Japan Airlines demande l'aide de l'Etat

 |   |  360  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La compagnie aérienne doit faire appel à l'aide publique pour surmonter ses graves difficultés financières. Le transporteur dément toutefois un éventuel démantèlement de ses activités.

Japan Airlines (JAL) dans la tourmente. En pleine restructuration, la première compagnie aérienne japonaise demande également le soutien de l'Etat. A l'issue d'une rencontre avec le nouveau ministre des Transports japonais, le directeur général de la compagnie, Haruka Nishimatsu, a ainsi déclaré avoir demandé une aide publique.

"Au vu des échéances de remboursements programmés, nous avons pensé que demander une injection de fonds publics serait le plus pertinent", a-t-il souligné.

Cette aide, dont le montant n'a pas été précisé, devrait intervenir dans le cadre d'un dispositif d'urgence récemment mis en place pour aider les entreprises affaiblies par la crise économique mondiale. Pour rappel, JAL avait déjà obtenu en juin un prêt d'urgence de 100 milliards de yens, dont 60 milliards auprès de la Banque japonaise de développement (DBJ), une institution contrôlée par l'Etat, et le reste auprès de banques privées.

Nishimatsu a en revanche démenti les rumeurs concernant un éventuel démantèlement du transporteur exigé par les créanciers. "Si nous étions un industriel, cela aurait pu être un choix. Mais pour nous, compagnie aérienne, ce n'est pas une option", a indiqué le patron de JAL.

Plombé par une dette de 1.400 milliards de yens (10,5 milliards d'euros), JAL est convoité par plusieurs compagnies concurrentes qui sont prêtes à injecter des capitaux dans le groupe japonais en vue d'avoir accès à ses lignes lucratives et à ses passagers au pouvoir d'achat élevé. Dans la course, les américaines Delta et Americain Airlines. Le nom d'Air France-KLM est aussi évoqué.

Japan Airlines doit dévoiler dans les prochains jours l'intégralité des mesures de sauvetage que la compagnie compte mettre en oeuvre. Début septembre, le transporteur avait déjà présenté au gouvernement les grandes lignes d'un plan de redressement prévoyant la suppression de 6.800 emplois et d'une cinquantaine de destinations.

En attendant, les marchés continuent de sanctionner le titre. L'action JAL a perdu jusqu'à 18% ce jeudi tombant à un plus bas sans précédent de 141 yens avant de se reprendre légèrement en fin de séance pour clôturer à 144 yens (-15,8%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :