Vaccination : le gouvernement s'est "planté au départ", regrette le Medef qui propose de vacciner les salariés en entreprise

 |  | 443 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
Pour Geoffroy Roux de Bézieux, accélérer la campagne de vaccination est une exigence stratégique dans la compétition économique avec les autres pays: ceux qui vaccineront vite pourront relancer leur activité plus vite. Pour pousser à la roue, il propose la vaccination des salariés en entreprise.

Le gouvernement s'est "planté" dans le lancement de la vaccination contre le Covid-19 et le retard pris par la France pourrait pénaliser la reprise économique, a jugé mercredi le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, se disant ouvert à la vaccination en entreprise.

"Heureusement hier (mardi) ça a accéléré (...) le gouvernement a l'air de changer de cap, mais il s'est quand même planté au départ", a dit M. Roux de Bézieux sur franceinfo.

Lire aussi : Covid-19: pour éteindre la polémique, Véran veut "amplifier, accélérer, simplifier" la campagne de vaccination

"Au départ, on avait pris trop de précautions"

"On a été, comme souvent, trop bureaucratique", a-t-il estimé, citant notamment le guide "de 45 pages" donné aux Ehpad, le processus de recueil du consentement des personnes, ajoutant que si le gouvernement avait depuis changer de stratégie, "ça montre bien qu'au départ on avait pris trop de précautions".

Il a aussi pointé du doigt le retard "terrible" pris dans la vaccination par rapport à d'autres pays, comme l'Allemagne, qui a déjà vacciné plusieurs centaines de milliers de personnes contre quelques milliers en France.

Lire aussi : Retards mondiaux des campagnes de vaccination: les tactiques des gouvernements, les divisions des experts

Vacciner vite pour repartir plus vite

"Si nos voisins vaccinent plus vite, ça veut dire qu'ils repartiront plus vite. Et on a déjà eu un confinement plus strict (...) donc on risque aussi d'avoir ce phénomène de perte de parts de marché" pour l'économie française, a-t-il souligné.

Selon lui, les entreprises pourront jouer un rôle dans la campagne de vaccination lorsque les moins de 60 ans pourront se faire vacciner.

Aider à la vaccination en entreprise

Les entreprises "peuvent aider leurs salariés quand ils ont besoin de se faire vacciner", par exemple en les libérant plus tôt pour cela, "et elles peuvent aussi vacciner en entreprise" comme elles le font pour la grippe, a-t-il proposé.

Mais cette vaccination en entreprise ne pourra se faire que "quand le vaccin d'AstraZeneca sera validé par l'agence de santé européenne" car ses contraintes de conservation sont moins drastiques que le vaccin actuel de Pzifer/BioNTech ou celui, bientôt autorisé, de Moderna, a jugé le président du Medef.

Il a toutefois rappelé qu'en entreprise, la vaccination restera "volontaire et anonyme" et ne pourra pas être exigée par l'employeur.

En revanche, il s'est dit "favorable" à la création d'un passeport sanitaire pour "des usages précis qui permettent de relancer des activités", par exemple pour la participation à des salons professionnels ou pour les voyages à l'étranger.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2021 à 19:13 :
On critique les français qui auraient un avis sur tout ; mais force est de constater que les dirigeants du Medef sont aussi médecins et épidémiologistes ... on a beaucoup de chances en France : des ministres polyvalents et interchangeables, des dirigeants patronaux biologistes ...
Réponse de le 07/01/2021 à 5:46 :
@ Panoramix.
He oui, on nomme cela le genie francais.
a écrit le 06/01/2021 à 18:14 :
Mars 2020

Selon nos informations, c’est bien après l’annonce du confinement du au coronavirus que Geoffroy Roux de Bezieux, président du Medef, a trouvé refuge dans son manoir du Croisic (Loire-Atlantique), niché dans les rochers avec vue imprenable sur l’océan. Il est venu s’y installer en famille, et repart de temps à autre à Paris pour travailler, comme si de rien n’était. Ce fut le cas dimanche soir 22 mars où le responsable est retourné à Paris.
Au Croisic, il a été aperçu dimanche dans un petit commerce de proximité, et pas plus tard que ce mercredi matin, en toute discrétion. Incognito. "Oui c’est bien lui. Il est venu faire ses courses ce matin, mais nous ne le connaissons pas sous ce nom-là", relève une commerçante en voyant la photo que la journaliste de Ouest-France lui présente.
Réponse de le 06/01/2021 à 20:57 :
C'est un ancien militaire, il doit se croire en mission de renseignement sur la population pour le compte de l'oligarchie (dans la colle).

Il se fait appeler bisbismuth, bismuth N°2 !
a écrit le 06/01/2021 à 12:59 :
"Aider à la vaccination en entreprise"

Pendant ce temps :
La situation dramatique de la médecine du travail ,hors inflation, la France dépense moins pour la prévention en entreprise chaque année. La démographie de la médecine du travail montre l'état dramatique du secteur. De 2007 à 2020, la baisse des effectifs programmée est de 28 % (-14 % déjà enregistrés de 2007 à 2016).
a écrit le 06/01/2021 à 12:20 :
Ce retard est délibéré, ils voulaient donner du temps à une solution francaise pour ce vaccin par sanofi, mais ils ont échoué !
a écrit le 06/01/2021 à 11:24 :
Passeport pour vivre normalement, reclus sinon.
Rien d'obligatoire donc.
Anticonstitutionnel patatras...
L'épidémie est consubstantielle à notre constitution. Que voulez vous dire de plus ?
Changer cette constitution, l'amender ? Que font nos députés, aucune proposition en 9 mois.
Réponse de le 06/01/2021 à 20:03 :
Moi je vois pas l'utilité de ce passeport, commencions par vacciner ceux qui le souhaitent, et la si j'ai le virus je peux pas leur donner vu qu'ils sont immunisés donc a quoi servira ce passeport? Ou sinon le vaccin marche pas?
D'ici a vacciner les 40% (2 ans pour les 40% volontaires si on reste avec 500000 doses par semaines et deux injections...) dans les 60% restant beaucoup l'accepteront si il fonctionne...
Donc ou est le souci et pourquoi vouloir ce passeport vaccinal?
a écrit le 06/01/2021 à 11:20 :
On peut tout aussi bien relancer l'activité et le présentiel, sans pour autant forcer à la vaccination. Il suffit d'arrêter l'hystérie hygiéniste
a écrit le 06/01/2021 à 11:19 :
Il n'y a pas assez de doses.
L'assurance maladie doit appeler les gens pour les convoquer.
Les soins sont pris en charge gratuitement en France, ça crée des obligations.
Sauf que Macron a dit que se faire vacciner n'est pas obligatoire, le ver dans la pomme dès le début. Parce qu'il pense qu'une autre solution est possible ?
En France on n'a pas de pétrole mais on à des idées (à la con) !
a écrit le 06/01/2021 à 11:15 :
Ah ça les entreprises françaises, pour dépenser l'argent plublic ne manquent jamais d'idées ça c'est sûr... -_-

Le déclin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :