Les transporteurs se mobilisent contre la concurrence déloyale

 |   |  329  mots
Une centaine de poids-lourds ont défilé samedi sur la rocade de Rennes, à l'initiative de l'Organisation des TPE et PME du transport routier (OTRE).
Une centaine de poids-lourds ont défilé samedi sur la rocade de Rennes, à l'initiative de l'Organisation des TPE et PME du transport routier (OTRE). (Crédits : reuters.com)
Samedi, une centaine de poids-lourds ont défilé sur la rocade de Rennes, à l'initiative de l'Organisation des TPE et PME du transport routier (OTRE), pour dénoncer le "cabotage illégal" et "la concurrence déloyale" d'entreprises de transports étrangères, principalement d'Europe de l'est.

Une centaine de poids-lourds ont défilé samedi sur la rocade de Rennes, à l'initiative de l'Organisation des TPE et PME du transport routier (OTRE), pour dénoncer le "cabotage illégal" et "la concurrence déloyale" d'entreprises de transports étrangères, principalement d'Europe de l'est.

"Stop dumping social, concurrence déloyale", ou encore, "donneurs d'ordre, affréteurs, coupables; pays de l'est, esclaves; transporteurs français, sacrifiés", pouvait-on lire sur les calandres de camions.

Du cabotage illégal

"Nous dénonçons le cabotage illégal et le détachement de personnel" étranger, préjudiciables aux transporteurs français car ces derniers et leurs concurrents étrangers ne sont pas soumis aux mêmes contraintes, c'est une distorsion de concurrence qui "met nos entreprises et nos emplois en danger", a expliqué à l'AFP Christine Jaouen, présidente de OTRE/Bretagne.

Un texte européen autorise des entreprises étrangères de transport "à effectuer trois opérations (enlèvements, livraisons, ndlr) en sept jours (le "cabotage", ndlr) mais elles réalisent bien plus que ce qui est autorisé. Il y a une insuffisance des contrôles sur le territoire qui profite à des donneurs d'ordre qui achètent du travail à bas coût" en faisant appel à ces transporteurs étrangers, a-t-elle dénoncé.

Une grande majorité de camions étrangers

Il y a deux semaines, les transporteurs bretons ont mené le dimanche matin des opérations de comptage des camions étrangers sur les aires de repos des grands axes de la région. "En quatre heures, nous avons décompté 600 poids lourds de ce type, dont 80% originaires des ex-pays de l'est, et même des Turcs. Sachant que la Bretagne, de par sa situation géographique, est une terre de destination pour le transport et pas une terre de transit, vous imaginez ce que ça peut-être ailleurs en France", fait valoir Mme Jaouen.

"Nous n'avons rien contre ces chauffeurs étrangers. Simplement, nous voulons que les mêmes règles s'appliquent à tous", a-t-elle ajouté.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2016 à 11:41 :
"Simplement, nous voulons que les mêmes règles s'appliquent à tous", a-t-elle ajouté".

C'est vague, des regles etrangères pour nos chauffeurs ou les notres pour eux ?
a écrit le 20/03/2016 à 15:43 :
Le cabotage a tellement quelque chose de séduisant qu'il en parvient à bousculer les modes de fonctionnement actuels.
Après l'échec de l'ECOTAXE qui permettait de faire appliquer le principe de "l'utilisateur/Payeur" transformée depuis en taxe sur les carburants ... distribués et vendus en France donc indolore pour les camionneurs étrangers voici l'autre sujet qui s'appelle le dumping social !
L'idée de l'Europe est partie d'une idée généreuse construite sur deux conflits armés qui ont opposés les deux principaux acteurs de l'Europe que sont La France et l'Allemagne.
L'absence de règles sociales constitue le principal talon d'Achille de l'actuelle Europe.
Paradoxalement , le seul "gagnant" est ... le consommateur qui voit ses achats quotidiens maintenus à la baisse mais à quel prix social ?
Nous ne sommes pas QUE consommateurs , nous sommes AUSSI des salariés !
Jusqu'où pouvons-nous aller ?
a écrit le 20/03/2016 à 9:09 :
quand j'ai voulu ramener un stère de bois du Havre : cela me coûtait plus cher que le bois : j'y suis allé moi-même !!! n'oubliez pas ; vos prix sont impossible à payer !!!!
a écrit le 19/03/2016 à 21:22 :
C'est la vérité notre gouvernement est démissionnaire il ne défend pas l'intérêt de nos entreprises de transports qui subissent une concurrence plus que déloyale et un dumping sans limite le mois dernier j'étais obliger de licencier alors que mon but principal est de développer l'entreprise et embaucher des chauffeurs français c'est la triste réalité et je crois que il va y avoir des actions de transporteurs comme celles des taxis parisien une grande mobilisation des transporteurs français il est temps de dire stop à ce cirque stop au massacre de nos entreprises qui payent des charges en France stop au cabotages abusifs nous n'avons pas peurs de la concurrence à condition qu'elle soit loyale il faut plus decontrôle et appliquer les règles et sanctionner réellement ces transporteurs étrangers qui abusent et ne respectent pas les regles donc nous voulons plus de controles et appliquer les sanctions en cas d'abus.a nous transporteurs français d'être unis pour une grande mobilisations
Réponse de le 20/03/2016 à 19:44 :
Pourtant, vous achetez des vêtements et de l'électronique produits par des enfants en Asie, des voitures et des camions produits en grande partie en Europe de l'Est.
Il s'agit certainement alors de concurrence loyale ?
Le libéralisme, c'est pour les autres ?

Merci du boycott de mon commentaire par LA TRIBUNE
Réponse de le 21/03/2016 à 11:48 :
"stop au massacre de nos entreprises qui payent des charges en France"

C'est aussi pour cela que les chauffeurs étrangers sont à bas coût , tu souhaites donc cette extention aux chauffeurs français concurrencer les turcs et autres ? Dans ce cas il faut leur préciser à quoi servent ces "charges en France".
Les cotisations sociales correspondent donc à une part socialisée du salaire, c'est-à-dire collectée par des organismes appelés caisses afin d'être redistribuée. Les cotisants bénéficient en contrepartie d’une couverture partielle ou totale de frais divers, engendrés par l'un des grands « risques » que sont le chômage, la vieillesse, la famille, la maladie et les accidents du travail et maladies professionnelles. Cette contrepartie peut être immédiate (risque immédiat), ou différée : le salarié touche une pension à l'âge de la retraite.
a écrit le 19/03/2016 à 18:18 :
L'Europe est à l'image d'une partie de cartes dont les joueurs n'appliqueraient pas la mêmes règles; bref une "pagaille" qui, de surcroît, est "organisée" (on croit rêver).
Réponse de le 20/03/2016 à 21:12 :
Même constat pour le transport aérien . La DGAC est inopérante . Les sociétés non -françaises prennent toutes les parts nouvelles de marché dans le low-cost parce qu'elles ne supportent pas les mêmes contraintes que les sociétés françaises .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :