Les conversions d'automobilistes au Superéthanol-E85 ont quasi triplé en un an

La consommation de bioéthanol comme carburant automobile a littéralement bondi en 2022 en France à la faveur des fortes hausses des prix de l'énergie. Bien que son prix ait fortement augmenté en un an, notamment en raison de l'inflation, le litre de Superéthanol reste toujours bien moins cher que celui des autres carburants.
Au 20 janvier 2023, le prix moyen du Superéthanol (E85) à la pompe avait grimpé à 1,11 euro le litre, contre 0,7433 euro le litre début 2022, et 0,6517 euro début 2021.
Au 20 janvier 2023, le prix moyen du Superéthanol (E85) à la pompe avait grimpé à 1,11 euro le litre, contre 0,7433 euro le litre début 2022, et 0,6517 euro début 2021. (Crédits : Reuters)

La consommation de bioéthanol, fabriqué à base d'alcool agricole, s'est envolée de 83% l'an dernier, soit plus de 854 millions de litres sur douze mois, a annoncé mardi lors d'une conférence de presse la Collective du bioéthanol qui a qualifié l'année d'"exceptionnelle". La hausse des prix des carburants a été le facteur déclencheur et d'ailleurs, la moitié des automobilistes qui roulent aujourd'hui au bioéthanol, toujours 30% à 40% moins cher que les autres carburants, l'utilisent depuis moins d'un an, selon une enquête menée en novembre par la filière.

Le bioéthanol, on le retrouve dans les stations-service sous l'appellation « Superéthanol-E85 » ou simplement « E85 ». Et de plus en plus : le nombre d'établissements à en proposer a augmenté de 20% en 2022 par rapport à l'année précédente pour atteindre 3.300 établissements d'après la Collective du bioéthanol qui tenait une conférence de presse à Paris ce mardi 24 janvier. Si bien que ce carburant représente désormais 6,5% du marché des essences, contre 4% en 2021.

Pour rappel, le bioéthanol est un biocarburant destiné à certains véhicules à moteur thermique dans lequel l'éthanol, un alcool produit à partir de céréales ou de betteraves (et donc classé dans la caégorie des énergies renouvelables), est mélangé à l'essence traditionnelle, qui est, elle, produite par raffinage d'une énergie fossile, le pétrole.

Ce bioéthanol est produit à 80% en France, à partir de céréales (maïs et blé) ou de betteraves à sucre [lire encadré en pied d'article] dans des champs situés notamment dans le Nord ou le Sud-ouest.

Lire aussiComment limiter le gaspillage des deux tiers du carburant de nos voitures

Environ 220.000 véhicules équipés d'un boîtier de conversion en France

Reste que tous les véhicules ne peuvent rouler au Superéthanol-E85. Pour l'utiliser, la première option est d'acheter un véhicule déjà équipé d'un boîtier homologué dit « flex fuel ». La deuxième option est de convertir son véhicule - seuls les moteurs essence le peuvent - en faisant installer ce type de boîtier a posteriori par un garage agréé.

Selon la filière, 85.000 nouveaux boîtiers de conversion ont été installés en 2022, contre 30.000 en 2021, soit presque le triple. « On estime ainsi qu'à l'heure actuelle, 220.000 véhicules essence sont équipés de boîtiers de conversion pour rouler au Superéthanol-E85 », considère la Collective du bioéthanol.

La vente de véhicules flex-E85 d'origine est aussi en hausse avec 35.000 unités écoulées en 2022, soit environ six fois plus qu'en 2021. « Fin 2022, on dénombre un parc de 81.000 véhicules flex-E85 d'origine », selon la même source.

Lire aussiToujours en difficulté, le marché européen des voitures neuves a reculé de 4,6% en 2022

Malgré la hausse des prix, un carburant toujours compétitif

Dans les stations-service françaises, le prix du bioéthanol a fortement augmenté en un an et franchi la barre de 1 euro le litre. Au 20 janvier 2023, le prix moyen à la pompe était de 1,11 euro le litre pour le Superéthanol, selon les données de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC). Or, il se vendait au prix de 0,7433 euro le litre début 2022 et de 0,6517 euro début 2021, d'après des chiffres du ministère de la Transition énergétique.

Le tarif du bioéthanol est fixé par contrats à long-terme avec les agriculteurs et il dépend notamment de l'indice de l'inflation, qui a fortement progressé l'an dernier. La Collective de l'éthanol explique les raisons de la hausse sur son site internet :

« L'augmentation du prix à la pompe est surtout due à la fin de la ristourne accordée par l'État, comme pour les autres carburants, à l'augmentation des prix de l'éthanol pour les contrats de l'année 2023, et aux variations des cours de l'essence contenue dans l'E85. Dans un contexte d'inflation généralisée, la hausse des prix de l'éthanol répercute celle des matières premières agricoles et des énergies, notamment le gaz (hausse jusqu'à +250% entre janvier et août 2022). »

La filière rappelle néanmoins le moindre coût du litre de Superéthanol-E85 par rapport à l'essence. Le litre de sans plomb SP95-E10 est par exemple vendu en moyenne 1,87 euros actuellement, soit 76 centimes de plus. Rouler au Superéthanol-E85 est donc gage d'économie :

« En dépit de l'augmentation, les automobilistes peuvent toujours réaliser des économies annuelles de l'ordre de 440 euros pour 13.000 km/an et de 675 euros pour 20.000 km/an », assure la Collective de l'éthanol.

Lire aussiA partir du 5 février, l'embargo sur le pétrole russe va mettre la pression sur le diesel

______

La fin des insecticides dans les cultures de betterave

Se pliant à une décision de la justice européenne, la France a annoncé ce lundi renoncer à autoriser par dérogation les néonicotinoïdes pour protéger les semences de betteraves sucrières qui doivent être plantées en mars. Ces insecticides s'attaquent au système nerveux des insectes et sont mis en cause dans le déclin massif des colonies d'abeilles.

Une victoire pour la biodiversité et une lourde défaite pour les planteurs de betteraves. « Il y aura des baisses de surface, des planteurs qui vont abandonner. Si c'est une année à faible pression (de jaunisse), on saura gérer, mais si c'est comme en 2020 où on a perdu un tiers de la récolte, ce sera catastrophique », a déclaré à l'AFP Franck Sander, président de la Confédération générale des planteurs de betterave (CGB).

En cas de jaunisse, la CGB réclame une indemnisation totale, sans franchise, sous peine de « mettre en danger toute la filière », des 24.000 producteurs jusqu'aux usines qui transforment les racines en sucre, en alcool ou en carburant bioéthanol. Le ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, a tenté de rassurer producteurs et industriels du sucre. « J'ai convenu avec les représentants de la filière qu'on mettrait en place un dispositif qui permettrait de couvrir le risque de pertes qui serait liée à la jaunisse, le temps qu'on trouve les alternatives dont on a besoin », a-t-il précisé.

Interrogée sur la décision du gouvernement de renoncer à une troisième dérogation permettant aux betteraviers d'utiliser des insecticides néonicotinoïdes, la filière du bioéthanol n'a pas souhaité s'exprimer.

Lire aussiLa France renonce aux néonicotinoïdes, les planteurs de betteraves « atterrés »

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 25/01/2023 à 19:13
Signaler
Bonjour, Ben moi il y a près de 20 ans avec mes 3 fords Mondeo 16s j'ai roulé au e85 sans le moindre boîtier, en effet puisque américaine, la bas c'est la norme, elles sont toutes e85 de série, et rien qui lâche, les françaises ont tout de même des ...

le 25/01/2023 à 20:11
Signaler
"la pompe de charge" ?

le 25/01/2023 à 20:57
Signaler
@citoyen, A défaut de connaître son nom, je parle de la pompe essence noyée dans le réservoir avec un filtre qui apporte l'essence au moteur sous une pression de 4 bars en général.

à écrit le 25/01/2023 à 15:01
Signaler
Si ça génère peu de CO2 comme c'est annoncé (à voir les chiffres, les annonces sont parfois optimistes), c'est la panacée, finalement, avant que tout le monde n'ait une watture (chère et rare, il faut trouver du lithium en quantité). Peu de pollution...

à écrit le 25/01/2023 à 13:06
Signaler
Faire du bioethanol à partir du blé ou de mais! Faut oser quand même en des temps où les pénuries guettent pour cause de guerre, de climat....

à écrit le 25/01/2023 à 11:22
Signaler
"ce qui pour les moteurs convertis est dommageable à terme. Bref une belle arnaque" Non plus ! Et j'insiste. J'ai vu un moteur qui a fait 200000 bornes à l'éthanol qui dans lequel aucune usure anormale n'a été constatée par moi et un professionnel de...

le 25/01/2023 à 20:52
Signaler
Bonjour, Ben c'est un liquide non miscible avec l'huile (tests perso pour utiliser avec huile de friture pour traiter le bois : raté !), Donc ne détruit pas la couche d'huile des cylindres possible durée plus élevée en km. Positif. Une odeur à l'éc...

le 26/01/2023 à 8:38
Signaler
"Une odeur à l'échappement agréable d'alambic" C'est vrai que c'est quand même plus agréable que l'essence ou pire le gazoil brulé comme odeur. Le plus bizarre restant les moteurs qui tournent à l'huile végétale et qui du coup sentent la friteuse ! ^...

à écrit le 25/01/2023 à 9:45
Signaler
Sauf que la consommation est de 30% supérieure à celle du 95 sans plomb. Bref les dragons célestes se sont encore précipiter sur le dividende comme les gorés qu'ils sont sans prendre le moindre recul, totalement décomplexés ceux qui possèdent et détr...

à écrit le 25/01/2023 à 8:20
Signaler
Sauf que la consommation est de 30% supérieure à celle du 95 sans plomb. Bref les dragons célestes se sont encore précipiter sur le dividende comme les gorés qu'ils sont sans prendre le moindre recul, totalement décomplexés ceux qui possèdent et détr...

le 25/01/2023 à 9:07
Signaler
La consommation est exactement la même, les lois de la physique s'appliquent de la meme façon. De plus, moi je roule au E85, meme si je trouve ça anti écologique.

le 25/01/2023 à 9:11
Signaler
Non seulement la consommation est notablement supérieure à celle du 95 ou 98 sans plomb mais l'éthanol est un alcool organique qui comme tel a un caractère d'acide faible et donc légèrement corrosif, ce qui pour les moteurs convertis est dommageable ...

le 25/01/2023 à 9:32
Signaler
"La consommation est exactement la même" C'est un mensonge, suffit de jeter un oeil sur internet. Je te signale momo, quand tu es comme ça tu es vraiment de mauvaise compagnie, franchement détestable même. On consomme 30% de carburant en plus et on d...

le 25/01/2023 à 11:23
Signaler
"ce qui pour les moteurs convertis est dommageable à terme. Bref une belle arnaque" Non plus ! Et j'insiste. J'ai vu un moteur qui a fait 200000 bornes à l'éthanol qui dans lequel aucune usure anormale n'a été constatée par moi et un professionnel de...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.