Gaz de schiste : Delphine Batho reste ferme sur l'interdiction d'exploitation

 |   |  301  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
"Rien dans l'agenda du gouvernement aujourd'hui n'envisage de revenir sur l'interdiction de la fracture hydraulique", a indiqué la ministre de l'Ecologie et de l'Energie.

Le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction de la fracturation hydraulique", technique interdite par une loi en France pour l'exploration des gaz de schistes, a annoncé vendredi la ministre de l'Ecologie et de l'Energie Delphine Batho.

"Le gouvernement maintient clairement et nettement l'interdiction de l'exploitation des gaz de schiste, car nulle part dans le monde il n'a été prouvé que cette exploitation pouvait se faire sans dégâts considérables sur l'environnement et avec des risques importants pour la santé", a affirmé Delphine Batho, interrogée sur la chaîne de télévision BFMTV. "Rien dans l'agenda du gouvernement aujourd'hui n'envisage de revenir sur l'interdiction de la fracture hydraulique", a-t-elle ajouté.

Selon elle, ce qui pose problème c'est la technique utilisée pour explorer et exploiter ce type d'énergie fossile "avec des produits chimiques qui ensuite vont dans les nappes phréatiques". La fracturation hydraulique consiste à injecter à très forte pression un mélange d'eau, de sédiments et de produits chimiques pour briser la roche et libérer les molécules de gaz naturel.

Arnaud Montebourg recadré

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait laissé entendre début juillet que le gouvernement allait "regarder" ce dossier sensible de l'exploitation du gaz de schiste en France, sans toutefois le "rouvrir". Pour Delphine Batho, son collègue "et ami" Arnaud Montebourg avait alors formulé "une réflexion intellectuelle qui n'est pas basée sur des faits".

A la question de savoir si le gouvernement allait octroyer de nouveaux permis d'exploration pour connaître l'importance réelle des éventuelles réserves de cette énergie dans le sous-sol français, la ministre a répondu "non, il va y avoir la réforme du code minier", texte qui fixe les règles sur l'exploitation des énergies dans les sols.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2012 à 18:32 :
Gaz de schistes en Europe
http://www.aspo2012.at/wp-content/uploads/2012/06/Zittel_aspo2012.pdf
Gaz de schistes USA
http://www.aspo2012.at/wp-content/uploads/2012/06/Berman_aspo2012.pdf
A vous de juger!!!!!
a écrit le 22/07/2012 à 2:38 :
c'est compréhensible et stupide à la fois. La loi votée est inepte car mal écrite et pour de mauvaises raisons, et ouvre de toute façon la fenêtre à des innovations technologiques, l'espèce caractéristique du flou permettant le choix du Prince. Le fracking se pratique en France depuis de très nombreuses années, les méthodes peuvent être contrôlées particulièrement bien dans le cas français, peu de licences, peu d'opérateurs etc... Interdire le fracking avec les techniques éprouvées actuelles et laisser Fessenheim et d'autres antiquités en activité est une aberration intellectuelle et économique. La dépendance de la France globale au gaz Russe, avec des prix fixés par l'Allemagne est une situation qui ne peut perdurer, et les dizaines de Milliards d'investissement, les dizaines de milliers de création de postes dans la filière gaz, de l'amont, à la génération d'électricité , à la pétrochimie, mérite un débat rapide et de haute qualité, pas des borborygmes attardés. Attendre ce qui sera la pénible réforme du code minier est un attentat contre l'économie Française. J'attendais personnellement une réflexion plus robuste du gouvernement sur ce sujet, pas des commentaires d'étudiants en licence
a écrit le 21/07/2012 à 17:34 :
Tres bonne décision.
a écrit le 21/07/2012 à 16:01 :
et que pense-t-elle du blocage des loyers HLM ?
a écrit le 21/07/2012 à 15:20 :
Je suis effaré de voir tous ces gens ce plaindre de la non exploitation du gaz de schiste. Avez vous ne serait-ce que la moindre idée des dégat sur l'environnement ? Regarder au Canada comment ils ont ruiné l'eco-système local. Et je ne vous parle même pas du cout prohibitif de l'exploitation de ce gaz pour une production dont on ne peut même pas garantir ni la qualité ni la quantité. Il n'y a aucune raison d'investir sur cet hydro-carbure. L'avenir est à l'éolien et au solaire. Et c'est maintenant qu'il faut ce lancer. Cela permettra également la création d'emploi qualifié et qu'il sera facile de rendre pérenne si on fait les efforts nécessaire.
a écrit le 21/07/2012 à 13:01 :
Ni gas de schistes ni augmentation du prix du gas.
C'est la politique du ni, ni.
Ni réaliste, ni raisonnable.
a écrit le 21/07/2012 à 12:30 :
Et les économies d'énergie?

Le chauffage représente environ 40% de la consommation de gaz naturel en France.

Avec l'isolation, les chauffe-ea­u solaires, les pompes à chaleur valorisant­s la chaleur des eaux usées, la géothermie­, les chaudières biomasse.... on peut arrêter le chauffage au gaz naturel.
Réponse de le 21/07/2012 à 14:01 :
@luc: et combien de personnes peuvent s'offrir ces jouets ? le gaz natural est à un prix extrêmement concurrentiel (du moins à la source).
Réponse de le 21/07/2012 à 14:44 :
- Il est temps d'économiser massivement l'énergie pour des raisons géopolitiques.
En 2011, la facture pétrolière et gazière de l'Europe s'est élevée à plus de 380 milliards d'euros.
Depuis 1973, c'est l'argent du pétrole et du gaz qui finance l'intégrisme musulman qui a fait tant de mal à la France et à l'occident.
Depuis 1973, chaque forte hausse du prix du pétrole a été suivie par une forte baisse de la croissance.

- Concernant le financement, je pense que l'Europe pourrait réorienter l'argent la politique agricole commune (55 milliards d'euros par an) afin de financer un tel plan.
Et ainsi fabriquer des isolants en chanvre, planter du saule en taillis courte rotation pour la biomasse....

a écrit le 21/07/2012 à 11:34 :
Elle nous emmene en bateau et on va couler
Réponse de le 21/07/2012 à 14:03 :
@Batho: ouias, mais comme sur le Titanic, nos politiques nous jouent leurs mélodies habituelles pour nous rassurer :-)
a écrit le 20/07/2012 à 21:37 :
C'est qui cette Delphine ?
De quoi elle se mêle ?
Pourquoi ne va t on pas regarder ? Faire des essais scientifiques puis en tirer des conclusions de faisabilité ou pas ?
La France va rentrer en dépression et on se prive d'emplois et de la naissance d'une industrie. Peux t être que la delphine en question voudrait qu'il n'y ait que des serveurs en France, qui serviront les chinois...
Réponse de le 21/07/2012 à 8:12 :
Ok mais on n'explore d'abord en dessous de chez toi !
Réponse de le 21/07/2012 à 12:32 :
Lorsque l'austérité sera bien présente sur le site France, les ressources seront prises, il n'y a pas de jugements de valeurs à avoir. Il s'agit sim
Réponse de le 21/07/2012 à 14:06 :
@Fred; ouais, même qu'on devrait tout casser pour être certain qu'on oublie pas la dernière miette. On commence par chez toi ??
a écrit le 20/07/2012 à 21:37 :
Il y a 50 ans, l'amiante, c'était génial et il n'était pas prouvé qu'il y avait un risque pour la sante !!!
Et on en rediscutera quand on creusera à 500 m de chez vous !!!
Réponse de le 20/07/2012 à 22:54 :
Vous faites partie de la génération maudite de 68 ? Si oui on s'en fiche de ce que vous dites. On ira prendre ces ressources pour payer vos retraites.
Réponse de le 21/07/2012 à 14:08 :
@Fred: les gens à la retraite aujourd'hui ont cotisé pendant au moins 42 ans. Commence par faire ton temps et reviens nous dire si ta retraite est volée :-)
a écrit le 20/07/2012 à 20:29 :
il est vrai que la france n'a besoin ni d'emplois en plus, ni d'industrie, et qu'elle n'est pas dépendante pour sa dépense énergétique; la betise écologique dans toute sa splendeur Interdire leur parti pour qu'ils arretent de nous polluer avec leurs dogmes c'est possible ?
a écrit le 20/07/2012 à 18:47 :
La fracturation hydraulique est une technique qui est dépassée. Depuis la Loi de 2011 l'interdisant les titulaires de permis d'exploitation dont celui de Gardanne ont fait parvenir au ministère de l'écologie la technique qu'il utiliseront et qui n'est pas pour eux cette fratucration. Un peu de recherches sur votre moteur et vous comprendrez pourquoi Montebourg qui souhaite alléger la facture énergétique plus de 50 milliards de déficit ne soit pas sur la même ligne que Batho. Les recherches et l'exploitation se feront avec de nouvelles techniques la fratucration c'est l'age de pierre nos décideurs sont parfaitement informés par contre personne ne connait l'impact. Batho aura menti par omision. concernant notre sous sol qui représente un gros paquet de fric.
a écrit le 20/07/2012 à 18:46 :
Les E-U le font depuis 5 ans et n'ont eu aucun problème écologique ou environnemental! Il est quand même triste de se priver d'une rentrée d'argent aussi gigantesque. Quand au fait de polluer les nappes phréatiques, on sent bien que cette ministre n' aucune connaissance géologique!
Réponse de le 21/07/2012 à 10:09 :
Aucun problème écologique ou environnemantal ???? Vous plaisantez j'espère !!!! Jettez un oeil à l'augmentation des cancers dans les régions ou le gaz est exploité, regardrez juste à quoi ressemble les magnifiques paysages depuis l'exploitation du gaz, renseignez vous sur l'état des nappes phréatiques. Je ne sais vraiment pas comment peut-on oser dire qu'il n'y a pas d'impact environnemental.
a écrit le 20/07/2012 à 17:54 :
S'il y a des problemes techniques et des risques de pollution de la nappe phreatique, pourquoi ne pas demander aux ingenieurs de les resoudre ou de proposer des solutions? Au lieu de cela, on decrete que la 'fracturation hydraulique' est condamnee sans appel et on ferme la porte a une ressource naturelle bienvenue en ces temps ou notre balance des paiements est si deficitaire. Ou est la raison et le courage politique dans tout cela?
Réponse de le 20/07/2012 à 18:47 :
Je ne suis pas ingénieur mais il semble qu'on cherche à mettre au point une technique de fracturation moins polluante mais dont on ne connaît ni les coûts réels ni les autres impacts géologiques
Wait and see...
Réponse de le 21/07/2012 à 10:06 :
C'est justement la raison et le courage politique qu'avait eu, au grand dam des compagnies pétrolières et consorts, l'équipe de Sarkozy. Merci à Delphine Batho de poursuivre dans la même voie. S'il suffisait de "demander" à nos ingénieurs de trouver des solutions, on aurait le moteur à eau depuis belle lurette (ou burette)...

Les nappes phréatiques de la France ne sont pas au mieux, celles de certaines régions sont de plus si polluées que l'eau au robinet est nitritée à des taux inadmissibles, mais nos ingénieurs trouveront quelque chose... Aux États-Unis, où tout ce qui peut nuire aux intérêts financiers doit être caché, même au détriment de la santé publique, les régions où des exploitations de gaz de schiste fonctionnent ont TOUTES des problèmes mais - et ce n'est pas une énième théorie du complot - il ne fait pas bon le dénoncer.

Au lieu de laisser des sociétés étrangères opérer sur le sol français (car les compagnies concernées par les demandes d'exploitation sur notre sol ne sont, dans leur grande majorité, même pas françaises), pourquoi ne pas se tourner vers d'autres sources énergétiques, plus créatrices d'emploi, moins polluantes à long terme, même si ce ne sont que des sources d'énergie complémentaires.
Réponse de le 21/07/2012 à 11:31 :
l'avantage des us, dans ce type d'exploitation, est qu'elles se font au milieu de zone desertique ... (pour la plupart) donc aucun risque de santé pour les perosnnes.... mais nous n'avons pas de desert en france !
Réponse de le 22/07/2012 à 0:18 :
Contrairement à ce que vous avez pu croire, les zones d'exploitation US ne sont pas du tout des zones désertiques, bien au contraire, comme la carte jointe le montre...

Plus grave que les zones touchées sont les méthodes employées par les compagnies. Si les opposants recourent à de nombreuses publications dans des blogs ou sites internet dédiés, et à des manifestations, les producteurs pétroliers mettent en place des stratégie de lobbying. En France, un cabinet d'intelligence économique se disant mandaté par le groupe Total a ainsi émis une série de recommandations visant à instaurer ce lobbying de façon active, via ce qu'il appelle une campagne de contre-information.

Il décrit des « éléments de langage » propres à chaque « cible » visée tels que l'assimilation du gaz de schiste au gaz naturel, la fiabilité des procédés d'extraction, la possible récupération et retraitement de l'eau. Concernant le grand public, il préconise de jouer sur l'affect, avec le slogan « On vous vole vos emplois ! » en faisant le parallèle avec carte du chômage et zones d'extractions. Il propose la création d'un comité d'experts (scientifiques, sociologues, économistes, politiques) dont le discours viserait à légitimer l'extraction des gaz de schiste, via un maillage des moyens de communication (blogs, Wikipédia, réseaux sociaux, Twitter, référencement dans les moteurs de recherche, applications mobiles). L'objectif affiché est de faire assimiler les contestations à des prises de positions « partisanes et idéologiques » auprès du grand public et des décideurs.

/Users/borderiejean-pierre/Desktop/EIA_World_Shale_Gas_Map.png
Réponse de le 22/07/2012 à 7:55 :
@ATHANAGORE, VOUS AEVZ TOUT A FAIT RAION, AUX USA CES EXTRACTIONS NE SONT HÉLAS PAS DAS DES ZONES DÉSERTIQUE.
Et les zones ou cela se partiques ont de nombreux problemes de pollution sont tres conséquents.
Nous avons la chance d' avoir de nombreuses eaux de source, c' est un patrimoine qu' il faut conserver intact.
a écrit le 20/07/2012 à 16:45 :
Delphine, la minustre de l'Affaissement Improductif de la France, reste ferme pour mener la France au fond du gouffre. Les millions de futurs chômeurs lui disent merci.
Réponse de le 20/07/2012 à 17:25 :
de la critique pour de la critique ...
aucune etude MONDIALE ne demontre qu'il n'y a pas de risuqe majeur ni pour l'environnement, ni pour la santé... alors avec votre mauvaise foi, vous pouvez repasser. !
Réponse de le 20/07/2012 à 18:00 :
rien ne presse pour extraire le gaz et l'huile de schiste, dans 10 ans ils seront toujours là et nous aurons une excellente expérience de cette exploitation , des millions de chinois et d'américains vont nous servir de cobayes :-))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :