Deux magasins Galeries Lafayette fermeront en 2015, le sort des Galeries lilloises en suspens

 |   |  410  mots
Une extension au boulevard Haussmann, à Paris, de la zone touristique lui permettant d'ouvrir le dimanche, génèrerait 5 à 7% de chiffre d'affaires supplémentaire pour les Galeries Lafayette.
Une extension au boulevard Haussmann, à Paris, de la zone touristique lui permettant d'ouvrir le dimanche, génèrerait 5 à 7% de chiffre d'affaires supplémentaire pour les Galeries Lafayette. (Crédits : reuters.com)
Les dirigeants des Galeries Lafayette ont décidé de fermer les magasins de Thiais et de Béziers, comme l'avaient annoncé des sources syndicales. À Lille, deux semaines de négociation avec le bailleur se profilent.

Des "questions économiques" avaient été annoncées hier au menu d'une réunion extraordinaire du comité central des Galeries Lafayette qui se tenait ce mardi. La direction du groupe a finalement annoncé la fermeture de deux magasins, à Thiais (Val-de-Marne) et Béziers, tandis que l'avenir d'un troisième magasin, celui de Lille, reste encore incertain, a-t-on appris de sources syndicales.

Trois magasins en question

Les magasins de Thiais - 117 salariés et 80 démonstrateurs (personnels employés par des marques) - et Béziers - 45 salariés et 30 à 40 démonstrateurs - devraient fermer fin 2015, a précisé Brigitte Giuga, déléguée syndicale centrale CGT. Le maire d'extrême-droite de Béziers, Robert Ménard, avait décidé début novembre de préempter les murs des Galeries Lafayette (qui compteraient 80 salariés) pour 2,3 millions d'euros. Il craignait le rachat du bâtiment "par la société holding sans aucune garantie sur la pérennité commerciale de l'activité."

Quant au magasin de Lille - 160 salariés et environ 70 démonstrateurs -, des "négociations sont encore en cours" avec la foncière Pramerica. En option, la concession du rez-de-chaussée à un repreneur, ce qui entraînerait la suppression de 30 postes, a ajouté Brigitte Giuga. Faute de parvenir à un accord, le magasin serait aussi fermé. La décision devrait être prise dans les deux semaines à venir.

Carte des galeries Lafayette en France

Les Galeries Lafayette comptent une soixantaine de magasins en France

1000 créations d'emplois si Haussmann ouvre le dimanche?

Philippe Houzé, le président du directoire du groupe, a par ailleurs assuré qu'une extension au boulevard Haussmann, à Paris, de la zone touristique lui permettant d'ouvrir le dimanche, génèrerait 5 à 7% de chiffre d'affaires supplémentaire. Ce qui, a-t-il affirmé aux Echos en janvier "équivaut à la création de 500 emplois directs et 500 emplois indirects".

Après une restructuration du BHV entamée en 2006, le groupe a entrepris sous l'égide de Nicolas Houzé, le fils du président du directoire, un plan baptisé Ambition 2020. Celui-ci se fonde notamment sur l'e-commerce.

Le développement des Galeries Lafayette passe également par de nouvelles ouvertures de magasins, notamment à l'étranger, à Doha, Istanbul et Milan, après des inauguration à Pékin et Jakarta en 2013

En France, un magasin de déstockage a ouvert ses portes dans le centre commercial One Nation à l'ouest de la capitale. Des inaugurations sont enfin prévues sur les Champs Elysées à la place du Virgin Megastore en 2018, ainsi qu'à Marseille dans le quartier du Prado.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2015 à 19:09 :
Dans les villes où les galeries lafayette ferment faute de clientèle au porte monnaie suffisant il suffira d'ouvrir à la place des magasins tatie ,des solderies et de développer les animations vides greniers....l'économie repart en France les feux sont presque au vert!
a écrit le 31/03/2015 à 18:09 :
Etonnant ,Thais ( belle-epine) venait d'obtenir le tramway.
a écrit le 30/03/2015 à 16:26 :
En France, l'économie, à l'instar de la politique, se porte de son mieux, et c'est magnifique. En Chine, par contre….
a écrit le 30/03/2015 à 16:06 :
"une extension au boulevard Haussmann, à Paris, de la zone touristique permettant (aux Galeries) d'ouvrir le dimanche, génèrerait 5 à 7% de chiffre d'affaires supplémentaire."
Ah bon ? cela me semble pouvoir avoir deux explications :
- Ou bien les clients concernés n'auraient pas acheté les biens ou services concernés s'ils n'avaient pas eu la possibilité de le faire (aux GF ou ailleurs) un dimanche. Cela veut dire que ces biens ou services sont très superflus, voire inutiles; dès lors pour le bien environnemental de la planète et aussi au plan moral, ces achats ne se justifient pas.
- Ou bien, les clients concernés, s'ils n'avaient pu faire ces achats un dimanche aux GF, les auraient fait ailleurs en semaine. En ce cas, l'économie n'y gagne rien, car les GF sont peut-être gagnants mais d'autres commerces sont perdants; c'est un jeu à somme nulle. Dès lors, ici l'ouverture dominicale ne se justifie pas non plus.
En conclusion, tout cela me semble des efforts à la fois désespérés, dérisoires et antisociaux pour relancer une consommation essoufflée dans un pays vieillissant dont les ménages solvables sont pour la plupart déjà largement équipés.
Réponse de le 30/03/2015 à 16:35 :
5 à 7% de CA en plus, cela montre que l'activité le dimanche serait à peu près la moitié d'une journée moyenne. Ce qui correspond aux touristes et étrangers de passage, extrêmement nombreux aux GL. Cette clientèle très rentable et aisée fait beaucoup d'achat d'impulsion, sans se préoccuper des rabais et journées -15%, obsession du client parisien. Ainsi, 5 à 7% de CA supplémentaires, feront 10 ou 15% de bénéfice brut supplémentaire.
a écrit le 30/03/2015 à 14:50 :
Avec deux quinquennat d'artistes aux commandes , les résultat sont là : pouvoir d'achat en bernes depuis un lustre et peut d'espoir que cela change vu le résultat des élections d'hier .
a écrit le 30/03/2015 à 13:17 :
Philippe Houze devrait prendre la présidence du directoire de carrefour ! Georges Plassat devrait prendre sa retraite avant d être gâteux !😁😳🐾🐾🐾🔜
a écrit le 30/03/2015 à 12:58 :
Prix élevés et service moyen, résultat, des villes qui sont connues pour des niveaux de salaires plus bas que la moyenne vont trinquer. Surtout avec la crise à laquelle il fallait s'adapter le temps qu'elle régresse. Béziers, Lille ou Thiais, ce n'est pas Paris-Bobos. Les jeans à 100 euros mini ne passent pas. Très mauvais management. S'adapter aux clients qui eux-mêmes modifient leurs achats en fonction du pouvoir d'achat dont ils disposent à l'instant T. Réactivité, et la crise est passée par là, mais depuis 2008, 6 années se sont écoulées?
a écrit le 30/03/2015 à 12:56 :
Ce n'est que le début. La France non réformée n'est pas productive. Elle s'appauvrira beaucoup. Hollande a fait perdre 5 ans cruciaux. Le discours de gauche reste dominant..... Redistribution, égalité et bla bla bla chômage....
Réponse de le 30/03/2015 à 16:10 :
Je n'ai pas mémoire de réformes marquantes et décisives pour l'industrie, la productivité, les PME, le numérique, les startup, les financements, l’export ou la simplification sous les règnes Sarkozy, Chirac, Jospin?
Réponse de le 31/03/2015 à 0:52 :
@LOlo
si reformer , c est de baisser le SMIC aux alentour de 700 ou 800 euros , je pense que la crise va perdurer , quand aux Patrons s ILS pensent que cela seras la formulent magique je les plains.
PS dans une société de consommation , si vous rogner le pouvoir d achat de quelques manières que ce soit rien ne marcheras.
Réponse de le 31/03/2015 à 17:07 :
Il faut un temps pour tout et "ne pas mettre la charrue avant les bœufs".
1. relance de l'innovation et soutient à la création d'entreprises, les financements, capital-investissement et surtout capital-risque. (les premiers gains de croissance devraient être réorienté dans ce sens. Les 3% peuvent attendre.
2. Dès que possible financièrement, continuer de diminuer les charges en ciblant spécialement les TPE-PME. Et soutenir encore plus fortement les entreprises à l'export, BPI France, Coface................
3. Botter le derrière aux communes qui dépensent sans compter mais en comptant sur l'état. (l'augmentation de la dette de l'état, c'est avant tout les excès des communes, département et régions)
4. Simplification de la législation et des procédures et démarches pour citoyens et entreprises.
(Ca passe aussi par une justice plus performante et des contrôles sérieux plus nombreux, toutes les entreprises et tous les citoyens doivent "être loger à la même enseigne", les tricheurs dehors! Liberté d'entreprendre n'est pas liberté d'arnaquer)
3, Aux entreprises de mettre le paquet pour moderniser, numériser et sécuriser leur outil de travail au plus vite et en fonction de leurs bénéfices (il y a des phases ou il faut arrêter de gaver durant quelques temps les actionnaires). Aux dirigeants aussi, de ne pas vendre leur boutique à des sangsues qui ne sont intéressées que de par le court terme, c'est a dire vider les caisses, couler la boite et se tirer au plus vite.
4. .......
5. .......
.....
A la fin, naturellement, salaires et pouvoir d'achat augmenteront dès qu'il y aura une demande d'embauches importante.
Ensuite, les salariés et syndicats seront autorisés à grogner et obtiendront des augmentations générales qui seront en rapport avec le dynamisme de chaque secteur, la concurrence, le carnet de commande, les perspectives à long terme,.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :