Total : des bénéfices 2017 qui bondissent et des actionnaires choyés

 |   |  447  mots
Le groupe prévoit, en supplément, jusqu'à cinq milliards de dollars de rachats d'actions sur la période 2018-2020 pour partager avec les actionnaires les bénéfices de la hausse des cours.
Le groupe prévoit, en supplément, jusqu'à cinq milliards de dollars de rachats d'actions sur la période 2018-2020 pour "partager avec les actionnaires les bénéfices de la hausse des cours. (Crédits : Eric Gaillard)
Tous les voyants sont au vert pour le groupe pétrolier et gazier Total. Il a annoncé, ce jeudi, des bénéfices pour 2017 en forte hausse et ce, notamment, grâce à la remontée des cours du brut ainsi qu'à la progression de sa production.

Total a annoncé jeudi des résultats en nette progression au quatrième trimestre 2017, tirés par la hausse de sa production et des prix du pétrole. Le groupe s'est aussi engagé sur une politique de retour aux actionnaires faite de hausse du dividende et de rachat d'actions.

La deuxième compagnie pétrolière européenne par la capitalisation boursière a précisé dans un communiqué qu'elle visait une hausse de son dividende de 10% sur les trois prochaines années, avec un objectif de 2,72 euros par action au titre de 2020 (contre 2,48 euros pour 2017).

"Le conseil d'administration a décidé de retirer la décote sur le dividende en action et de proposer une politique de retour aux actionnaires pour les trois prochaines années", a indiqué le Pdg Patrick Pouyanné

Les acomptes sur dividende trimestriels au titre de 2018 seront en outre augmentés de 3,2% à 0,64 euro par action et Total prévoit un rachat des titres émis - désormais sans décote - dans le cadre de l'option maintenue du dividende en actions.

Le groupe prévoit, en supplément, jusqu'à cinq milliards de dollars de rachats d'actions sur la période 2018-2020 pour "partager avec les actionnaires les bénéfices de la hausse des cours", a ajouté Patrick Pouyanné.

Une production d'hydrocarbures en hausse

Bénéficiant d'une hausse des prix du Brent, Total a vu son résultat net ajusté bondir de 19% au quatrième trimestre, à 2.872 millions de dollars, avec une marge brute d'autofinancement de 5.955 millions (+25%).

Dans le même temps, sa production d'hydrocarbures a progressé de 6% à 2,613 millions de barils par jour, principalement grâce au démarrage et à la montée en puissance de ses nouveaux projets.

Selon un consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters, les analystes attendaient en moyenne un résultat net ajusté de 2.814 millions de dollars et une production de 2,649 millions de barils.

Economies, coût de production et investissements organiques

Total vise plus de quatre milliards de dollars d'économies en 2018 et un coût de production de 5,5 dollars par baril, ainsi que des investissements organiques de 14 milliards environ et une production en hausse de 6%.

La sensibilité cash du groupe au prix du pétrole en 2018 augmente à 2,8 milliards de dollars pour 10 dollars de variation de Brent - contre 2,5 milliards en 2017 -, Total se donnant en outre comme objectif un point mort organique avant dividende de 25 dollars par baril cette année (contre 27 dollars).

Le groupe a également dit que son secteur aval devrait générer cette année encore une marge brute d'autofinancement de près de sept milliards de dollars, malgré le retrait actuel des marges de raffinage.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2018 à 10:48 :
Bonjour,
Serait-il possible d'avoir la distribution de vos dividentes d'actions depuis le 1er janvier
2018.
Merci de votre réponse.
a écrit le 08/02/2018 à 13:15 :
Suite à la remonté du brut et l'augmentation des bénéfices, l'Etat va aussi être choyé pour l'année 2017. Les impôts montent à 3,029 Milliards ($) contre moins de 1 milliard pour l'année 2016.
Cours moyen du pétrole Brent :
2016 : 44 $/b
2017 : 54
T4-2016 : 49,3
T3-2017 : 52,1
T4-2017 : 61,3 $/b
Réponse de le 08/02/2018 à 18:38 :
oui vous avez raison ce gouvernement composé quasiment exclusivement de socialisses continue l'appauvrissement des Français entamé par Bollande.
Réponse de le 08/02/2018 à 19:28 :
?
.....
Sous tous les gouvernements, impôts et les taxes touchant les sociétés fonctionnaient idem. Hollande avait commencé à baisser les charges, l'actuel gouv. continue et a rajouté la suppression de l'ISF.
............
Bizarre, j'ai l'impression que les têtes de série provenant de l'aile droite sont plus nombreuses.
fin 2013, Hollande a entamé une politique plus à droite, demandez donc à Mélenchon.
Il a commencer à faire le job pour les entreprises, celui que Sarkozy avait promis mais jamais acté.
Baisse de charges - CICE, relance de l'investissement, aides à la robotisation ou à l'impression 3D, l'Usine du Futur, BpiFrance, suramortissement, numérique, startups, prime 1er emploi, etc.
Votre commentaire est un peu limité, dévoilez-vous, expliquez la raison de votre haine.
a écrit le 08/02/2018 à 12:33 :
La transition écologique 😂😂😂
a écrit le 08/02/2018 à 10:22 :
Amha , il n y aura pas de décote pour le réinvestissement des dividendes .
Et avec le bénéfice actuel vouloir augmenter le dividende de seulement 10 % en 3 ans et un minimum du respect que l on doit aux actionnaires .
a écrit le 08/02/2018 à 10:21 :
Pendant ce temps, le quidam qui va bosser tous les jours est obligé de supporter malgré lui des pleins à plus de 70 euros pour sa petite camionnette ! En outre, le deuxième péage infligé par les stations sur autoroutes passe mal, c'est le moins qu'on puisse dire. Total pourrait peut-être aussi faire une "politique de retour" à l'endroit de ses clients ? ...
Réponse de le 08/02/2018 à 15:24 :
Peut être que vous devriez acheter des actions Total?
a écrit le 08/02/2018 à 9:24 :
J'aurai préféré qu'il partage aussi avec les automobilistes en baissant leur prix
Réponse de le 08/02/2018 à 10:01 :
Appelle plutot Bruno Lemaire et les 67.42% de taxes
Réponse de le 08/02/2018 à 12:01 :
Et vous, vous partagez avec qui?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :