Football Manager 2017 permet de simuler le Brexit

 |   |  393  mots
En cas de Hard Brexit, un transfert comme celui de Dimitri Payet vers West Ham en 2015 pourrait devenir impossible.
En cas de Hard Brexit, un transfert comme celui de Dimitri Payet vers West Ham en 2015 pourrait devenir impossible. (Crédits : John Sibley)
Soft Brexit ou Hard Brexit ? La question qui taraude une bonne partie de la Grande-Bretagne et l'Europe a été intégrée à la nouvelle édition du jeu Football Manager.

La réalité rattrapera-t-elle la fiction ? Réputé pour être particulièrement pertinent pour repérer les futurs grands joueurs de football, le jeu Football Manager s'attaque cette année à une autre forme de prédiction. En effet, Football Manager 2017, dont la sortie est prévue le 4 novembre 2016, intégrera le Brexit, qui influencera l'avancée dans le jeu.

Football Manager est une simulation permettant d'entrer dans la peau d'un entraîneur. Edité sous ce nom par Sports Interactive depuis 2004 (le jeu s'appelait l'Entraîneur auparavant), le jeu est considéré comme la référence en la matière. Dans la nouvelle version, le joueur prend donc possession de son équipe en 2016 et fera avancer son ou ses club(s) au fil des années. Et c'est au bout de deux à dix saisons (virtuelles) que le joueur sera alerté de l'entrée en vigueur du Brexit.

Trois options, du Soft au Hard Brexit

"Il y a trois scénarii possibles", a confié le directeur de Sports Interactive Miles Jacobson au Guardian : un soft Brexit, "qui autorise la liberté de mouvement des travailleurs" entre l'Union européenne et la Grande-Bretagne ; une seconde option, qui réserve cette liberté aux seuls footballeurs ; et une troisième, le Hard Brexit. Dans ce scénario, "les joueurs de l'Union européenne sont dans la même situation que les joueurs extra-communautaires actuellement", cela signifie qu'ils ont donc besoin d'un permis de travail pour jouer en Grande-Bretagne.

Cette troisième option avait déjà été évoquée juste après le vote du référendum - ayant eu lieu le 23 juin pour rappel - en plein milieu de l'Euro de football. Dans le pire des cas, l'obtention d'un permis de travail pour les footballeurs de l'Union européenne serait conditionnée par le nombre de matchs joués pour leur équipe nationale. Ce qui signifierait que des transferts comme ceux de Dimitri Payet (vers West Ham) et N'Golo Kanté (vers Leicester) en 2015 n'auraient pas pu avoir lieu.

Les adeptes du jeu, anglais ou non, seront sans doute curieux de découvrir cette fonctionnalité à sa sortie. Fonctionnalité que Miles Jacobson a pris la décision d'intégrer, sans trop d'hésitation, dès le lendemain du vote. "C'était juste trop important pour l'ignorer" résume-t-il au Guardian.

Lire aussi : Brexit : quelle ville va profiter de l'aubaine ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :