Tempête en France : le trafic aérien a repris avant 9 heures

 |   |  291  mots
Le trafic a repris ce mardi matin peu avant 9 heures dans les aéroports de Roissy et d'Orly. La Direction générale de l'aviation civile avait ordonné la fermeture des plateformes parisiennes à partir de 20 heures lundi soir en raison de la tempête.

Le trafic aérien en Ile-de-France a repris peu avant 9 heures ce mardi dans les aéroports parisiens, après avoir été interrompu lundi soir en raison de la tempête, a annoncé mardi la direction générale de l'aviation civile (DGAC). "Il y a encore des vents forts, en rafale, même s'ils sont moins soutenus que dans la nuit", a déclaré une porte parole de la DGAC. 

Air France, qui prévoit d'assurer tous ses vols long-courriers prévus au départ de Roissy après 10h00, s'attend à "des retards importants", au départ comme à l'arrivée, selon un communiqué diffusé. Sept vols pour Amsterdam, Genève, Hambourg, Londres, Madrid, Lyon et Toulouse vont décoller de Roissy.

La DGAC, Direction générale de l'Aviation civile, a en effet ordonné la fermeture des aéroports de Paris Roissy-Charles de Gaulle (CDG) au nord et de Paris-Orly au sud entre 20 heures lundi soir et 9 heures ce mardi matin. Air France avait aussitôt prévenu que tous ses vols au départ et à l'arrivée de ces deux aéroports parisiens étaient annulés. La compagnie aérienne ademandait même aux passagers ne pas se rendre à l'aérogare.

Air France a mis en place un numéro vert pour se renseigner par téléphone : 0 800 240 260 et à l'étranger le : +33 1 57 02 10 58. Le groupe informe également ses clients par SMS ou par email.

Dans un communiqué publié ce mardi matin, Air France précise avoir hébergé 3 000 clients dans 2 200 chambres d'hôtel à Paris-CDG. En théorie en cas de tempête, considérée comme une catastrophe naturelle, les compagnies aériennes ne sont pas tenues de procurer un logement à leurs clients. Mais rien n'empêche un geste commercial.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les français ne savent que critiquer......
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
N'importe quoi !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le principe de précaution a encore frappé....... On bloque des passagers hier soir, alors que les vents forts étaient prévus....... en fin de nuit!
Chaque niveau administratif (météo-france, DGAC) a sorti son parapluie et au final on arrive à des solutions couteuses et inadaptées. Laissez donc les compagnies gérer ce genre de situations, elles ont un savoir faire qui n'a rien d'administratif! Il y aurait eu certainement des retards le matin, mais pas toutes ces annulations de vols. Un beau gâchis!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
N'est-on pas allé un peu loin dans le principe de précaution ? Jusqu'à 23h00, pas de vent!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Désolé pour les conseilleurs et donneurs de leçons...
En tout état de cause les vents étaient hier soir, cette nuit et encore ce matin supérieurs à ce qui est autorisé pour les décollages et atterrissages (bravo les décollages avec 50 noeuds de vent de travers ! essayez donc...).
En outre, ce matin notamment, ce sont les équipages eux-mêmes qui ont jugé que les conditions ne permettaient pas de respecter les règles de sécurité.
Mieux vaux arriver en retard, même très en retard, que jamais...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Vous plaisantez !?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et SARKO lui a peut decoller chercher l'erreur
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pour une fois qui ne voulaient pas faire grève. toujours des excuses pou pas bosser. j'ai toujous eu des problèmes quand j'ai empreinté les transport francais. les suisses , allemands, angais et bien d'autres respectent mieux les passagers et ne pensent pas qu'a leur interet de petit bourgois d'employer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :