Comment trouver les médicaments les moins chers

 |   |  584  mots
En comparant les prix, le consommateur peut économiser en moyenne 4 euros et jusqu'à plus de 5 euros sur une boîte (...) s'il existe plusieurs présentations pour un même produit, souligne l'association Familles Ruraes.
"En comparant les prix, le consommateur peut économiser en moyenne 4 euros et jusqu'à plus de 5 euros sur une boîte (...) s'il existe plusieurs présentations pour un même produit", souligne l'association Familles Ruraes. (Crédits : REUTERS/Regis Duvignau)
Privilégier les médicaments en accès libre, les pharmacies appartenant à un groupement, ou encore commander des médicaments sur internet et venir les chercher en officine, sont les meilleurs moyens de dépenser moins, selon une étude de Familles Rurales, qui s'est intéressée au tarif de 14 produits couramment utilisés.

L'écart de prix entre les médicaments en vente libre est une nouvelle fois dénoncé. L'enquête annuelle de l'association Familles rurales, publiée mardi 8 décembre, a passé au crible les prix de 14 produits (12 médicaments et 2 spécialités non médicamenteuses) utilisés régulièrement (sirop contre la toux, analgésiques, comprimés contre le rhume, pastilles pour la gorge...). ont été passés au crible. Leurs prix ont été comparés selon les lieux et plateformes de ventes, ainsi que leur mise en avant dans les officines.

Des produits commandés ou présentés autrement beaucoup plus cher

Les écarts d'une pharmacie à une autre sont toujours aussi importants, souvent deux à trois plus chers pour les différences les plus importantes. Des médicaments peuvent même être jusqu'à cinq-six fois plus chers. Un médicament comme l'antiviral Activir vaut 9,80 euros dans la pharmacie la plus chère et 1,95 euros dans la moins chère. Un écart dû à la coexistence de deux présentations du même produit. Pour la même quantité," le produit en pompe est plus cher qu'en tube".

Autre exemple : la bouteille d'Hextril, une solution de bain de bouche pour traiter les troubles bucco-dentaires. On peut la trouver à 1,95 euros, mais le prix peut grimper à 12 euros si le produit est commandé spécialement car la pharmacie ne l'a pas en stock.

"En comparant les prix, le consommateur peut économiser en moyenne 4 euros et jusqu'à plus de 5 euros sur une boîte (...) s'il existe plusieurs présentations pour un même produit", souligne l'association.

écarts de prix pharmacie

Privilégier les médicaments en accès libre

Familles rurales souligne que la part des médicaments en accès libre a fortement augmenté. Ce qui est une bonne nouvelle pour le consommateur, juge le rapport. Ainsi ce dernier peut "exercer plus facilement un choix éclairé en facilitant la comparaison des prix". Car, le rapport démontre que médicaments sont moins chers quand ils sont en accès libre. C'est le cas de sept produits sur douze étudiés dans ce cas de figure. Les écarts sont variables, allant de 30 centimes à 7 euros.

Médicaments vente

AL (accès libre), DC (derrière le comptoir), NV (Non visible). Les prix sont en euros, il s'agit d'une moyenne).

Des produits moins chers dans les pharmacies appartenant à un groupement

Les médicaments sont également moins chers quand ils sont vendus dans les pharmacies appartenant à un groupement (ils organisent des achats groupés). C'est le cas pour 11 produits sur 14. Les écarts de prix restent néanmoins faibles (14 centimes à 1,09 euros selon le produit).

Pharmacies groupement

Commander sur Internet revient souvent plus cher

Les médicaments vendus sur Internet sont moins chers en moyenne que ceux proposés en pharmacie pour 13 produits sur 14. Mais contrairement aux idées reçues, selon Familles rurales, "commander sur Internet ne revient pas moins cher", du moins pas forcément. C'est notamment "en raison des frais de port et de la grande disparité des prix entre les sites". Par ailleurs, les frais de ports "demandés s'élèvent à 5,77 euros en moyenne".

Il vaut donc mieux privilégier l'envoi dans un relais qui "permet de diminuer les frais de 2 euros environ". Ou mieux : venir chercher les médicaments en officine, ce qui est gratuit. Encore faut-il que les pharmacies le proposent...

Médicaments

L'étude de Familles Rurales menée en septembre et en octobre s'est intéressée à 41 pharmacies physiques et 53 sites internet dans 42 départements (22 pour les pharmacies physiques et 30 pour les sites web).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2015 à 14:28 :
Il est temps de parler du domaine médical de façon plus ample devant l'avancée de "healths" américains. Nous n'y échapperons pas, le mieux étant de revoir notre organisation et je l'ai dit de privatiser notre sécurité sociale. Nous devrons exiger la fourniture de médicaments génériques au prix mondial (ils coûtent plus du double en France). Ici il s'agit d'OTC c'est à dire de produits soignants qui ne sont pas à proprement parler des médicaments, des produits de confort. Dans 80% des cas ces produits sont dangereux, seul un usage très provisoire est possible. Eviter d'en consommer est encore mieux. Les produits sans marque publicitaire, de base, sont aussi très bien. Herboristes et recettes de grand-mères sont toujours à redécouvrir. Le fait de trouver des produits "moins chers" ne doit pas vouloir dire en consommer plus. Toutefois aborder le sujet va dans la bonne direction d'une prise de conscience.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :