Le meilleur reste à venir pour les hôtels européens

 |   |  313  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'investissement hôtelier repart, la reprise de l'activité constatée en 2010 se confirme en 2011. L'hôtellerie européenne s'oriente vers une croissance soutenue, selon BNP Paris Real Estate.

Le marché du tourisme, qui a connu une chute de 4% en 2009, est reparti sans équivoque à la hausse en 2010, de 7% par rapport à 2009, se plaçant même 2% au dessus de son niveau 2008. Si les déplacements touristiques ont en moyenne totalement effacés l'impact de la crise, la situation est loin d'être uniforme. "Les arrivées de touristes internationaux ont progressé dans toutes les régions, les pays émergents constituant les principaux moteurs de la reprise, les économies avancées croissant, quant à elles, à un rythme plus lent. Reflet du climat économique mondial général, cette reprise à deux vitesses devrait ainsi perdurer en 2011 et dans un avenir proche", souligne une étude BNP Paribas Real Estate. En 2011, les arrivées touristiques devraient progresse de 2 à 4%.

Dans ce contexte, les investisseurs sont nettement de retour. "Sur les cinq principaux marchés européens, le volume de l'investissement hôtelier a atteint 6,6 milliards d'euros en 2010, en hausse de 106% par rapport à 2009 et de 26% par rapport à 2008. En dépit du regain d'activité observé sur le marché de l'investissement hôtelier, le total des investissements demeure inférieur de 32% aux chiffres de 2007". Mais le "trend" est favorable. L'an passé, 70% des transactions se sont concentrées sur le second semestre, concrétisant un redémarrage net des transactions. Le Royaume-Uni et la France se sont taillé la part du lion avec respectivement 1,3 milliard d'euros et 1 milliard d'euros traités.

L'intérêt des investisseurs n'est toutefois pas uniforme. "Au second semestre 2010, l'intérêt pour l'immobilier hôtelier s'est renforcé. Les investisseurs continuent toutefois à privilégier les actifs "à prime" peu nombreux, tandis que les biens de qualité inférieure peinent à trouver preneur. La hausse prévue du Revpar (le revenu par chambre des hôtels) et la réduction de l'écart entre le prix demandé et les offres devraient stimuler la progression de l'investissement hôtelier en 2011", conclut l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :