Habillement : pourquoi les achats en soldes ont doublé depuis 2000

 |  | 264 mots
Lecture 2 min.
Un rapport du Credoc et de l'Institut français de la mode remis en 2012 préconisait d'abandonner le système des soldes flottants. (Photo: Reuters)
Un rapport du Credoc et de l'Institut français de la mode remis en 2012 préconisait d'abandonner le système des soldes flottants. (Photo: Reuters) (Crédits : Reuters)
Les professionnels de l'habillement réalisent désormais 40% de leur chiffre d'affaires en soldes et en promotions. Un mouvement accéléré par le succès des ventes en ligne et les modèles économiques des marques reposant sur un renouvellement rapide des collections.

La chasse aux bonnes affaires est devenue une norme. Désormais, les professionnels de l'habillement réalisent 40% de leur chiffre d'affaires en soldes et en promotions selon une étude du Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) publiée le 30 juin

20% des recettes

Les seules périodes de soldes permettent de réaliser 20% des recettes, soit le double qu'en l'an 2000. Il apparaît d'ailleurs que les commerçants étaient nombreux à choisir d'accoler les soldes flottants auxquels ils avaient droit depuis 2009 aux périodes officielles de deux fois cinq semaines. Un amendement au code de la consommation, voté le 24 juin à l'Assemblée nationale, prévoit de supprimer ces périodes complémentaires et de les remplacer à compter du 1er janvier 2015 par deux périodes de six semaines, l'une débutant le 1er mercredi de janvier, l'autre le 1er mercredi de juin. 

Les soldes semblent représenter une aubaine surtout pour les grandes chaînes dont le modèle économique consiste à "attirer les clients par la nouveauté" rappelle le Crédoc. Pour cela, "elles multiplient le nombre de collections", lesquelles peuvent dépasser les sept par an. Dans ces conditions, les destockages réguliers et massifs sont plus qu'utiles... 

>> Soldes: comment les magasins se débarrassent des invendus? 

Un mouvement accéléré par le e-commerce

Les consommateurs eux-mêmes n'attendent plus le sésame officiel pour se ruer sur les réductions, et utilisent abondamment les achats en lignes pour profiter des promotions. Ainsi l'achat sur le web serait-il utilisé dans 20,3% des cas pour des emplettes en promotions. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2014 à 9:50 :
C'est obligatoire, vu les prix délirants des habits par rapport aux coûts de production en Asie et Éthiopie... Les prix devraient être divise par 4 ou 5!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :