Énergies renouvelables : les pays scandinaves meilleurs élèves européens

 |   |  491  mots
L'éolien fournit 43% de l'électricité danoise
L'éolien fournit 43% de l'électricité danoise (Crédits : Reuters)
Globalement, l’Union européenne devrait atteindre l’objectif de 20% d’énergies renouvelables qu’elle s’était fixée en 2008 dans le cadre du paquet énergie climat. Mais ce résultat collectif masque des performances individuelles contrastées.

Avec 17,5% d'énergies renouvelables consommées en 2017, l'UE semble en bonne voie pour atteindre son objectif de 20% d'énergies issues de sources vertes (hydraulique, éolien, solaire, biomasse, etc.) en 2020. Pour autant, cette proportion ayant été répartie entre les Etats membres avec des objectifs variant de 10 à 49%selon leur situation et leur potentiel respectifs, leur degré d'avancement est très divers, selon les chiffres de l'Office européen des statistiques Eurostat.

Hydroélectricité et éolien au Nord de l'Europe

En tête de classe se trouvent les pays scandinaves. à commencer par la Suède, riche en ressources hydrauliques qui assurent 40% de sa production électrique et en biocarburants pour son chauffage.

Au Danemark, c'est l'éolien (y compris l'éolien en mer) qui assure 43% des besoins en électricité, récompensant une politique d'investissements volontariste entamée dans les années 1970. Biocarburants et déchets y sont également majoritairement utilisés pour le chauffage.

A l'autre bout du classement, les Pays-Bas et le Luxembourg font figure de bonnet d'âne, avec respectivement 6,6% et 6,4% d'énergies renouvelables dans leur mix national. Malgré, pour les premiers, des investissements dans l'éolien offshore en Mer du Nord. Sous la pression de l'ONG Urgenda, la justice, a récemment ordonnée à l'Etat de réviser à la hausse ses ambitions climatiques et réduisant se émissions de gaz à effet de serre de 25% en 2020 par rapport à 1990.

La France n'atteindra pas son objectif pour 2020

L'Etat français aussi fait l'objet d'une action en justice pour "manquements" à son obligation d'action contre le réchauffement climatique menée par les ONG « Notre affaire à tous », la fondation Nicolas Hulot, Oxfam et Greenpeace.

Et, alors que onze d'entre eux les ont déjà dépassés, notre pays appartient au groupe des Etats membres qui risquent fort de ne pas atteindre leur objectif, puisque la France n'affichait encore que 16,3%d'énergies vertes (essentiellement hydroélectricité et bois, devant les biocarburants) dans son mix en 2017, alors que son objectif est de 23% en 2020.

Le gouvernement s'est engagé à fermer 14 réacteurs nucléaires d'ici 2035 et à arrêter d'ici 2022 quatre centrales à charbon encore en fonctionnement, sous réserve que la sécurité d'approvisionnement électrique soit garantie.

L'Allemagne, entre renouvelables et charbon

Souvent montrée en exemple pour ses réalisation dans les énergies renouvelables, l'Allemagne souffre néanmoins d'un recours important au charbon. Ainsi, si l'éolien et le solaire ont connu un fort développement ces dernières années, elles n'assurent que 15,5% de l'énergie finale consommée en 2017, pour un objectif de 18% en 2020. En parallèle, elle tire 37% de son électricité et 30% de son chauffage du charbon. Des discussions sont en cours dans la première économie européenne au sein d'une loi-cadre sur la protection du climat afin d'arrêter une date de sortie de cette énergie très polluante, qui pourrait se situer entre 2035 et 2038.

Pour 2030, l'Union européenne s'est engagée à porter la part des renouvelables à 32% de sa consommation d'énergie.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2019 à 11:25 :
Reponse à bruno_bd
Ce n'est pas parce qu'on est second ou troisième qu'il faut prétendre être le premier.
C'est tout ce que disait mon message.

S'agissant de production électrique décarbonée à x% qu'importe la population, la taille du territoire ou tout autres critères sur lesquels vous avez dérivé, cela n'a rien à voir. Tout le monde sait que la Norvège est peu peuplée et que le territoire est énorme et désert…. ne mélangez pas les propos. Je peux aussi ajouter de faon plus en rapport avec le sujet que la Norvège produit 4 fois d'électricité, décarbonée donc, par tête d'habitant que la France, ce qui ne les empêche pas d'être parmi les plus gros pourvoyeurs de GES d'Europe en raison de leur importante production pétrolière et gazière, mais encore une fois, ça n'a rien avoir avec le sujet qui est que nous ne sommes pas les champions européens de l'électricité décarbonée.
a écrit le 03/04/2019 à 12:48 :
Il y a une petite coquille dans l'article: Les Allemands ne se chauffent pas dans 30% des cas au charbon: Ils se chauffent principalement au gaz (environ 50%) et dans environ 27% des cas, ils se chauffent encore au mazout (principalement vieux chauffage central dans les immeubles ou maison individuelles ayant un système de chauffage agé). Pour le reste, c'est principalement du chauffage urbain, des poêles à granulés et dans seulement 5% des cas de l'électricité.
a écrit le 02/04/2019 à 9:19 :
en France on a soit disant pas de petrole mais on a des idees!!!! seulement pour les mettre en application il faut convaincre et ce n'est pas toujours facile car le moindre projet ou modification entraine souvent une levee de bouclier et une ou deux associations qui portent plainte en justice alors on avance pas "c'est la France" mais on admire les autres bien ailleurs mais pas chez nous !!!!!
a écrit le 01/04/2019 à 16:18 :
Le but des ENR était initialement de sauver le climat. On constate aujourd'hui qu'elles n'y arrivent pas, mais alors pas du tout.

Doit-on s'obstiner dans des solutions inefficaces ?
a écrit le 01/04/2019 à 14:44 :
Beaucoup de commentaires sont intéressants , mais il faudrait, certes c'est compliqué, tenir compte de la géographie et de la population au km2 car la consommation d'énergie est proportionnelle (importations et exportations incluses) au nombre d'habitants. C'est ainsi que la Norvège peu peuplée et très montagneuse peut se satisfaire de son hydroélectricité et du trop plein (gratuit ) de l'éolien danois quand il fonctionne plein pot. En échange elle vend aux mêmes danois son électricité produite à partir de gaz quand il n'y a pas de vent au prix fort. La Suède bénéficie aussi de bonnes caractéristiques géographiques et de population.Il faut donc considérer que ce sont des cas atypiques et pour cela comparer à l'Allemagne qui fait beaucoup d'efforts et investit des sommes considérables avec des résultats plus que mitigés au dire des experts allemands financés par Angela Merkel.
a écrit le 01/04/2019 à 10:04 :
Quoi qu'il soit fait, étant donné que consommation d'énergie continue de croître, renouvelable ou pas, toutes les émissions de polluants vont continuer d'augmenter. Et donc ou planète de se dérégler.
La seule voie possible serait la réduction de la consommation d'énergie.Impossible.On peut donc considérer que tous ceux qui nous vendent des solutions pour produire une énergie "propre" sont des Menteurs, à tout le moins des opportunistes.
Finalement, les tenants de l'énergie nucléaire ne sont pas moins Menteurs que d'autres.
a écrit le 01/04/2019 à 9:45 :
J'attends tout et son contraire sur l'éolien dont la réalité du rendement entre l'estimé et le réel produit. Autre sujet la réalité sur la pollution à la construction et à la destruction sans parler d'éventuelles nuisances. Je ne suis ni pour ni contre seulement comme tout en politique y compris chez les écologistes est parfois glorifié au delà de la réalité? Allons nous dans quelques années nous dire que l'éolien était une bonne fausse idée mais très juteuse pour ceux qui ont bien vendu le concept écologie/ rendement/pollution ????. A qui pouvons nous avoir confiance pour une étude VERITE?
a écrit le 01/04/2019 à 9:36 :
"...sous réserve que la sécurité d'approvisionnement électrique soit garantie." c'est bien ça le hic parce que "la prévision est difficile,surtout quand elle concerne l'avenir". Compter les œufs dans le cul de la poule n'est pas toujours aisé, surtout avec les moyens intermittents dont on ne maîtrise jamais le rendement réel. Quant aux ONG il y a longtemps que l'on aurait du leur fermer le bec.
a écrit le 01/04/2019 à 9:29 :
En ce qui concerne la France, il faut prendre en compte le fait que les Écolos sont souvent un frein au développement de projets hydroélectriques ou photovoltaïques sous prétexte de protection de la nature : pas de barrages ou pas de panneaux solaires qui mettraient en danger la vie d’une salamandre ou d’un grillon.... L’administration, hyper tatillonne et décourageante, n’aide pas non plus à la mise en place rapide de projets...
a écrit le 01/04/2019 à 9:16 :
Cela m'agace qu'on parle d'énergie renouvelable: l'énergie consommée ne peut être renouvelée; tout ce que l'on peut espérer, c'est que la source en soit inépuisable; nos besoins vont devenir immenses, car on ne parle pas encore de la limitation naturelle (il faut le souhaiter) de la population mondiale. Le soleil est une source plus fiable que le vent, mais je ne crois pas qu'on ait encore trouvé la solution pour profiter de ce honteux gaspillage planétaire.
a écrit le 01/04/2019 à 8:48 :
"A l'autre bout du classement, les Pays-Bas et le Luxembourg font figure de bonnet d'âne,"

Alors que deux places d'évasions fiscales majeurs qui ne font que paupériser les autres pays européens. Tout va bien.
Réponse de le 01/04/2019 à 9:28 :
Ce sont surtout (en particulier les Pays-Bas) des économies très performantes.
Réponse de le 01/04/2019 à 9:53 :
@ sansintérêt

"Ce sont surtout (en particulier les Pays-Bas) des économies très performantes."

Et je suis sûr que leurs habitants ont aussi deux mains deux jambes et deux oreilles non ?

Pas tous !? Hum hum tiens tiens...

Toujours aussi passionnantes et indispensables vos interventions hein... -_-
a écrit le 01/04/2019 à 0:00 :
Et bien.... L'Allemagne a fait de sérieux progrès entre 2017 et 2018 avec 40% de renouvelable dans son mixe électrique en 2018
Réponse de le 01/04/2019 à 9:23 :
L'électricité allemande émet toujours beaucoup de CO2.

En 2016, l'électricité allemande a produit 303 millions de tonnes de gaz à effet de serre.

Auxquels il faut ajouter entre 10 et 20% supplémentaires si on tient compte des émissions de gaz à effet de serre liées à l'extration et au transport du gaz et du charbon utilisés par les centrales allemandes sachant que l'Allemagne importe une partie croissante de son charbon et presque tout son gaz.

La même année, l'électricité française a produit seulement 35 millions de tonnes de gaz à effet de serre.
Réponse de le 01/04/2019 à 10:04 :
A l'adresse de Luc ::
Je vous parle du progrès spectaculaire dans le domaine des ENR de l'Allemagne entre 2017 et 2018 et vous me répondez en me parlant d'un résultat de 2016 des GES allemands…. suivez la progression vers l'avenir, pas vers le passé.
Cordialement
Réponse de le 01/04/2019 à 10:30 :
La production d'électricité en Allemagne a à peine changé entre 2016 et 2018.

Le dernier chiffre publié par l'Agence européenne pour l'environnement concernant la production de gaz à effet de serre de l'électricité allemande l'année 2016.

Les chiffres de 2017 et 2018 ne doivent pas être très éloignés de ceux de 2016.
Réponse de le 03/04/2019 à 12:15 :
@luc L'évolution entre 2016 et 2018 est loin d'être négligeable: en 2016, le charbon+lignite a produit 235TWh (42%) et les renouvelables 183TWh (33%) mais en 2018, c'est 203TWh (37%) pour charbon+lignite mais 221TWh (40%) pour les renouvelables, donc les renouvelables sont passés devant le charbon. Source Fraunhofer ISE.
a écrit le 31/03/2019 à 21:05 :
Comparaison n'est souvent pas raison et la problématique de certains pays n'est pas transposable. Il appartient en principe aux journalistes de décortiquer et d'expliquer les subtilités de la chose. En l'espèce cet article revient à dire que c'est la bière de nos amis scandinaves qui est la meilleures, chose que je veut bien admettre avec beaucoup de plaisir.
a écrit le 31/03/2019 à 18:21 :
la part d'électricité renouvelable a bondi de 22% en France en 2018 (RTE, 02/2019).
la France est 8e sur 115 du classement du Forum Economique Mondial sur la transition énergétique (World Economic Forum, 25/03/2019), avec le UK et 8 petits Etats dans le Top 10.
les émissions de gaz à effet de serre par habitant sont parmi les moins élevées des pays développés, avec Suède et Suisse (World Resources Institute ; Eurostat).
la France fait partie des pays ayant le plus faible déficit de tarification du carbone (Peu de pays font payer le carbone assez cher pour que les objectifs climatiques puissent être atteints, OCDE, 18/09/2018).
Réponse de le 01/04/2019 à 9:33 :
Grâce au nucléaire, la France est de toutes façons le pays de l'UE dont la production d'électricité émet de loin le moins de CO2. Sauf peut être la Suède, riche en ressources hydrauliques et qui exploite aussi un parc nucléaire significatif. Et lorsque les réacteurs de 4è génération, des surgénérateurs, seront déployés, le nucléaire pourra être aussi considéré comme du renouvelable.
Réponse de le 01/04/2019 à 10:09 :
Réponse à Bruno_bd :
Non le champion de l'électricité décarbonée c'est la Norvège avec 96% de sa production par les ENR (presque exclusivement de l'hydroélectricité) et pas une seule centrale nucléaire pour produire l'électricité !
Ce qui ne les empêche pas de produire un max de GES avec leur industrie pétrolière et gazière qu'ils ne consomment pas eux-mêmes ….. ils nous les vendent.
Réponse de le 01/04/2019 à 21:02 :
Norvège=5,2 millions d'habitants sur 385000km2, soit une densité de population près de 10 fois plus faible qu'en France, avec une majorité du territoire quasi inhabitable mais un potentiel hydroélectrique très important qui couvre la quasi totalité des besoins. En France pratiquement tous les sites qui permettraient l'exploitation hydroélectriques sont équipés, il n'y a guère d'avancées à espérer de ce côté-là. Arriver à une électricité décarbonée à près de 90% (avec le nucléaire) c'est pas si mal.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :