Recapitalisation de CMA-CGM : l'éviction du fonds qatari irrite le FSI

 |   |  413  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Alors que l'armateur français CMA-CGM a annoncé ce lundi la fin des négociations avec le fonds Qatari Holding pour prendre une part minoritaire dans la société, le FSI, autre investisseur potentiel, a déploré le retrait d'un candidat "crédible et sérieux" et a appelé le groupe industriel à plus de conciliation.

Après l'annonce du retrait du fonds américain Colony Capital, l'armateur CMA-CGM a déclaré ce lundi la rupture des négociations, en vue d'une recapitalisation, avec le fonds d'investissement Qatari Holdings . Le président du conseil d'administration du groupe industriel, Jacques Saadé, a jugé les "conditions posées" par le fonds du Qatar "trop dures", lors du baptême d'un porte conteneur géant, ce lundi au Havre .

Le troisième groupe mondial de transport par conteneur, qui emploie près de 16.500 salariés dans le monde (dont 4.000 en France), a subi de graves difficultés financières et économiques l'année dernière et cherche des investisseurs pour restructurer une dette écrasante estimée à 5,5 milliards de dollars (4,3 milliards d'euros) fin 2010.

Si le tour de table avait jusqu'à présent réuni trois investisseurs potentiels, le départ récent de l'américain Colony Capital et du fonds d'investissement qatari laisse aujourd'hui le FSI (Fonds stratégique d'investissement) seul pour apporter des fonds à l'armateur. Or, l'organisme public a conditionné sa participation dans la société marseillaise à l'entrée d'un autre investisseur dans le capital du groupe.

Jacques Saadé, qui cherche toujours des investisseurs minoritaires malgré une reprise de l'activité en 2010, a profité de l'inauguration du porte conteneur en présence de la ministre de l'économie, Christine Lagarde, pour réaffirmer sa volonté de voir le FSI entrer au capital de CMA-CGM au coté d'un autre partenaire.

Le fonds d'Etat très critique concernant le retrait qatari

De son côté, le fonds souverain français, créé par l'Etat et contrôlé par la Caisse des dépôts et consignations, a déploré le départ de l'investisseur qatari, jugeant le fonds "crédible et sérieux". Alors que les négociations durent depuis plusieurs mois, le fonds appelle la famille Saadé, propriétaire de l'armateur, à faire preuve de plus de conciliation pour trouver des investisseurs.

"Qatar Holding est un investisseur bien connu, professionnel, exigeant et qui a indiqué sa volonté d'investir et de mobiliser des moyens importants dans CMA. C'est donc clairement une option crédible", a insisté Gilles Michel, directeur général du FSI, qui poursuit " "Il n'y aura pas d'accord sans compromis". Il estime que "tout investisseur quel qu'il soit exigera à la fois des droits et des garanties associés à son investissement - c'est normal - que ce soit en termes de gouvernance, de conditions financières, d'orientation stratégique ou conduite opérationnelle des affaires".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :