L'e-commerce crée-t-il toujours autant de nouveaux emplois ?

 |   |  566  mots
L'e-commerce français a enregistré une croissance de 11% en 2014.
L'e-commerce français a enregistré une croissance de 11% en 2014. (Crédits : <small>DR</small>)
Le marché de l'e-commerce atteint presque les 57 milliards d'euros en 2014, soit 11% de plus que l'année précédente. Mais si cette très forte croissance obtenue dans un contexte économique toujours tendu s'accompagne de créations d'emplois, le rythme de celles-ci risquent de se tasser.

Les ventes en ligne affichent un brillant dynamisme en France en 2014. Et, ce qu'elles soient opérées par des entreprises uniquement présentes dans le créneau digital ou bien générées par des enseignes ou des fabricants qui disposent également d'un réseau "physique". Pour autant, cette forte croissance se traduit-elle par des créations d'emploi? La question est particulièrement sensible puisqu'un bilan plutôt négatif du marché de l'emploi tous secteurs confondu est attendu ce 27 janvier.

10 à 13% d'emplois en plus dans l'e-commerce en 2014 ?

L'e-commerce, rare secteur en croissance dans l'économie française, fait pour l'heure exception. La dernière estimation établie pour la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad) remonte à mai 2014. Elle table sur une progression comprise entre 10 et 13% du nombre d'emplois dans le secteur pour atteindre un volume de 100.000 emplois. Interrogé sur l'évolution de ces estimations une fois le bilan 2014 établi, Marc Lolivier, délégué général de l'organisme qui rassemble les principaux acteurs du secteur indique :

"La croissance [en 2014] est en accord avec les prévisions. Incontestablement ces chiffres sont une bonne nouvelle pour les e-commerçants mais aussi pour l'emploi. "

Pour l'année à venir, le marché pourrait même dépasser les 62 milliards d'euros. L'e-commerce appartient en effet à ces secteurs où existent des leviers de croissance. Il reste des créneaux où l'offre semble encore manquer aux consommateurs, comme par exemple dans le cadre de la consommation collaborative. L'achat groupé directement aux producteurs (Amap etc...) intéressait plus du quart des Français sondés par le CSA et Médiamétrie l'an dernier, mais seuls 7% y ont eu recours. "C'est dans l'ère du temps, on en parle, l'engouement est réel, peut-être manque-t-il de réponses à cette demande", commente à cet égard Bertrang Krug, directeur de Médiamétrie, invité par la Fevad pour évoquer les perspectives du e-commerce côté consommateur en 2015.

Entre déclarations et réalisations

Si l'objectif de créations d'emploi est atteint, ce sera notamment grâce au dynamisme de l'activité des très petites, petites et moyennes entreprises dans ce secteur particulier. L'an dernier, "7% des TPE -PME de l'e-commerce ont déclaré avoir embauché", indique Marc Schillaci, PDG d'une plateforme de services aux PME qui mène depuis plusieurs années sous le contrôle de KPMG une enquête auprès de plus de 3.000 adhérents.

Seulement, nuance de taille : ces employeurs se sont montrés bien moins enthousiastes dans les faits qu'ils ne l'avaient été dans leurs déclarations. Un an plus tôt, 28% des sondés prévoyaient d'embaucher. Pour 2015, 19% seulement comptent augmenter leur masse salariale. Si l'écart entre déclarations et réalisations se maintient, il faudra donc s'attendre à moins de nouvelles créations d'emploi que par le passé. Même dans ce secteur apparemment épargné par la crise.

Une cadence qui s'atténue

Car, de la même manière que le rythme de croissance des ventes totales de l'e-commerce ralentit (1), le nombre de créations totales d'emplois, quelle que soit la taille de l'entreprise, pourrait marquer le pas. En effet, même la prévision la plus optimiste de la Fevad pour 2014 - 13% d'emplois en plus - se révèle inférieure aux 21% d'augmentation observée l'année précédente. L'e-commerce devrait donc continuer créer de l'emploi. Mais peut-être peu moins qu'auparavant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2015 à 10:54 :
j'ai sourit sur le titre... qui me paraissait assez idiot -mais dans l'article vous faites de rattrapage... bon j'ai vécu la période du développement de l'ordinateur les IBM 32 34..la suppression des secrétaires par des ordinateurs.... et l'e commerce.... la seule comparaison intelligente est LE PIB ET LES EMPLOIS..le pib n'a pas beaucoup changé - sa répartition si... le chomage en France vous savez les chiffres, donc ce n'est qu'un changement de consommation je vais sur des sites et j'achete parce que les prix sont intéressants (donc moins de TVA moins de PIB) vous acheter des voitures avec 25 % a 41 % de réduction...des vins avec 30 %...des voyages... voyez les dépots de bilan des agences.... le marché n'a pas changé en volume.... l'emploi s'est déplacé... une plateforme de livraison est en islande ca aide pour l'emploi en France... soyez réaliste faite du journalisme c'est à dire étudier les dossiers dans leur totalité..et vous etes branché sur l'économie que vont raconter les journaux génériques..
a écrit le 28/01/2015 à 10:46 :
C EST EXAT? MAIS PLUS DE GENS SE FORMERONS A L INFORMATIQUE .PLUS SE COMMERCE AURAS DE L AVENIR? ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :