Le trafic aérien retrouve de la croissance

 |   |  253  mots
L'indicateur exclusif du transport aérien latribune.fr - ID Aero montre que le trafic est repassé en positif en août. Le coefficient de remplissage augmente. Reste un point noir : le "yield".

Selon l'indicateur exclusif du transport aérien latribune.fr - ID Aero, le trafic aérien (en RPK, revenu passenger kilometer, recettes par passagers/kilomètre) a retrouvé la croissance au mois d'août : +1,8% mais si sur un an, il reste en baisse de 4,2%. Jusque là, chaque mois depuis janvier montrait une décroissance (respectivement -4,9%, -9,1%, -8,3%, -2,2%, - 7,2%, -4,5%, -0,8%).

Parallèlement, l'offre en sièges-kilomètres (ASK) recule encore mais à un rythme moindre (-1% en août après -1,5% en juillet et -3% en juin). Sur un an, elle baisse de 3%.

Du coup, le coefficient de remplissage s'améliore et passe en un mois de 81% à 82%. Il était tombé à 73,3% en mai. Sur un an, il s'établit à 76,3%. Normalement, cela doit se traduire par une amélioration de la rentabilité des compagnies aériennes. Mais il y a le "yield" : l'optimisation du remplissage avec dans un scénario idéal, un maximum de passagers à forte contribution, en classe "affaires" (business) et "première".

Or, en ce moment, à cause de la crise, les passagers désertent ces places chères, ce qu'on appelle "l'avant de l'avion" pour aller en classe économique, vers l'arrière. Avec des conséquences très négatives sur les profits des compagnies aériennes. Air France - KLM vient d'essayer de réagir en lançant une classe entre l'affaire et l'économique avec plus d'espace que l'éco mais les mêmes repas. Reste à savoir si la compagnie na va pas du coup cannibaliser sa "business".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :