Les camions de Renault restent "made in France", mais la production baisse

 |   |  631  mots
Production de camions Renault Trucks en France
Production de camions Renault Trucks en France (Crédits : DR)
Les camions de Renault Trucks ont reçu le label "Origine France garantie". Mais l'ex-branche poids-lourds de Renault, aujourd'hui propriété du suédois Volvo, voit ses ventes chuter. Et elle supprime des emplois.

Renault Trucks (en anglais dans le texte)  appartient à 100% au suédois Volvo depuis 2001. Mais ses camions viennent de recevoir le label "Origine France garantie".Décerné par l'association "ProFrance" présidée par Yves Jégo, ce label de certification de l'origine française conffirme l'ancrage de l'ex-RVI, ancienne branche poids-lourds de Renault, dans l'Hexagone avec les sites de production de Blainville-sur-Orne (Calvados,2.000 personnes), Bourg-en-Bresse (Ain, 1.600) et Lyon (Rhône, 5.700).

Un label bienvenu, alors que le groupe Volvo, deuxième constructeur mondial de camions - rien à voir avec les voitures de Volvo Cars qui appartiennent au chinois Geely -, avait annoncé en mars dernier son intention de... supprimer 508 emplois en France, dont 319 sur le site de Lyon, pour un effectif total de 8.900 salariés en CDI dans l'Hexagone (9.420 au total). 70% des effectifs de Renault Trucks sont en France.

Chute de la production de 30% au 4e trimestre 2013

Renault Trucks  avait vu ses prises de commandes chuter de 30% au quatrième trimestre 2013, entraînant une diminution de la production. Selon la CFDT, outre les 508 postes en CDI mentionnés, 800 consultants vont disparaître, soit 1.300 suppressions de postes au total. Dans un communiqué, le syndicat "condamnait l'attitude du groupe Volvo" alors que celui-ci "prévoit de distribuer en 2014 le même dividende qu'en 2013". Héritier de Berliet et Saviem, Renault Trucks avait écoulé  43.095 camions sous sa marque en 2013, contre 51.486 l'année précédente, un chiffre qui était déjà en recul de 14% par rapport à 2011!

« Depuis dix ans, nous avons investi 3,5 milliards d'euros chez Renault Trucks à la fois dans les usines et les nouveaux produits », expliquait  en septembre dernier  à latribune.fr Olof Persson, PDG du groupe Volvo. "Nos activités françaises ont des bases solides avec une productivité comparable à celle de nos autres usines en Europe de l'ouest et une très bonne qualité", précisait le dirigeant. Mais, quand nous lui avions demandé s'il allait maintenir les effectifs en France, Olof Persson avait répondu prudemment : "je suis confiant sur le fait qu'on continuera de produire en France. Mais il faut accroître la productivité. Pour protéger l'entreprise sur le long terme, notre responsabilité c'est de rester compétitifs". A bon entendeur...

"Renault Trucks a des positions fortes en Europe et en Afrique du nord. Nous avons encore un gros potentiel de croissance en Europe mais aussi en Asie", indiquait le patron, soulignant que "60% des camions produits en France sont exportés".

Renault a revendu sa participation

Le groupe Renault était jusqu'à 2012 l'actionnaire de référence historique de AB Volvo, holding du groupe Volvo. Mais l'ex-Régie n'a plus de participation. Le constructeur français avait en effet annoncé fin 2012 sa sortie du capital. Au-delà de l'opération financière, cette cession de 6,5% du capital et 17,2% des droits de vote dans AB Volvo par Renault était symbolique. En 2001, lorsque Renault avait vendu ses poids-lourds au groupe scandinave, il était devenu en échange actionnaire du consortium scandinave.

Louis Schweitzer, alors PDG du groupe français, avait absolument tenu à être le premier actionnaire de AB Volvo (avec alors 21,7% du capital et 21,3% des droits de vote au périmètre d'octobre 2010), notamment pour avoir un droit de regard sur la façon dont le suédois allait gérer les... actifs français. Une participation qui avait évité une trop lourde restructuration chez Renault Trucks, comme Louis Schweitzer nous l'avait alors avoué. Mais le PDG de Renault actuel, Carlos Ghosn, ne se sent pas de telles responsabilités historiques et morales.

Notons que, contrairement à Renault, l'allemand Daimler (Mercedes) est resté très présent dans le poids-lourd, dont il est le numéro un mondial. Volkswagen, qui n'était initalement pas dans le secteur, a racheté pour sa part les spécialistes MAN et Scania pour constituer également un grand groupe de camions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2014 à 20:25 :
cocorico m eur VEDEVOYE DACIA cartonne avec des voitures ROUMAINE
a écrit le 28/05/2014 à 20:21 :
il ya plus d industries en FRANCE le donneus d ordre sont ailleur
a écrit le 28/05/2014 à 17:45 :
Un appareil de télévision était 10 fois plus gros il y a 20 ans, il en va de même pour tout. Le transport a adopté des logiciels de gestion qui optimisent les tournées, le carburant augmente avec le prix du pétrole et les salaires explosent pour les raisons que l'on sait tandis que des gens de l'est viennent concurrencer les transporteurs et que ces derniers refusent stupidement l'éco-taxe qu'ils voient comme un ennemi alors qu'il s'agit d'une protection. Les raisons sont multiples pour expliquer la baisse des ventes de camions aux normes CO2 de plus en plus coûteuses. Volvo comme d'autres sera obligé de réduire encore plus fortement son personnel. L'effet actuel n'étant qu'un début.
L'existence de matériel allemand non fabriqué en France vient des obligations faites aux transporteurs d'effectuer des appels d'offre confirmés par la pression des banques. Il en va de même à travers toute l'Europe, les allemands devant adopter une production diversifiée. Les différents constructeurs allemands qui se regroupent signent surtout une attitude défensive importante et le pool de regroupement financiaro-magouille que constitue VW dans ce domaine correspond à une décision "politique" gouvernementale pour sauver les intérêts de ce pays en glissade avancée. Quelque part une défense peut faire quelque instants figure d'attaque mais l'on s'y trompe rarement bien longtemps. Les nouveaux véhicules de livraison vont être différents, téléguidés et électriques, roulant la nuit. Il est nécessaire de préparer cette nouvelle production depuis une page blanche. Volvo Trucks fait donc ici office de voiture-balai de la vielle économie. La société devrait être rachetée par la nouvelle construction d'Airbus pour sa branche militaire qui devrait se retrouver bientôt aux mains des allemands. Une évolution qu'il convient d'accepter vivement si l'on veut réussir la mutation en cours Il y aura donc le transport de livraison et d'emport "urbain" de nouvelle façon et puis les engins spéciaux "Utilities" municipaux ou de projection grand export militarisés, basés sur les anciennes technologies souvent plus complexes mais désormais de moindre demande. On retrouve la même préparation stratégique dans les évolutions de l'ex Fiat. Vouloir condamner Renault ou exposer le "déclin français" est encore une fois une erreur. Ne la poursuivons pas.
a écrit le 28/05/2014 à 13:44 :
Avant, les autobus étaient fabriqués en France. Maintenant, ils le sont dans les payés du nord : SCANIA (scandinavie) figure sur tous les bus en Ile de France.
Réponse de le 28/05/2014 à 14:41 :
C'est l'Europe unie, la mondialisation à porté de chaque Parisien... ;)
Réponse de le 28/05/2014 à 15:50 :
@Sontate : Le leader des autobus en France est Iveco Bus dont la production est effectuée à Annonay (Ardèche) pour la marque Iveco Bus et Rorthais (Deux-sèvres) pour la marque Heuliez Bus... Iveco Bus détient également le label "Origine France Garantie"
Réponse de le 28/05/2014 à 21:49 :
Iveco est une marque et société italienne avec délocalisations de ses usines en France. Le label "Origine France" ne concerne que le lieu de fabrication, pas la nationalité de la marque. Ainsi comme pour les avions Airbus qui sont assemblés en France mais fabriqués en plusieurs pays. Dans ce cas sous le label "Made in Europe".
a écrit le 28/05/2014 à 13:02 :
Selon le site www.renault-trucks.com les camions Volvo et Renault sont vendus par un réseau de concessionnaires à travers le monde.
Ma question est : est-ce qu'un camion fabriqué en France aura le même prix en Argentine ou au Gabon qu'en Suisse ou aux États-Unis ?
Réponse de le 28/05/2014 à 21:51 :
Vous voyez, Muriel, les "experts" de La Tribune n'ont pas pu vous répondre, votre question était trop objective pour eux. Désolé.
a écrit le 28/05/2014 à 12:54 :
PSA IMPORTERAIT LES REPUTES CAMIONS ENTRY DE DONGFENG AFIN DE CONCURRENCER L'OFFRE LOW COST SCANIA-MAN.
Réponse de le 28/05/2014 à 15:40 :
@PSA: merci info intéressante !
Réponse de le 28/05/2014 à 17:09 :
@psa
Ce que vous dites est une énormité....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :