Alstom va lancer un train à pile à combustible en Allemagne

 |   |  239  mots
Le Coradia, un train régional conçu par Alstom, sera équipé d'une motorisation par pile à combustible.
Le Coradia, un train régional conçu par Alstom, sera équipé d'une motorisation par pile à combustible. (Crédits : Reuters)
Le constructeur ferroviaire français va développer et fabriquer en Allemagne un nouveau train régional à zéro émission. Il utilisera la technologie de la pile à combustible. Un enjeu considérable dans un pays qui produit l'essentiel de son électricité avec du charbon.

Alstom engage une révolution technologique au pays de Siemens. Le constructeur français de trains vient de signer une lettre d'intention avec plusieurs collectivités locales afin de mettre en service un train zéro émission qui fonctionnerait grâce à la technologie de la pile à combustible.

Alstom a signé une lettre d'intention avec les Länders de Basse-Saxe, de Rhénanie du Nord-Westphalie, de Bade-Wurtemberg et des autorités des transports publics de Hesse "en vue de l'utilisation d'une nouvelle génération de trains à zéro émission équipés d'une motorisation par pile à combustilble", écrit le groupe français dans un communiqué.

Alstom va équiper son nouveau train régional, le Coradia, de cette motorisation par pile à combustible qui "a déjà fait ses preuves dans l'industrie automobile". Outre ses émissions réduites à néant, le nouveau train d'Alstom sera également plus silencieux.

Un enjeu économique et environnemental

Alstom compte également sur un système de stockage et de gestion de l'énergie efficient pour rendre son modèle plus économique qu'une rame diesel conventionnelle. Enfin, il compte sur un prix du combustible compétitif.

Au-delà des trains qui roulent encore au diesel, l'enjeu est important pour un pays où l'électricité est encore produite pour 46 % à partir du charbon (8% en France).

Les nouveaux trains seront développés et fabriqués sur le site d'Alstom à Salzgitter (le centre de compétence des trains régionaux), en Allemagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2015 à 9:55 :
et la france va regarder le train passer et une fois de plus l innovation part d allemagne ................
a écrit le 30/09/2014 à 14:40 :
@Alain34

Ou une voie verte par éolienne/photovoltaïque puis electrolyse de l'eau...
a écrit le 25/09/2014 à 15:02 :
Trés bonne idée en matiere d'innovation si ca peux le faire distancer de ces concurrents
a écrit le 25/09/2014 à 12:22 :
C'est intéressant vus les marchés et baisses des coûts en cours pour les pac et pour les forts excédents d'énergies renouvelables qui correspondent souvent l'été aux pics des transports mais le biogaz a aussi son intérêt car 1 m3 de méthane libère une énergie de 9,89 kWh (35,6 MJ) en brûlant, alors qu'1 m3 d'hydrogène ne libère que 3 kWh (environ 10 MJ). Certes le rendement d'un moteur électrique étant bien supérieur au rendement d'un moteur utilisant du méthane çà compense en grande partie et la pollution globale est moindre mais selon les régions et pays la compétitivité de l'un ou l'autre doit varier.
a écrit le 25/09/2014 à 11:45 :
Il y a quelques temps, un article indiquait un contrat sur dix ans entre Air Liquide et l'Allemagne afin d'installer des pompes à hydrogène dans les stations service en Allemagne. Ils pensent au futur, peu importe la source, méthode pour le fabriquer (périodes d'énergie ('creuses') sans acheteur, pour éviter les prix négatifs, un comble dû aux énergies vertes renouvelables qu'on ne peut pas "gérer", le vent n'en fait qu'à sa tête, le soleil joue à cache cache), trop d'électricité sans besoin !!!
Ils organisent le futur.
(la voiture électrique du moment n'est pas la version du futur, ça serait plutôt le véhicule à pile à combustible (me semble qu'il y avait des possibilités avec du méthanol comme liquide énergétique, peut-être radicalement différentes). Des français travaillent (lu sais plus où) sur un alliage de magnésium permettant de stocker l'hydrogène par adsorption et surtout de le libérer sans avoir à trop chauffer, à suivre)
a écrit le 25/09/2014 à 7:19 :
Cette solution n'est pas applicable en France parce que le cout du travail pour la gestion des voies ferrées est trop important et le prix de l'énergie trop bas.
a écrit le 24/09/2014 à 21:20 :
Constructeur "français" ? On a déjà oublié ?
Réponse de le 24/09/2014 à 21:33 :
La branche transport n'a pas subi les assauts de GE pour mémoire !
Réponse de le 23/01/2015 à 9:57 :
ils ont pris ce quil voulait et surtout maintenant les americains vont pouvoir empecher d exporter certains composants lie au nucleaire
a écrit le 24/09/2014 à 18:13 :
heu.. pile a combustible = hydrogène... et pour produire de l'hydrogène, on utilise quoi ???
Du gaz (coucou Vladimir) ou de l'électricité... et donc, en Allemagne, du charbon !!!!
Émissions réduites a néant... mouarf !

Bon, ensuite, vaut mieux pas que le train déraille après avoir fait le plein... :P
Réponse de le 24/09/2014 à 19:08 :
Oui et non ! Votre raisonnement est logique, mais cela dépend du modèle choisi par Alstom et l'Allemagne. En effet, le pays produit beaucoup d'NRJ renouvelables, ce qui perturbe le réseau électrique quand la demande est faible.

Une solution pourrait donc être d'utiliser les surplus (pointes) de production pour générer de l'hydrogène destiné au trains. Ainsi, on règle deux problèmes : la gestion des points en énergie renouvelable, et la production d'hydrogène "vert". C'est le système de la société française Mcphy Energy.
Réponse de le 24/09/2014 à 20:18 :
TD, avez vous déjà essayé de vendre des frigo à des esquimaux ?
a écrit le 24/09/2014 à 17:28 :
Pile à combustible !!! donc un train à pile polluant !! mdr
Réponse de le 24/09/2014 à 18:15 :
En effet, une pile est par définition non rechargeable contrairement à une batterie ou des accus. Autant utiliser un train électrique alimenté par une centrale thermique dont les rejets seront dispersés par les vents en zone rurale.
Réponse de le 24/09/2014 à 21:14 :
Je suis tout à fait en accord avec votre raisonnement, Michel, mais ce n'est pas l'avis de Alstom qui veut vendre sa camelote aux Allemands.
Réponse de le 25/09/2014 à 11:39 :
Pile parce que les "fluides" entrent et sont consommés mais la structure ne s'use pas (quand on chauffe une casserole, le gaz brûle mais pas la cuisinière :-) ). Accumulateur voudrait dire qu'il faut recharger le biniou, l'utiliser jusqu'à épuisement, puis recharger, jusqu'à plus capable d'absorber/stocker.
Réacteur à combustible,, ça ferait "bizarre", inquiétant (comme la résonance magnétique en médecine (RMN), c'est résonance magnétique Nucléaire (noyau d'hydrogène, de l'eau, les acides aminés, les protéines, etc etc... mais le nucléaire ("du noyau") a disparu, trop moche).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :