Vallourec, face "au pire des scénarios", chute en Bourse

 |   |  379  mots
Le groupe subit une chute de l'activité dans pratiquement tous les secteurs et toutes les zones géographiques, notamment en Amérique du Nord.
Le groupe subit une chute de l'activité dans pratiquement tous les secteurs et toutes les zones géographiques, notamment en Amérique du Nord. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Les pertes du fabricant de tubes sans soudures se sont accélérées au deuxième trimestre atteignant les 199 millions d'euros, entraînant une chute en Bourse de plus de 5% vendredi matin. Vallourec pâtit d'une dégradation de ses activités due à la chute du marché du pétrole et du gaz.

Vallourec espérait une amélioration de ses résultats sur la deuxième partie de l'année, mais l'objectif ne sera jamais atteint. Le fabricant de tubes sans soudures s'attend désormais à une poursuite de la dégradation et prévoit "probablement un Ebitda (résultat net d'exploitation) négatif en 2015", a reconnu le président du directoire Philippe Crouzet, lors d'une conférence téléphonique.

Ce dernier s'est exprimé jeudi 30 juillet, jour de la publication des résultats du deuxième trimestre. La société française a enregistré des pertes nettes du groupe de 199 millions d'euros. Elles se sont aggravées par rapport au premier trimestre. De janvier à juin, elles grimpent 275 millions.

Egalement, le chiffre d'affaires s'est écroulé de 28,4% sur le second trimestre atteignant 1,01 milliard d'euros et l'Ebitda, et a littéralement plongé de 94,8% à 248 millions d'euros.

Chute de l'activité générale

Philippe Crouzet n'y va pas par quatre chemin. Il estime que Vallourec fait face "au pire scénario envisagé en début d'année". Le groupe subit une chute de l'activité dans pratiquement tous les secteurs et toutes les zones géographiques, notamment en Amérique du Nord.

C'est un effet de la chute du marché du pétrole et du gaz. Ainsi, les commandes des distributeurs ont chuté brutalement. "Tout ceci se traduit par une très forte chute de nos volumes d'activité", précise Philippe Crouzert.

L'action a chuté de 35% en un mois et demi

Et les marchés ont réagi vivement. Le titre du  fabricant de tubes sans soudures perdait 6,04% à 10h19, coté à 15,010 euros. Les investisseurs avaient déjà anticipé puisque l'action est passé de de 23, 435 euros le 3 juin à 15,36 euros le 29 juillet, s'effondrant ainsi de 35%.

350 millions d'euros d'économies envisagées

Le 30 avril, le groupe sidérurgique avait déjà plongé en Bourse, de 17% cette fois-ci, après avoir a annoncé un plan d'économies visant entre autres à  réduire d'un tiers la capacité de ses tuberies européennes d'ici 2017. Cela devrait le conduire à en supprimer 2.000 emplois supplémentaires dans le monde.

Au total, ces mesures d'économies doivent permettre à Vallourec d'atteindre les objectifs d'économies de son plan de compétitivité Valens, à savoir 350 millions d'euros sur la base de coûts 2014 avec un effet en année pleine en 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :