Emmanuel Macron au Creusot pour un nouveau plaidoyer pro-nucléaire

 |  | 566 mots
Lecture 3 min.
Emmanuel Macron, le 2 mai 2016, alors ministre français de l'Économie, en visite au Creusot sur un des sites d'Areva, groupe nucléaire français contrôlé par l'État.
Emmanuel Macron, le 2 mai 2016, alors ministre français de l'Économie, en visite au Creusot sur un des sites d'Areva, groupe nucléaire français contrôlé par l'État. (Crédits : Reuters)
Depuis le site de Framatome au Creusot, le chef de l'État prononcera cet après-midi un discours qui sera un nouveau soutien apporté au nucléaire, après le plaidoyer pour la lutte contre le réchauffement climatique adressé à la cible des "jeunes" lors de son entretien de plus de deux heures au média en ligne Brut. Cette fois, on devrait moins entendre parler d'écologie et plus de sujets de souveraineté nationale tels que la réforme de la filière ou le choix du mode de propulsion du second porte-avions français, qui doit succéder au Charles-de-Gaulle.

Emmanuel Macron se rend mardi sur le site industriel du groupe Framatome du Creusot (Saône-et-Loire) pour soutenir la filière nucléaire civile et militaire, dans le cadre d'une semaine consacrée à l'environnement et aux énergies décarbonées, a indiqué l'Elysée.

Le chef de l'État, qui prononcera un discours dans l'après-midi, est attendu sur la réforme de la filière ou encore le choix du mode de propulsion du second porte-avions français, qui doit succéder au Charles-de-Gaulle.

Incontournable mise en route de l'EPR de Flamanville

Aucune décision pour la filière EPR ne sera prise avant la mise en route de l'EPR de Flamanville, prévue mi-2023 au plus tôt, a indiqué l'Elysée. Le 5 novembre, le gouvernement avait dit n'avoir pris "aucune décision" quant à la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, après la publication d'un document évoquant la possible mise en service de six nouveaux EPR d'ici 2044.

Lire aussi : Flamanville: le gendarme du nucléaire relève une nouvelle série de manquements

Emmanuel Macron, qui sera accompagné de trois ministres -- Barbara Pompili (Transition écologique), Bruno Le Maire (Economie) et Florence Parly (Armées) -- rencontrera les représentants des acteurs de la filière tels qu'EDF, Orano, CEA, TechnicAtome et Naval Group, ainsi que des salariés.

Le site du Creusot a été choisi car Framatome y fabrique des cuves à la fois pour des réacteurs civils et pour des réacteurs utilisés dans la propulsion navale militaire, comme celle du Charles-de-Gaulle et des sous-marins.

Le chef de l'Etat devrait rappeler que "c'est le nucléaire civil et militaire qui donne à la France le statut de grande puissance", ont expliqué lundi les conseillers de la présidence.

Lire aussi : Plan social de GE: Le Maire exige une amélioration (et remet la pression sur les turbines Arabelle, fleuron stratégique)

Interview à Brut: Macron a vanté l'énergie nucléaire auprès des jeunes

Lors de son interview au média internet Brut -qui cible les "jeunes de 18 à 34 ans"- le président de la République adressait donc à la jeune génération un message pro-énergie nucléaire en reprenant l'argument de la lutte contre le réchauffement climatique :

"La France produit une électricité qui est parmi les plus décarbonée au monde. Grâce à quoi ? Grâce au nucléaire."

"On veut à terme le ramener à 50%" de la production d'électricité mais "il faut préserver la part du nucléaire", avait-il insisté, ajoutant qu'il ne pouvait "pas le remplacer du jour au lendemain par des renouvelables".

La CCC reçue mi-décembre à l'Élysée

Sa visite mardi sera précédée dans la matinée d'un conseil de défense écologique, le septième depuis le début du quinquennat, consacré en particulier à l'éolien terrestre, notamment sur "une répartition harmonieuse sur le territoire" pour éviter "des concentrations qui créent des tensions".

Lundi à l'Elysée, le chef de l'Etat recevait les dirigeants des dix plus grandes métropoles françaises sur le sujet des zones à faible émissions, prévues dans la loi mobilité pour améliorer la qualité de l'air.

L'exécutif finalise la loi devant reprendre les préconisations de la Convention citoyenne sur le climat, dont les membres ou représentants devraient être reçus par Emmanuel Macron mi-décembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2020 à 16:55 :
On veut être bien certains de rendre la planète inhabitable... Nombre de centrales, déchets, accidents à venir... On devrait réussir. On va avoir bien chaud, et nos descendants encore plus
Réponse de le 09/12/2020 à 9:22 :
Vous confondez, comme trop de personnes malheureusement, la problématique des déchets nucléaires avec celle du réchauffement climatique.
Il faut choisir notre priorité en fonction du risque de chacune pour l'humanité. Si l'on compare ces deux problématiques sérieusement, il n'y a pas de doute sur la priorisation...
a écrit le 08/12/2020 à 16:02 :
Il n'y a plus d'ingénieur en France capable de développer le nucléaire. La fusion contrôlée était un projet français et européen remontant à 13 ans. Ce sont les chinois qui font fonctionner le premier reacteur de ce type. Le seul EPR (Flamanville, Olkiluoto, Hinkley...) qui fonctionne est en Chine. L'éducation nationale a définitivement perdu la notion d'excellence. Nos jeunes élites de 40 ans le démontrent.
Réponse de le 08/12/2020 à 17:22 :
Ce que vous dites est totalement faux, de nombreux réacteurs de fusions ont fonctionné et fonctionnent de par le monde. La France détient via le CEA le record de stabilité d'un plasma de fusion et les USA le record de température à plus de 500 millions °C. Si la Chine s'en est mieux sorti sur l'EPR c'est qu'elle a bien utilisé le retour d'expérience français, a des employés expérimentés dans le domaine de la construction de centrales (avez-vous noté qu'on construit très peu de centrales thermiques (nucléaires ou à flamme) en France depuis 25 ans. Et possède aussi un tissu ouvrier expérimenté (dans le domaine de la soudure notamment). Donc au lieu d'asséner des bêtises, renseignez-vous
a écrit le 08/12/2020 à 14:21 :
le nucléaire doit évoluer: micro centrale flottante comme les russes et développer la recherche sur le retraitement des déchets. ensuite il faut développer la concurrence (nucléaire, verte, nouvelle, etc ) car la concurrence est facteur de progrès. on été les meilleurs en nucléaire , les chinois fabriquent et EXPLOITENT l'epr que nous avons conçue
ce que nous ne savons pas faire.flamanville LAMENTABLE !
oui il faut relancer le nucléaire et vite et arrêter de stopper des centrales en état de marche qui viennent d’être revisees.
a écrit le 08/12/2020 à 14:19 :
Bonjour
Je suis toujours étonné qu'on n'évoque jamais, quand on argumente sur le nucléaire, les travaux du Pr Haroche, prix Nobel de physique vers 2012 je crois. Travaux qui ont porté sur le développement de lasers de très haute puissance. Il a construit un laser de 18 pétawatts ( 18 millions de milliards de Watts ) . Et qu'est-ce qu'il a dit Haroche ?
Un déchet nucléaire perd naturellement sa radioactivité au bout de 900 ans.
Dans 20 ans, selon Haroche, les lasers seront à plus de 100 pétawatts, et, à ce niveau de puissance, si on bombarde un bloc de déchet il perdra sa radioactivité au bout d'une demi-heure ! Je ne suis pas physicien, et ne sais pas mesurer si ses propos sont toujours vrais ? Mais, il y a de quoi s'interroger !
On ne décerne pas le Nobel à des farceurs, d'habitude !
a écrit le 08/12/2020 à 12:38 :
tout cela est typiquement français nos écolos détruisent tout ce que les autres nous enviaient à l' inverse des écolos allemands qui préservent tout ce qui fait avancer leur économie
a écrit le 08/12/2020 à 11:55 :
Alors qu'il a fait fermer Fessenheim et que l'on parle de coupures preventives cet hiver...

Pronucléaire pour acheter de nouvelles centrales (qu'on est même plus fichu de construire) a ses amis d'areva, pas pour tirer le meilleur parti de l'existant.

Vivement que ça se termine mal tout ça.
a écrit le 08/12/2020 à 11:36 :
Il faut surtout assainir la hiérarchie nucléaire, le nucléaire oui mais plus à n'importe quel prix, lui imposer d'évoluer sans cesse et d'y arrêter toute activité de corruptions magouilles et autres.

Avant de dire "nous sommes obligés" disons "nous allons faire ce qu'il faut".

Pour l'instant le nucléaire c'est un rêve brisé par le fric et la corruption généralisée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :