Stallergenes : 70.000 patients privés de traitement

 |  | 248 mots
Lecture 1 min.
Pour renseigner et rassurer les patients concernés après la suspension de la production et de la distribution de ces produits. l'ANSM a annoncé mardi la mise en place d'un numéro vert (le 0.800.130.000).
Pour renseigner et rassurer les patients concernés après la suspension de la production et de la distribution de ces produits. l'ANSM a annoncé mardi la mise en place d'un numéro vert (le 0.800.130.000). (Crédits : Reuters)
Le laboratoire français a dû retirer plusieurs produits destinés à la désensibilisation contre l'allergie, sur décision de l''Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. En cause: un bug informatique en août qui a entraîné "erreurs de destinataires" et "délivrances inadaptées".

Plusieurs dizaines de milliers de personnes allergiques ont vu leur traitement habituel stoppé net ces dernières semaines. Le 2 décembre, l'activité du laboratoire pharmaceutique français Stallergenes a été suspendue par décision de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Au total, 70.000 personnes sont concernées par un rappel de produits commercialisés à partir du 13 août par la société - date à laquelle le laboratoire a mis en place un nouveau système informatique et subi un bug -, a indiqué mercredi 23 décembre à l'AFP  l'Agence du médicament. Sont concernés par ces rappels, le Staloral, l'Alustal et le Phostal, des produits personnalisés (Allergènes Préparés pour un Seul Individu, ou APSI).

"Erreurs de destinataires", "délivrance inadaptée"

Dans le détail, le bug informatique qui a touché Stallergenes avait entraîné, plusieurs erreurs dans la mise à disposition des produits aux patients, explique le laboratoire. Et notamment des "erreurs de destinataire", "la délivrance inadaptée avec envoi du traitement de maintenance avant le traitement d'initiation" et des erreurs d'étiquetage ou le nom de l'allergène était écrit en anglais et non pas en français. "Certaines impressions d'étiquettes étaient incomplètes", précise également l'ANSM.

Pour renseigner et rassurer les patients concernés après la suspension de la production et de la distribution de ces produits. l'ANSM a annoncé mardi la mise en place d'un numéro vert (le 0.800.130.000).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2015 à 17:57 :
Au bout d'un moment, on connaît le problème, ok, et maintenant ? A quand la reprise de fabrication et de livraison des traitements ? Personne ne peut gérer rapidement cette crise ? On ne parle pas de sacs à main mais de médicaments !
a écrit le 28/12/2015 à 17:03 :
ça ne m'étonne qu'à moitié. Quand j'ai fait ma désensibilisation, j'ai reçu une pompe (pourtant sous vide) avec plein de saletés à l'intérieur.
a écrit le 26/12/2015 à 15:56 :
C'est quand même impensable qu'ils aient eu connaissance des problèmes et qu'ils aient pu continuer à distribuer leurs produits.
Aussi, si les soucis informatiques ont été détectés en août, comment se fait-il qu'ils n'aient pas tout mis en oeuvre à ce moment là pour pouvoir les corriger.Les informaticiens ne manquent pourtant pas.
Irrespect vis à vis de leurs patients, inconscience et j'menfoutisme sont les seuls mots qui me viennent!
a écrit le 26/12/2015 à 9:20 :
L'ANSM semble indiquer une très mauvaise maîtrise du nouveau système. Selon d'autres sources (Silicon.fr) le système a été démarré malgré de nombreux processus en anomalie. Il faut arrêter de parler de bug.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :