Projet de reprise de la Chapelle Darblay par Veolia : la grosse crainte du patron de VPK

NORMANDIE. Pour le président de VPK, groupe cartonnier belge et nouveau propriétaire de la papeterie d’Alizay dans l’Eure, le marché de l’emballage carton se trouvera en « surcapacité gigantesque » si Veolia mène à bien son projet concurrent à la Chapelle Darblay, proche de Rouen, à une vingtaine de kilomètres à peine d'Alizay. Tout le monde y perdra, met en garde Pierre Macharis qui se dit prêt à contribuer à « une solution plus réaliste » pour l’usine rouennaise.

4 mn

Pierre Macharis, PDG de VPK Packaging.
Pierre Macharis, PDG de VPK Packaging. (Crédits : dr)

Comme un pavé dans la mare dans ce feuilleton économique made in Normandie. Pierre Macharis, président de VPK Packaging, donne de la voix pour la première fois depuis que la Métropole de Rouen a annoncé son intention de préempter la papeterie de la Chapelle Darblay pour casser sa vente au duo Samfi/Paprec. A la place, la Métropole soutient le projet de cartonnerie porté par Veolia et le fabricant de pâte à papier Fibre Excellence. Si rien ne dit à ce stade que la manœuvre aboutira, la perspective inquiète le PDG du groupe belge qu'a interrogé La Tribune. L'intéressé est peu pressé de voir émerger un projet quasiment jumeau de celui qu'il mène à une vingtaine de kilomètres de là dans la papeterie d'Alizay (Eure), rachetée au thaïlandais Double A.

Lire aussi 3 mnChapelle Darblay : le plan de la Métropole de Rouen pour casser le projet de vente du propriétaire finlandais

L'épisode remonte à l'été dernier. Un temps pressenti pour la reprise de celle que l'on surnomme la « Chap Pap », VPK avait finalement jeté son dévolu sur cette usine plus moderne avec l'intention d'y investir 170 millions d'euros pour la convertir dans la fabrication de Papier Pour Ondulé (PPO) à partir de vieux papiers. Six mois plus tard, la transformation est lancée et les commandes passées. A pleine capacité, le groupe entend fournir quelque 450.000 tonnes de PPO par an.

Soit grosso modo ce que prévoit le plan d'Antoine Frérot, PDG de Veolia, pour les installations rouennaises. Et c'est bien là que le bât blesse pour le dirigeant du plat pays.

« Faut-il coûte que coûte créer le même produit qui va se jeter sur le même marché ? » se demande t-il tout haut.

Contrairement à ce que semble penser son alter ego français, lui craint qu'il n'y ait pas de place pour deux acteurs de cette taille sur un périmètre géographique aussi limité. « Si l'on compte la cartonnerie DS Smith (également située dans la banlieue rouennaise ndlr), ces trois usines produiraient 1,2 million de tonnes de carton. Beaucoup trop pour un marché en croissance de 2 à 3% par an qui ne peut intégrer que des quantités modestes du fait des gains de poids et de taille que nous demandent nos clients », calcule-t-il en pointant le risque d'une « surcapacité gigantesque dans l'Ouest de la France ».

Lire aussi 2 mnChapelle Darblay : le cartonnier belge VPK fait faux bond et ira investir ailleurs

« Une équation intenable »

Pierre Macharis redoute aussi que les papeteries normandes ne se retrouvent en concurrence pour l'approvisionnement en vieux papiers et cartons : leur matière première. Le gisement n'est pas extensible dans cette partie de l'Hexagone bordée par la mer, souligne  t-il.

« L'équation est intenable. Si nous devons aller chercher la matière première plus loin, cela coûtera plus cher. C'est un risque supplémentaire de voir ces deux unités se neutraliser, les privant des moyens de se développer ».

Dans ces conditions, VPK pourrait-il faire marche arrière ? A cette question, son président répond par la négative. « Je me suis engagé, nous irons au bout. Notre groupe est solide et le projet que nous déployons à Alizay est exceptionnellement bon parce qu'il consolide 300 emplois et qu'il répond aux ambitions de circularité de la Région et de l'Etat. Mais attention à ne pas l'affaiblir économiquement ».

S'il sonne l'alarme, Pierre Macharis se défend de savonner la planche d'Antoine Frérot et de son partenaire. « Je n'essaie pas de saboter un projet concurrent » nous assure t-il. Anticipant les critiques, il se dit disposé à participer « à une réflexion globale » sur l'avenir de la Chapelle Darblay.

« Je connais mon métier et je suis prêt à faire partie d'une solution si je comprends mieux les ambitions, à condition que chacun puisse trouver de la valeur ».

Le PDG de Veolia et ses soutiens saisiront t-ils cette main tendue ? La question leur est posée.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 22/12/2021 à 10:14
Signaler
encore un petit bonhomme qui ne supporte pas les concurrents rien de plus facile quand on est seul cela permet de sous payer les employers et d'augmenter les prix que l(on veut.

à écrit le 22/12/2021 à 9:46
Signaler
Surcapacités dans le carton ? Moi qui croyais que ce matériau avait un avenir fantastique avec l'interdiction prochaine du plastique dans les emballages à usage unique. Il y a de quoi se les prendre et se les mordre.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.