Areva sécurise son exploitation de gisement d'uranium au Niger

Le groupe français a signé avec le Niger le renouvellement de son contrat qui lui permet d'exploiter deux gisements d'uranium au terme de deux ans de négociations. Areva a dû faire plusieurs compromis pour obtenir cet accord.
(Crédits : reuters.com)

Le gouvernement nigérien a annoncé vendredi avoir approuvé le renouvellement du contrat de production d'uranium du groupe français Areva, à l'issue de deux années de négociations difficiles.

Les deux parties avaient annoncé en mai la signature d'un nouvel accord de dix ans concernant les mines de Somair et Cominak d'Areva. Le feu vert donné vendredi autorise sa mise en oeuvre.

Areva a fait des concessions

Dans le cadre de cet accord, Areva accepte de revenir sur certaines exemptions fiscales et d'augmenter les royalties reversées, précise le gouvernement nigérien dans un communiqué. Le groupe français accepte aussi d'investir 117 millions d'euros pour remettre en état la route menant à sa mine d'Arlit, financer un projet de développement local et construire un nouveau siège dans la capitale Niamey.

En juin, le ministre nigérien des Mines avait indiqué que le Niger anticipait plus de 20 milliards de francs CFA (30 millions d'euros) de recette fiscales supplémentaires cette année grâce à la renégociation de l'accord.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 12/10/2014 à 15:05
Signaler
AREVA a tout intérêt à protéger ses appros because la société est mal partie avec des gisements sans uranium payés à prix d'or par "Atomicité Anne".

à écrit le 12/10/2014 à 9:27
Signaler
Au lieu de développer sa propre industrie écologique la France continue sa politique coloniale! Bravo

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.