Tourisme : ce que les Français ont vraiment prévu pour leurs vacances d'été

Combien de Français partiront en vacances ? Où iront-ils? Quel type de vacances vont-ils privilégier? Une étude menée entre le 7 et le 21 juin par ADN Tourisme avec les treize Comités régionaux de Tourisme passe au crible les différentes tendances de vacances des Français. Explications.

4 mn

(Crédits : Eric Gaillard)

A l'heure de la levée des restrictions sanitaires et de la réouverture de l'économie, les vacances d'été se profilent et suscitent chez les Français un mélange d'optimisme et de circonspection. S'ils sont les  plus nombreux en Europe à vouloir partir en vacances cet été  (61% contre 57% des Européens), ils sont également parmi les plus nombreux à se montrer prudents puisque 17% d'entre eux prévoient d'attendre le dernier moment pour organiser leur séjour. Du coup, il est loin d'être acquis que le millésime 2021 en matière de vacances soit similaire à celui de 2019 ?

Un début de saison meilleur qu'en 2020 mais inférieur à 2019

Une chose est sûre néanmoins. Selon un sondage publié ce lundi par ADN Tourisme, la fréquentation des lieux de vacances en juin a été supérieure ou égale à celle de 2020 dans 82% des territoires français

Les réservations ont notamment été dopées par les clientèles française et locale, tandis que les touristes voyageant en groupe font toujours défaut et que les voyageurs étrangers restent très peu présents, excepté dans certaines destinations frontalières où les étrangers de proximité commencent à revenir. Pour les professionnels du tourisme, l'incertitude sur la fréquentation des étrangers et la tendance, quelle que soit l'origine de la clientèle, aux réservations de dernière minute sont redoutées. Pour autant, les perspectives pour l'été sont plutôt encourageantes. En effet, le grand nombre de réservations enregistré ces dernières semaines pour le mois de juillet est plus élevé que celui de juin.

Les vacances dans l'Hexagone à nouveau privilégiées

Comme l'été dernier, les vacances se feront dans l'Hexagone pour une écrasante majorité de Français (83%), contre 56% avant la crise. Le contexte sanitaire explique ce choix. La crainte du virus et les restrictions de voyage les ont dissuadés de quitter l'Hexagone. L'absence de mesures uniformes de la part des pays de l'Union Européenne et le manque de perspectives claires sur la réouverture aux Français des frontières des autres pays freinent en effet leurs velléités de partir à l'étranger. Néanmoins, 17% des Français ont tout de même l'intention de passer leurs vacances dans un autre pays, avec une préférence notable pour les voisins européens, les destinations favorites demeurant l'Espagne et l'Italie, suivies de près par le Portugal et la Grèce.

Les littoraux toujours attractifs, les vacances au vert en hausse

En tout cas, les littoraux ont la cote puisque 43% des Français envisagent d'y passer leurs vacances), en particulier la région PACA (22%), la Nouvelle-Aquitaine (20%) et l'Occitanie (17%). Outre la mer, les vacances « au vert » attirent également les Français : 26% optent en effet pour la campagne, 13% pour la montagne, et l'intérêt des séjours itinérants en randonnée pédestre ou à vélo continue de croître. Les deux-tiers des Français déclarent d'ailleurs qu'ils réaliseront désormais davantage de balades et excursions hors périodes de vacances, notamment au sein de leur région. Quant aux espaces urbains, fortement boudés l'an passé, ils semblent retrouver une certaine attractivité aux yeux des Français, qui sont 10% à envisager d'y passer leurs vacances cet été (cinq points de plus qu'en 2020).

Un été 2021 pourtant « différent » des vacances habituelles des Français

Encore plus qu'à l'été 2020, les destinations de proximité sont privilégiées par les Français, tout comme les locations saisonnières, les Français étant plus enclins à séjourner dans des logements individuels (plus rassurants en temps de crise sanitaire) qu'au sein d'hébergements collectifs. Les demandes de location de maisons sont ainsi en hausse de 65% par rapport à l'année passée, et les Français sont particulièrement attentifs aux conditions d'annulation, ainsi qu'aux mesures sanitaires en vigueur sur leur lieu de séjour. En outre, 41% des Français se disent prêts à faire appel aux services d'une agence de voyage pour bénéficier des meilleures garanties (plus dix points par rapport à l'an dernier). "L'agence de voyage rassure les Français", dit l'étude.

21% de non-partants, 18% d'indécis, 27% de revirements

Si le pourcentage de Français partant en vacances est similaire à celui d'avant la crise, 18% d'entre eux ne savent pas encore s'ils partiront et 21% sont sûrs qu'ils ne partiront pas, dont 27% qui devaient partir mais ont renoncé à leurs projets initiaux. Parmi les raisons évoquées tant par les non-partants ayant annulé leurs vacances que par les indécis, les deux principales sont la peur de la contamination (31%), suivie de près par les difficultés financières (30%). 58% des Français considèrent d'ailleurs qu'ils réduiront leur budget pour les prochaines vacances estivales.

Et pour l'avenir ?

D'ores et déjà, la majorité des Français déclarent qu'une fois la pandémie terminée, ils privilégieront l'usage de leur véhicule personnel pour se rendre en vacances, de sorte à éviter les transports collectifs. De même, les Français affirment qu'ils prendront moins l'avion et choisiront des hébergements moins coûteux. Enfin, un nouveau modèle est en train de se développer en conséquence directe du télétravail, celui du « télétravel » : 15% des Français projetteraient ainsi de télétravailler depuis leur lieu de vacances au cours de l'été.

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 29/06/2021 à 16:26
Signaler
Les canaux historiques français à pieds, en vélo c'est trop technique, le canal du midi, de Nantes à Brest de Bourgogne, de toute beauté et en plus au bout de quinze jours vous péterez la forme.

à écrit le 29/06/2021 à 15:28
Signaler
Pendant ce temps : Christian Estrosi. Lundi, sur LCI, le maire de Nice a fait part de ses préoccupations. "Dans la métropole Nice Côte d'Azur, nous avons l'un des plus faibles taux de circulation du virus et l'un des plus hauts taux de vaccination...

à écrit le 28/06/2021 à 19:44
Signaler
La question à 1 € dévalué : Quid des ravages possibles du variant Delta ? Pour les Vacances de cette année, ce sera court séjour, à l'hôtel et réservation de dernière minute, voire seconde...et si trop compliqué on reste à la maison.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.