La Cour des Comptes épingle les transports en Ile-de-France

 |   |  491  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Un rapport de la Cour des Comptes publié ce mercredi sur les transports ferroviaires en Ile-de-France souligne les dysfonctionnements des réseaux : saturation, mauvais entretien, investissements insuffisants. Sont visés le Stif, la RATP et la SNCF.

Les conclusions du rapport de la Cour des Comptes publié ce mercredi sur les transports ferroviaires en Ile-de-France est éloquent : Réseaux saturés, mal entretenus et mal gérés, investissements insuffisants....

Plusieurs éléments étayent ces conclusions. Le trafic du métro pour commencer. Entre 2000 et 2008, il a augmenté de 18% et celui du réseau Transilien, géré par la SNCF, de 16% "sans que les réseaux évoluent en conséquence", note la Cour des comptes. "Le réseau est confronté à une difficulté structurelle d'adaptation à la demande", déclare son premier président, le socialiste Didier Migaud, dans un discours dont le texte a été transmis par ses services.

La longueur des lignes de métro, de RER et de trains est restée quasiment stable depuis 2005, la dernière grande innovation datant de 1998 avec la mise en oeuvre de la ligne 14. "Alors que près des trois-quarts des déplacements sont aujourd'hui réalisés de banlieue à banlieue, le réseau reste encore largement conçu pour des liaisons dans Paris intra-muros ou entre Paris et la couronne parisienne", souligne aussi Didier Migaud.

Le rapport reproche à la RATP et la SNCF de toucher chaque année des bonus alors que la qualité du service se dégrade, notamment le RER B et la ligne 13 du métro parisien, la plus saturée du réseau. Valérie Pécresse, présidente du groupe majorité présidentielle en Ile-de-France, demande au président socialiste de la région, Jean-Paul Huchon, "d'ouvrir enfin les yeux sur les conditions désastreuses des transports en Ile-de-France". Et de dénoncer en particulier "le blocage incompréhensible de la région sur la modernisation des RER C et D".

Inévitable hausse des tarifs

Pour la Cour des Comptes, la gestion est également à revoir. Les 25 projets réalisés après un contrat signé par l'Etat avec la région Ile-de-France sur la période 2000-2006, systématiquement sous-évalués au départ, ont coûté en moyenne 92% plus cher que ce qui avait été annoncé, révèle l'institution. Le rapport stigmatise une comptabilité opaque et critique la stratégie du Stif, l'autorité en charge de l'organisation des transports publics franciliens, qui fixe notamment les tarifs, ainsi que de la RATP et de la SNCF, les deux opérateurs historiques.

Une solution préconisée par la Cour des comptes pour financer l'amélioration des réseaux consisterait à continuer d'augmenter les tarifs pour les usagers. Une telle hausse "apparaît difficilement évitable si les pouvoirs publics font le choix d'un rattrapage rapide du niveau des investissements", dit Didier Migaud, qui n'exclut pas non plus "le recours à des recettes fiscales".

"Pas question de subir une augmentation supérieure à l'inflation tant que le service n'aura pas déjà été amélioré", rétorque dans Le Parisien Simone Bigorgne, présidente de la Fédération nationale des associations des usagers des transports d'Ile-de-France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2010 à 11:19 :
que fait le président de la Stif pour améliorer les transports publics en Ile-de-France depuis qu/il préside la région ???
Le sieur Huchon semble être inefficace et incompétent !
------------------------------------------------------------------------

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :