit commencer dès mercredi, sera menée en double aveugle: ni les patients ni les médecins ne sauront si le patient reçoit de la chloroquine ou un placebo. La moitié des patients recevra un placebo, l'autre moitié de la chloroquine. Il s'agira de patients âgés de plus de 75 ans ou de patients ayant besoin d'oxygène sans être "en détresse respiratoire aigüe". Les patients pourront être hospitalisés, résidents d'un Ehpad ou simplement chez eux.

"Une des forces de cette étude, c'est qu'elle va inclure des patients atteints d'une forme de la maladie non grave mais à risque élevé d'évolution défavorable, comme certaines personnes âgées. Nous traiterons donc les personnes précocement, ce qui est probablement un élément déterminant de la réussite de la prise en charge", a souligné le Pr Dubée.

De premiers résultats d'ici "quelques semaines"

Les premiers résultats devraient être connus dans "quelques semaines", a-t-il promis.

"Si l'effet [du médicament, Ndlr] est très important, la réponse va probablement être très rapide. Très vite, il y aura tellement de vies sauvées ou de patients non intubés [...] qu'on pourra le voir et arrêter [l'étude]. Si l'effet est moins important, ça prendra un peu plus de temps", a décrit le Pr Alain Mercat, président de la commission médicale d'établissement du CHU d'Angers.

Pour juger l'efficacité de la molécule, "on aimerait que le pourcentage de passage en réanimation ou de décès soit réduit à 14%" chez les patients qui auront reçu de l'hydroxychloroquine, contre 20% actuellement pour les patients non traités, a précisé le Pr Dubée.

Appel aux dons

Les frais de l'étude, de 850.000 euros, sont avancés par le CHU d'Angers, qui a déposé une demande de financement public. Les donateurs "sont les bienvenus" pour "nous aider à financer le projet", a cependant déclaré Cécile Jaglin-Grimonprez, directrice générale du CHU.

En attendant les résultats de "Discovery", un essai européen en cours sur quatre traitements, dont l'hydroxychloroquine, la France a autorisé l'administration de cette molécule contre le Covid-19 à l'hôpital uniquement et seulement aux cas graves.

Lire aussi : Coronavirus: les Etats-Unis donnent le feu vert à la chloroquine à l'hôpital

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2020 à 23:46 :
Comparer un groupe soigné à la chloroquine avec un groupe soigné au placebo ?

Des études très sérieuses ont montré l'effet positif du moral sur le système immunitaire. Un placebo qui est supposé soigner n'est donc pas du tout anodin... surtout pour mettre en évidence un 2.8 % de mortalité

Il faudrait un troisième groupe SANS AUCUN traitement en parallèle pour être rigoureux.. Et s'interroger ensuite sur la valeur du test global, si le placebo donne un résultat meilleur que 0 traitement !

j'espère que ça a déjà été envisagé sinon les bras m'en tombent... et de dépenser 800000 pour ça

Bon courage à tous
Réponse de le 06/04/2020 à 12:58 :
Ce n'est pas l'évaluation d'un nouveau médicament en "temps de paix". Dans les conditions actuelles celà ne vous gêne pas éthiquement de laisser un groupe sans aucun traitement, et donc en faire mourir, juste pour démontrer le bel effet de votre placebo?
a écrit le 31/03/2020 à 18:43 :
3 ...Le CHU d'Angers a annoncé, ce mardi, le lancement d'une vaste étude....CHLOROQUINE " .
...NE VOUS PRESSEZ PAS ............ y' pas l'feu au lac !!!
a écrit le 31/03/2020 à 18:29 :
Avoir un groupe de patients qui ne recevront qu'un placebo, et dans le même temps jouent leurs vies, voilà l'éthique des scientifiques? Science sans conscience n'est que ruine de l'âme! je crois que la question de la chloroquine selon les préconisations du Prof. Raoult sera tranchée en dehors de la France, et qu'il y a beaucoup de "chance" pour quelle conduise à discréditer le milieu des "experts" français. Enfin, ma Liberté, c'est ma Liberté de choisir mon risque surtout quand ma vie est en jeu! Je dénie à quiconque, et surtout à l'Etat, de faire ce choix pour moi!
a écrit le 31/03/2020 à 18:06 :
Tout cela pour nous pondre un médicament qui contiendra de la chloroquine en catimini a prix d'or!
Réponse de le 31/03/2020 à 18:59 :
Ah bon, vous êtes non seulement médecin, scientifique mais aussi devin. Que de qualités !! Bravo. Avec de tels citoyens plus besoins de scientifiques. C'est vrai que pour condamner à mort le plus grand scientifique Français de cette époque - Lavoisier - le tribunal révolutionnaire et le peuple tout entier a crié " La république n'a pas besoin de savants".
Réponse de le 01/04/2020 à 13:18 :
"et le peuple tout entier a crié " La république n'a pas besoin de savants".

C'est surtout ,le juriste et révolutionnaire françaisPierre-André Coffinhal-Dubail qui l'a dit lors du procès.Mais c'est plutôt sur son rôle de commissaire du Comité des finances de la Convention chargé de réformer le système de perception des impôts, dont l'image est associée à la dévaluation qui a suivi la transformation des assignats en monnaie de nécessité et qui aurait profité aux émigrés.Les émigrés de l'époque étant environ 140.000 et étaient les tenants de la monarchie et du pouvoir absolu, et ils craignaient l'effondrement de celui-ci. Cela n'empêche que Lavoisier était un bon scientifique ,mais la période était plutôt agitée ,non ?
a écrit le 31/03/2020 à 17:15 :
Comment seront choisis les malades qui recevront le placebo?
Et dont les chances de guérison seront moindres?
a écrit le 31/03/2020 à 17:07 :
Ce test aurait dû être lancé il y a 1 mois

Dès le début de la polémique ,
on aurait déjà les résultats

Un appel aux dons
Je rêve !!!!
800 milles euros à trouver alors que la crise va coûter 200 milliards et des milliers de morts
Véran aurait dû régler la facture depuis longtemps
L URSS est toujours vivante
a écrit le 31/03/2020 à 17:06 :
Dans l'article il n'est pas indiqué si cette nouvelle étude reprend le protocole du professeur didier raoult qui associe chloroquine et azithromycine. Il n'est pas fait mention d'un test associant les 2 produits mais uniquement la chloroquine.
D'après les annonces de l'IHU de Marseille c'est la combinaison des 2 molécules qui permet d'obtenir les résultats le plus probant.
a écrit le 31/03/2020 à 15:31 :
"Les donateurs "sont les bienvenus" pour "nous aider à financer le projet","

Et les entreprises pharmaceutiques dont les hôpitaux sont des rivières de marge bénéficiaire elles font quoi là !?

Ah oui c'est vrai elles sauvent l'humanité bien sûr... Ben ils sont pas prêts de le changer leur disque les dragons célestes, toujours la même musique, toujours le même refrain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :