Groupe Accor : Colony Capital et Eurazeo se désengagent

 |   |  223  mots
Eurazeo et Colony Capital vont vendre près de 10% du capital du groupe hôtelier.
Eurazeo et Colony Capital vont vendre près de 10% du capital du groupe hôtelier. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Les deux fonds ont annoncé que leur participation allait passer de 19,5% à 10% du capital du groupe hôtelier français. Cette cession doit leur rapporter 1,1 milliard d'euros.

Les fonds d'investissements Colony Capital et Eurazeo, actionnaires de référence d'Accor, ont annoncé mardi leur intention de céder 9,65% du capital du groupe hôtelier français. Les actions seront vendues à des investisseurs institutionnels, ont précisé les deux sociétés dans un communiqué commun.

Cette opération est valorisée plus de 1,1 milliard d'euros au cours actuel du titre à la bourse de Paris. La vente de 9,65% du capital d'Accor à des investisseurs institutionnels s'est effectuée au prix unitaire de 48,75 euros, soit 561 millions d'euros pour Colony Capital et 536 millions d'euros pour Eurazeo. L'action Accor a progressé de près de 35% depuis le début de l'année, et même de 65% sur les cinq derniers mois.

Colony Capital a imposé un des siens à la tête d'Accor

Colony et Eurazeo, qui agissent de concert depuis mai 2008, détiennent ensemble environ 19,5% du capital d'Accor. Dans le détail, la participation d'Eurazeo, via sa filiale Legendre Holding 19, passera de 8,58% à 3,86%, tandis que celle de Colony Capital descendra d'environ 10,9% à quelque 6%. Contacté, Accor a indiqué ne pas commenter les décisions de ses actionnaires.

Le PDG du groupe hôtelier, Sébastien Bazin, nommé en août 2013 après l'éviction de son prédécesseur Denis Hennequin, était auparavant le patron de la branche européenne de Colony Capital, où il était entré en 1997.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2015 à 9:09 :
Comme chez Carrefour, nos financiers chéris finissent par s'apercevoir qu'on ne peut pas dissocier complètement l'immobilier de l'exploitation dans ce genre de métier.
Bref : qu'on ne peut pas vendre deux fois la même chose.
Ils auront mis le temps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :