Un traitement contre l'eczéma, le nouveau blockbuster attendu par Sanofi

 |   |  393  mots
Le dupilumab est bien parti pour être autorisé en mars 2016 sur le marché américain.
Le dupilumab est bien parti pour être autorisé en mars 2016 sur le marché américain. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Associé à Regeneron, Sanofi développe le dupilumab, un traitement contre une forme d’eczéma. Il a obtenu des résultats positifs en phase III et la FDA a enclenché une procédure d'examen prioritaire. En 2021, ce traitement pourrait représenter 3 milliards d'euros de revenus, alors que le groupe voit son activité diabète décliner et a du mal à accélérer dans l'oncologie.

Si Sanofi mise sur le diabète et l'oncologie, deux des domaines les plus porteurs en termes de croissance pour l'industrie pharmaceutique, il attend également beaucoup de ses traitements contre les maladies immuno-inflammatoires. Et notamment du dupilumab une molécule développée avec Regeneron et basée sur l'immunothérapie pour s'attaquer à la dermatite atopique, une forme d'eczéma. Samedi 1er octobre, dans le New England Journal of Medicine, les deux laboratoires ont publié des résultats jugés positifs concernant deux essais cliniques de phase III (dernière phase avant un éventuel lancement sur le marché). Ainsi, 37% des patients prenant une dose hebdomadaire de cette molécule ont vu leurs "leurs lésions cutanées disparues ou pratiquement disparues" lors du premier essai, et ce au bout de 16 semaines de traitement.

Une autorisation de mise sur le marché en mars ?

La semaine dernière, la FDA a enclenché une procédure d'examen prioritaire pour le dupilumab permettant une mise sur le marché accélérée. L'Agence américaine du médicament pourrait donner son accord au lancement du produit sur le marché américain d'ici mars 2016.

Le médicament pourrait atteindre un pic des ventes en 2021, et générer 3,6 milliards de dollars de revenus (2,9 millions d'euros), selon un consensus d'analystes, rapporte la publication spécialisée Fierce Pharma. Il deviendrait ainsi l'une des principales ventes du laboratoire français. Le cabinet Leerink's estime quant à lui que la molécule pourrait atteindre jusqu'à 5 milliards de dollars de revenus cette année-là.

Une bonne nouvelle attendue après l'échec du rachat de Medivation

Le lancement du dupilumab représenterait un second souffle pour le groupe qui fait face à un important ralentissement de son activité diabète depuis plus d'un an. Sans compter qu'en août, la deuxième chaîne pharmaceutique américaine, CVS Caremark, a décidé de dérembourser le Lantus, son médicament phare (6,39 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2015).

Par ailleurs, le laboratoire a du mal à accélérer dans l'oncologie. Il n'a pas réussi à mettre la main sur Medivation, finalement acquis par Pfizer pour 14 milliards de dollars. Sanofi espérait notamment mettre la main sur le Xtandi, un traitement contre le cancer de la prostate, qui promet, de générer à lui seul 5,7 milliard de dollars de revenus par an, selon les analystes, d'ici 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2016 à 19:27 :
Médicament innovant et efficace, c'est bien... Sauf qu'il s'agit d'un anticorps monoclonal, autant dire que son prix sera très élevé et sa délivrance au compte-gouttes en France. Pas très bon pour le budget de la sécu tout ça.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :