Vallourec reste très attaché à ses niches d'activités

Vallourec , spécialiste des tubes d'acier sans soudure, veut garder ses activités de niches.
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Vallourec ne compte pas se désengager de ses activités périphériques pour devenir un «pure player» de l'énergie. Le spécialiste du tube sans soudure, qui réalise 84% de son chiffre d'affaires dans les hydrocarbures, la pétrochimie et l'énergie électrique, fabrique en effet aussi des produits pour la construction (4% des ventes), l'automobile (4%), et la mécanique (7%). «Quand on est leader sur un marché local, on peut élargir un peu le portefeuille avec des niches qui s'ouvrent naturellement et qui peuvent être très rentables», a expliqué vendredi Philippe Crouzet, le président du directoire, lors d'une conférence de presse.

S'il entend rester sur ces marchés secondaires, Vallourec a engagé des investissements «historiques» pour augmenter ses capacités dans ses métiers traditionnels et se rapprocher de ses marchés cibles. En 2010, les investissements seront «de l'ordre de 900 millions d'euros» maximum, a déclaré Philippe Crouzet. «L'an prochain, ce sera moins, mais encore un montant historiquement élevé», a-t-il précisé. Cette année, Vallourec a amorcé la construction d'une usine aux Etats-unis, pour fournir entre autres les producteurs américains de gaz non conventionnels, et en Chine, pour servir le marché du nucléaire. Au Brésil, sa nouvelle usine VSB, à partir de laquelle il fournira notamment Petrobras et son programme d'investissements géants, devrait démarrer progressivement d'ici à la fin de l'année.

En France, Vallourec triple la capacité de son usine de Montbard, qui cible le marché du nucléaire. Enthousiaste sur les marchés traditionnels de l'énergie, décidé à être toujours plus proche des ses clients et à leur vendre toujours plus de produits «premium» et de services, Vallourec goûte en revanche peu le renouvelable. «L'idée que la croissance des renouvelables change la donne n'est pas exacte, le solaire et l'éolien restent pelliculaires», estime Philippe Crouzet.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.