Climat : les entreprises du CAC 40 jouent la carte de la transparence

 |  | 670 mots
Lecture 3 min.
Les 40 plus grandes entreprises françaises ont accepté d'appliquer à partir de l'année prochaine les recommandations d'un groupe de travail créé lors de la COP-21 de 2015, baptisé groupe de travail sur la publication d'informations financières relatives au climat
Les 40 plus grandes entreprises françaises ont accepté d'appliquer à partir de l'année prochaine les recommandations d'un groupe de travail créé lors de la COP-21 de 2015, baptisé groupe de travail sur la publication d'informations financières relatives au climat (Crédits : DR)
Les 40 plus grandes sociétés cotées en France dans l'indice CAC 40 s'engagent à se protéger contre le risque climatique grâce à la publication de meilleures informations financières.

Les entreprises cotées au CAC 40 se sont collectivement engagées samedi à fournir désormais des informations sur l'impact de leur activité sur le climat dans le cadre de publications financières régulières, à l'occasion du cinquième anniversaire de l'accord de Paris. Ces 40 grandes entreprises ont accepté d'appliquer à partir de l'année prochaine les recommandations d'un groupe de travail créé lors de la COP-21 de 2015, baptisé groupe de travail sur la publication d'informations financières relatives au climat (TCFD selon son sigle en anglais).

"Le soutien de Paris Europlace aux principes de la TCFD traduit l'engagement de la place financière de Paris en matière de finance environnementale. Paris Europlace, avec sa branche Finance for Tomorrow, souhaite accélérer le dialogue entre les entreprises et les investisseurs sur ces enjeux majeurs, y compris au plan européen et international", a expliqué le président d'Europlace, Augustin de Romanet.

Cette déclaration de soutien aux recommandations de la TCFD a notamment été signée par Augustin de Romanet et Bruno Le Maire, ministre de l'Économie. "L'alignement des principales entreprises françaises du CAC 40 et le soutien apporté aujourd'hui par la Place de Paris à la TCFD est un signal fort pour aller plus loin dans la lutte contre le changement climatique", a déclaré Thierry Déau, président de Finance for Tomorrow, branche d'Europlace. "Cela va permettre d'accroître la comparabilité entre les différentes normes existantes et créera plus de transparence sur les risques et opportunités liés aux enjeux climatiques pour le secteur financier".

L'ONU appelle à l'état d'urgence climatique

L'accord de Paris sur le climat vise à maintenir à moins de 2° Celsius, voire 1,5° si possible, la hausse de la température mondiale d'ici à 2100 par rapport à ses niveaux préindustriels. Cinq ans après sa signature et un an avant la prochaine conférence climatique (COP 26) à Glasgow, Emmanuel Macron a qualifié cet accord de "point de référence, le début de notre action à toutes et tous", au cours d'un sommet virtuel des Nations unies avec plus de 70 autres dirigeants internationaux. "Il a été parfois ballotté selon des choix des uns des autres mais nous avons tenu", a poursuivi le président de la République en allusion au retrait des Etats-Unis annoncé en 2017 par Donald Trump.

Emmanuel Macron en a profité pour saluer la volonté affichée par le président américain élu Joe Biden de ramener les Etats-Unis dans l'accord de Paris dès sa prise de fonction en janvier prochain. "Je veux vraiment dire 'welcome back, welcome home' à nos amis américains", a déclaré le président français, en plaidant pour une "action immédiate" de l'ensemble de la communauté internationale pour traduire dans les faits les engagements pris en 2015. En ouverture de ce sommet virtuel, le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, a exhorté les dirigeants mondiaux à décréter l'"urgence climatique" dans leurs pays.

"J'appelle aujourd'hui les responsables du monde à déclarer l'état d'urgence climatique dans leur pays jusqu'à ce que la neutralité carbone soit atteinte", a lancé Antonio Guterres, plaidant pour une relance verte après la pandémie de nouveau coronavirus.

Grande-Bretagne : fin aux projets d'énergies fossiles

Le Royaume-Uni compte arrêter "dès que possible" de soutenir financièrement des projets d'énergies fossiles à l'étranger. Le gouvernement britannique s'est en outre engagé à réduire les émissions de CO2 d'au moins 68% d'ici à 2030. "Mon message à vous tous est qu'ensemble, nous pouvons utiliser les progrès scientifiques pour protéger notre planète, notre biosphère contre un défi bien pire, bien plus destructeur, que la pandémie de coronavirus", a déclaré Boris Johnson lors du sommet.

"En prenant aujourd'hui des mesures ambitieuses et décisives, nous créerons les emplois de demain, nous favoriserons la reprise après l'épidémie de coronavirus et nous protégerons notre belle planète pour les générations à venir", a annoncé Boris Johnson dans une déclaration.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2020 à 9:24 :
ouaaaaaaahh ouh ouh ouh hi hi hi, est ce à pleurer de rire ou à pleurer tout court ?
ah! la tribune et le cac, 40 toujours le mot pour rire, enfin rire est une manière de parler mais bon pleurer nous aurons le temps, et ceci assez rapidement.....
a écrit le 13/12/2020 à 12:21 :
Cac 40 et transparence : y a un petit problème là, non ? I 😁
a écrit le 13/12/2020 à 11:28 :
les entreprises françaises sont de loin les meilleures élèves en matière d'ESG, selon une étude du cabinet franco-anglais Vigeo-Eiris ("ESG : les sociétés françaises en avance sur les concurrentes", Investir Les Echos, 21/09/2020).
a écrit le 13/12/2020 à 10:43 :
On nous promet en permanence de la "transparence" pour des raisons bien opaques!
a écrit le 13/12/2020 à 9:16 :
Quand les politiciens sont aussi cupides que les hommes d'affaires et les hommes d'affaires aussi bavards que les politiciens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :