Le patron de Doux serait prêt à céder la majorité de son groupe à Barclays

 |   |  210  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Le patron du volailler Doux, en redressement judiciaire depuis juin, accepterait de céder la majorité de son groupe à la banque Barclays.

"La Barclays va prendre 80% du capital de Doux ", a déclaré à l'AFP le délégué central syndical CGT Raymond Gouiffès, à l'issue d'une réunion ce mercredi, à la la veille d'un comité central d'entreprise (CCE) décisif pour l'avenir du groupe volailler breton. Pour le responsable syndical qui dit tenir ses information du cabinet Syndex qui conseille les syndicats présents lors de ce CCE, Charles Doux fait ainsi "marche arrière pour revenir au point de départ".

Selon cet accord, "la Barclays détiendrait 80 des parts et Doux 20% (en reprenant les dettes du volailler)", a poursuivi Raymond Gouiffes. La famille Doux détient actuellement 80% du groupe et la BNP 20%. Charles Doux avait ces dernières semaines refusé de devenir minoritaire, rejetant jusqu'à présent la prise de contrôle de la Barclays qui cherche par ce biais à récupérer une créance de 140 millions d'euros.

Depuis le mois de juin le volailler subit les contrecoups de son placement en redressement judiciaire. Plusieurs offres de reprises ont été proposés, entre lesquelles le tribunal de Commerce de Quimper doit trancher d'ici fin juillet. Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg avait fait part début juillet de son souhait que le volailler "fasse l'objet d'une reprise globale".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2012 à 18:05 :
La Barclays ayant l'habitude de plumer ses clients,il paraît logique qu'elle s'intéresse à Doux!!!
a écrit le 26/07/2012 à 12:19 :
Si au moins Barclays faisait cela pour aider le groupe à s'en sortir!!! mais j'en doute, c'est surtout pour être aux premières loges pour récupérer ses billes, la maison n'a rien d'un établissement de bienfaisance.
a écrit le 26/07/2012 à 10:54 :
Incroyable... alors que c'est eux qui ont mené Doux à sa perte (tant au niveau de la stratégie que des hommes que la Barclay's a placés en leur accordant des salaires mirobolants)... Il y a un problème en France: la délinquance des cols blancs. À quand un Code juridique intégrant une partie déontologique, tant pour les salariés que pour les patrons... Tout à revoir.
a écrit le 26/07/2012 à 10:35 :

je croyais cette banque au bord de la fallitte
a écrit le 26/07/2012 à 8:29 :
Espérons surtout qu'il y a du poulet a manger, c'est le principal aliment pour tous! Et que l'industrie soit sauver
Réponse de le 26/07/2012 à 10:50 :

pour en etre degoute a jamais de consommer... visite un elevage
a écrit le 25/07/2012 à 23:31 :
La barclays, c'est bien la banque qui a triché pendant des années sur le Libor. Et on va les laisser prendre les commandes d'une industrie alimentaire? Bienvenue dans le monde du poulet à 80€ le kilo.
Réponse de le 26/07/2012 à 8:15 :
poulet à 80? le kilo, acheté à 1? le kilo en Turquie avec préparation sous-traitée en Roumaine, tout ça pour faire de la "valeur pour l'actionnaire" en vendant de la m... aux consommateurs et en mettant tout le monde au chômage, avant de fermer définitivement la boite ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :