Vol Air France AF463 dérouté au Kenya : garde à vue de l'ex-policier levée

 |   |  242  mots
La découverte d'un objet suspect à bord de l'appareil a contraint les pilotes à effectuer un atterrissage d'urgence au Kenya dans la nuit de samedi à dimanche.
La découverte d'un objet suspect à bord de l'appareil a contraint les pilotes à effectuer un atterrissage d'urgence au Kenya dans la nuit de samedi à dimanche. (Crédits : JOSEPH OKANGA)
La garde à vue de l'homme interpellé lundi matin à son arrivée à l'aéroport Charles-de-Gaulle après la découverte samedi soir d'un objet suspect sur un vol Air France reliant l'île Maurice à Paris a été levée, a annoncé le parquet de Bobigny dans la soirée.

La garde à vue du policier à la retraite soupçonné d'avoir placé dans les toilettes d'un avion d'Air France un objet suspect, dont la découverte a provoqué l'atterrissage en urgence de l'appareil au Kenya, a été levée, a annoncé le parquet de Bobigny lundi soir.

"L'état actuel des investigations ne justifie plus le maintien de la garde à vue", a précisé à l'AFP le parquet de Bobigny, qui "poursuit son enquête".

L'homme entendu, un passager retraité de la police nationale, avait "signalé à l'équipage la présence d'un objet suspect dans les toilettes de l'avion et pouvant s'apparenter à un engin explosif artisanal", a précisé le parquet.

Le vol AF463, avec 459 personnes à bord et 14 membres d'équipage, en provenance de l'île Maurice et à destination de Paris, avait alors été contraint d'effectuer un atterrissage d'urgence dans la nuit de samedi à dimanche à Mombasa, au Kenya.

Fatigue extrême de l'équipage

Lundi après-midi, l'Unac, syndicat représentatif des personnels navigants commerciaux, a indiqué que les 14 membres d'équipage étaient "extrêmement fatigués" après avoir vécu "un gros stress".

"Ils sont plutôt soulagés car ils ont pensé qu'ils allaient sauter. L'équipage a cependant géré cet événement avec beaucoup de professionnalisme et de sang froid en suivant toutes les procédures pour lesquelles nous sommes formés. C'est plutôt rassurant", a indiqué Flore Arrighi, la présidente du syndicat.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :