Sciences de la vie : Jeito Capital finalise sa levée de fonds de 534 millions d'euros

Jeito Capital, fonds de Private Equity français et indépendant spécialisé dans la santé et les biotechnologies, a finalisé ce ce lundi 20 septembre une levée de fonds de 534 millions d’euros, à travers son fonds Jeito I, lequel devient ainsi le plus grand fonds européen dédié aux entreprises du secteur des sciences de la vie. Parmi les investisseurs figurent Sanofi ou encore le fonds singapourien Temasek.Dans un entretien accordé à La Tribune, Rafaèle Tordjman, fondatrice et présidente de Jeito Capital, revient sur cette levée de fonds conséquente et détaille les ambitions de Jeito pour les années à venir.

4 mn

(Crédits : iStock)

LA TRIBUNE- En quoi consistent les activités de Jeito Capital et dans quel contexte la société annonce-t-elle aujourd'hui le closing d'une nouvelle levée de fonds?

RAFAELE TORDJMAN- Jeito Capital est un fonds de Private Equity français indépendant créé en 2018 et spécialisé dans les biotechnologies et la biopharmacie. Début 2020, Jeito Capital a réalisé sa première levée de fonds, d'un montant de 200 millions d'euros, et a ainsi pu investir dans cinq sociétés très prometteuses opérant dans différents domaines de maladies graves, notamment le cancer, les maladies respiratoires, les maladies ophtalmologiques rares qui rendent aveugle, les maladies de squelette des enfants et enfin la fibromyalgie, qui rend non-fonctionnels les reins, le foie ou encore les poumons. Depuis, Jeito Capital a levé 334 millions d'euros supplémentaires et annonce aujourd'hui le closing de cette opération -réalisée à travers son fonds Jeito I-, qui lui permet de lever au total 534 millions d'euros. Jeito Capital devient ainsi le plus grand fonds européen dédié au soutien des entreprises du secteur des sciences de la vie, et s'intéresse désormais à deux domaines particuliers sur lesquels axer ses investissements: la neurologie et les maladies auto-immunes et inflammatoires.

Comment avez-vous eu l'idée de créer Jeito Capital ?

J'ai commencé ma carrière comme médecin clinicienne et hémato-oncologue : pendant cinq ans, je me suis occupée de patients atteints de leucémies à l'APHP. Puis, pendant les quatre années qui ont suivi, j'ai travaillé en tant que chercheuse à l'INSERM. Et depuis maintenant vingt ans, je me suis lancée dans l'investissement, en étant d'abord managing partner du fonds SOFINNOVA, spécialisé dans la santé et le développement durable. Il y a onze ans, j'ai également initié une petite mission rassemblant un groupe de femmes -aujourd'hui au nombre de 500- originaires du monde entier et de toutes les branches de la santé, sous le nom de WITH (Women Innovating Together for Future). C'est ce parcours qui m'a amenée à créer JEITO, avec un double-objectif : servir à la fois la performance patient et la performance financière. Le modèle JEITO fonctionne d'ailleurs dans cet esprit, avec une équipe incluant tous les maillons de la chaîne.

Quelle est la composition de l'équipe de Jeito Capital ?

Jeito Capital compte aujourd'hui une équipe de 17 personnes. L'équipe n'est pas classique : elle est constituée d'acteurs qui opèrent sur des domaines variés, allant de la science à la commercialisation. Nous travaillons de manière collective et inclusive : cela permet de choisir ensemble les entreprises que l'on souhaite accompagner et d'allouer si nécessaire des ressources humaines pour y parvenir. Enfin, nous comptons une majorité de femmes, nous sommes dix sur dix-sept, de nationalités différentes et avec des compétences différentes, trois sont d'ailleurs les dirigeantes du fonds d'investissement. Je ne suis pas sûre qu'être autant de femmes ait aidé dans le fundraising au début, cela a même peut-être pu déranger, mais nous avons surmonté ces obstacles et réussi à convaincre les investisseurs de nous accompagner.

Justement, quels sont les acteurs qui vous ont permis de réaliser la levée de fonds de 534 millions d'euros?

La levée de fonds vient principalement d'institutionnels : il s'agit de banques, de fonds de pension, d'assureurs -nous avons d'ailleurs eu le soutien de nombreux assureurs car Jeito a été labellisé par le fonds public Tibi début 2020, qui a réuni 6 milliards d'euros pour inciter les assureurs à investir dans les fonds de biotechnologies. Hors de France, nous avons également été appuyés par le Fonds Européen d'Investissement (FEI), par un fonds de pension américain, le Teacher's Retirement System of Texas, ainsi que le fonds singapourien Temasek, particulièrement expert sur la verticale santé, et qui souhaitait avoir plus d'exposition en Europe. Enfin, le groupe pharmaceutique Sanofi a investi 50 millions d'euros dans notre levée de fonds, ce qui représente près de 10% du montant que nous avons récolté, et constitue le premier investissement de Sanofi dans un fonds privé.

Fin juillet, le ministre délégué en charge du Commerce extérieur et la ministre déléguée à l'Industrie vous ont confié la mission de promouvoir l'écosystème biotech français dans le monde. Comment comptez-vous y parvenir?

Je pense que ce closing a en grande partie motivé la mission confiée par le gouvernement. L'écosystémisation dont a parlé Emmanuel Macron en juillet, c'est ce qu'il nous manque en France et en Europe, à savoir travailler tous ensemble pour pouvoir agréger plus de talents et parvenir ainsi à stimuler l'innovation médicale. Cette mission, qu'a lancé le gouvernement, c'est un peu comme l'activité de Jeito, mais à beaucoup plus grande échelle. Aujourd'hui, la question médicale est un enjeu majeur dont il est urgent de se saisir puisque les ⅔ des maladies connues n'ont pas de traitement efficace. C'est d'ailleurs pour cela que notre business est sans fin, sans cycle: il s'adresse à des maladies graves et le temps des brevets étant court, il est crucial d'aller au plus vite à la manoeuvre.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.