Trains en retard ou en panne : les 12 lignes à problèmes auxquelles s'attaque la SNCF

 |   |  301  mots
Découvrez les 12 lignes de la SNCF victimes d'un trafic saturé, d'un matériel roulant en mauvais état et de la "rigidité" de l'exploitation

La SNCF, qui a publié ce jeudi un chiffre d'affaires annuel en hausse, a présenté parallèlement un plan de "renforcement de la qualité" sur 12 lignes qui suscitent régulièrement des protestations de la part des usagers. Le groupe public de transport ferroviaire s'engage notamment à améliorer "de manière progressive, durable et significative" la qualité de service et la régularité des trains sur ces lignes. Après avoir reconnu que ces lignes connaissent "des difficultés structurelles liées à une véritable 'crise de croissance'", il promet aussi d'améliorer l'information en situation "perturbée".

Parmi les 12 lignes concernées, qui se caractérisent entre autres, dit la SNCF, par un trafic saturé, un matériel roulant en mauvais état et la "rigidité" de l'exploitation, se trouvent les RER A et D en région, les TER Lyon-Grenoble, Lyon-Dijon et Paris-Chartres-Le Mans, les Intercités et Téoz Clermont-Ferrand-Paris et Tours-Orléans-Paris, ou encore le TGV Paris-Le Mans-Tours. Sur cette dernière ligne, un conciliateur sera nommé très prochainement pour engager des discussions avec les abonnés. Une partie de ceux-ci ont appelé mardi à une "grève des usagers en colère".

Le plan annoncé par la SNCF, élaboré en concertation avec le ministère de l'Ecologie et des Transports, devrait s'étaler sur une période de 18 mois à deux ans, explique la SNCF, évoquant sans plus de précision une "démarche d'amélioration industrielle".

Le chiffre d'affaires de la SNCF a progressé de 4,1% à périmètre et changes constants en 2010, pour atteindre 30,5 milliards d'euros. Les résultats annuels complets doivent être publiés le mois prochain mais le président du groupe, Guillaume Pépy, a annoncé début janvier qu'ils seraient bénéficiaires et que les cheminots et l'Etat percevraient des dividendes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2011 à 15:04 :
Si la SNCF avait un concurrent, elle dvrait baisser ses tarifs pour retenir ses clients.
Dommage
a écrit le 23/01/2011 à 20:29 :
Les indemnités, ne sont qu'un leurre. Ce que l'on demande c'est un arrêt des problèmes. Il y a 50 ans, alors que la majorité de la traction se faisait avec des locomotives à vapeur, la ponctualité était cité en exemple. Aujourd'hui, nous employons des locomotives électrique qui accusent à l'arrivée des retards de plus d'une heure. La faute au matériel super sophistiqué? je pense plutôt à la totale incompétence des cadres. Pourquoi garder du personnel incompétent? alors, peut être que ...
a écrit le 22/01/2011 à 7:34 :
Dommage que la direction de la SNCF attende que ses clients "usagés" soient usés ! Merci à l'approche de la concurrence et à la pression des clients qui sans eux rien ne serait fait !
Tout le monde en a vraiment assez, surtout les cheminots qui comme les clients, prennent le train mais surtout subissent tous les jours la pression des voyageurs.
Cheminots impuissants, révoltez-vous ! Vous êtes chacun un grain de poussière dans une énormes tempête, un énorme bordel que seul Guillaume Peppy et ses spires peuvent enrailler .
a écrit le 21/01/2011 à 23:01 :
Amiens - Lille Flandres (douai7h33)
Lille Flandres - Rouen Chauny (Lille16h38)

Train neuf mais surcharge considérable.
Personnes dans les couloirs, halls, Surtout les escaliers ...

Si un train dérailler, avais un incendie, ou percuter un camion sur une voie,
Il y aurait MISE EN DANGER DE LA VIE D'AUTRUI.
Le conseil RÉGIONAL NORD PAS DE CALAIS & LA SNCF n'arrive pas à mettre un nombres suffisant de voiture.

De plus, si la SNCF était une entreprise privée, cela ferai bien longtemps qu'elle aurait eu une amande par les organisme performant de l'état.

Salutations
Réponse de le 22/01/2011 à 9:11 :
Ce n'est pas sur qu'elle ait des amendes. Quand on regarde le comportement de certaines compagnies low cost.
Réponse de le 23/01/2011 à 7:52 :
la sncf ne paye pas des "amandes" mais des "penalités financieres" en cas de non-respect des conventions (regularité,....) passées avec les regions.Et ca leur coute pas mal tout ca...
a écrit le 21/01/2011 à 18:44 :
La SNCF ne s'attaque pas aux problèmes, elle s'attaque aux usagers en leur pourrissant la vie. C'est pas pareil.
a écrit le 21/01/2011 à 13:04 :
ligneB à 2 étages SVP
une sardine aux heures de pointes.
a écrit le 21/01/2011 à 12:37 :
Il convient également d'évoquer la RATP dont les retards sont trés réguliers sur la ligne RER A.
a écrit le 21/01/2011 à 12:08 :
si la SNCF veut gagner de l'argent, qu'elle arrête cette tarification ou dans le même train vous avez une personne qui paie 25 ? et l'autre plus de 100 euros (ex un trajet paris Aix en Provence)
Réponse de le 21/01/2011 à 14:18 :
La tarification de la SNCF est devenue totalement illisible depuis qu'elle a confié sa politique tarifaire à des technocrates illuminés qui se croient experts en marketing.
a écrit le 21/01/2011 à 10:33 :
Il faudrait tripler le prix des billets pour pouvoir répondre correctement aux usagers. Sans moyen, on ne peut rien faire. Le réseau tombe en ruine et ce n'est que le début des problèmes.
Réponse de le 21/01/2011 à 11:26 :
Faut-il revoir le prix du billet ou revoir les conditions sociales des employés de la SNCF (temps de travail particulièrement avantageux et retraite à l'âge de la puberté)? Sans doute les deux.
Réponse de le 21/01/2011 à 12:21 :
Non il faut surtout arrêter de dire des conneries, surtout quand on ne connait pas le fonctionnement interne de la SNCF...comparez juste l'évolution des prix des matières premières nécessaires aux réparations aves celui des billets et vous comprendrez.
Réponse de le 21/01/2011 à 15:19 :
Cher Marcel, je vous retourne le compliment. Je crois comprendre que vous avez des liens trés étroits avec la SNCF, c'est pourquoi je comprends que vous perdiez votre dicernement. Le prix des matièreres premières intervient en moyenne pour 10 à 15% dans le coût des opérations de maintenance, le reste, soit 85 à 90% est le coût de main d'oeuvre et les charges. Apprenez la gestion !
Réponse de le 26/01/2011 à 8:33 :
Vous avez raison, il faut supprimer la main d'oeuvre, les réparations se feront toutes seules ou mieux faites externaliser les réparations. Sans blague !!
Et vous croyez que nos salaires ont pris 250% d'augmentation en 5 ans ?? On n'est pas à Wall Street ici, on a des exigences de sécurité qui sont lourdes mais que l'on doit respecter, sinon on finira comme les vols de charters africains, sans aucune maintenance, à bas prix mais à destination finale non garantie. Sans rancune.
a écrit le 21/01/2011 à 10:28 :
Le gouvernement est actionnaire de l'infrastructure et du transporteur; n'est-il pas temps de poser la question: SNCF et RFF ne devraient-elles pas être purement privatisées? Elles ne sont plus LE moyen de transport national.
Réponse de le 21/01/2011 à 12:30 :
Privatiser serait mieux ? je crains fort que non. Il suffit de voir le résultat de privatisation de société fortement ancrée au fonctionnariat.
Réponse de le 21/01/2011 à 14:16 :
Bradées comme les autoroutes ? Demandez aux Britanniques ce qu'ils pensent de la privatisation de leurs trains (bien décrit dans le film de Ken Loach).
a écrit le 20/01/2011 à 23:08 :
Beaucoup d'autres lignes SNCF sont à l'abandon, comme la ligne Bordeaux-Nantes-Quimper (toujours pas électrifiée...) où maintenant les retards sont monnaie courante, de même que les pannes de motrices.
Réponse de le 21/01/2011 à 6:46 :
de manière générale une infrastructure à l'abandon . Des caténaires et des rails qui se cassent. Des centres d'aiguillages datant d'avant 1940. Un matériel roulant à bout de souffle: des rames TGV de plus de 30 ans.
En région parisienne on ne peut pas dire que la situation soit meilleures sur les TER.
Des conflits sociaux que la direction laisse pourrir.
Et les prix s'envolent! Ou va notre argent! Renouvelez cette équipe dirigeante de technocrates surpayés et arrêtez d'investir dans une pub ridicule et des inventions de marketing dérisoires.
a écrit le 20/01/2011 à 21:33 :
J'en ai vraiment marre de ce pays où il faut une épreuve de force pour que la SNCF envisage de parler avec ses clients. Exemple: TGV Paris-Le Mans-Tours

Que dois je faire sur la ligne Saint-Quentin / Paris pour que la SNCF s'y intéresse ?? Faut-il bloquer le train sur la voie ? séquestrer les contrôleurs ? Hurler avec un mégaphone dans les voitures ??

Il est simplement scandaleux de constater qu'il soit obligatoire de hurler pour commencer à être écouté. La réaction de la SNCF est à l'image de cette entreprise bornée.

Réponse de le 20/01/2011 à 22:37 :
et ben retire ta casquette et change de pays
Réponse de le 21/01/2011 à 0:26 :
Quitte ce pays guignol!!
Je vit actuellement en Espagne, et j'ai vécu en Italie, en Allemagne et en Angleterre et j'assure que le système ferroviaire français et le moins contraignant!
Réponse de le 21/01/2011 à 10:35 :
J'admire la retenue des commentateurs de commentaires ci-avant et surtout l'argumentaire bien développé et particulièrement brillant de "le chapeau". Si RasLaCasquette a observé des problèmes récurents sur la ligne qu'il emprunte et qu'il en a fait part en vain à la SNCF, n'y a-t-il pas là de quoi être mécontent ? D'autre part, je fais observer à Jean que se comparer au plus mauvais ne fait pas progresser.
a écrit le 20/01/2011 à 18:47 :
Ah ! Le Téoz, quelle merveille de la SNCF ! Il est enfin temps que la SNCF reconnaisse que la ligne Paris - Clermont-Ferrand connait des "problèmes". "Problèmes" qui se sont amplifiés au demeurant depuis l'installation du Téoz en remplacement du Corail traditionnel, alors que ledit Téoz est environ deux fois plus chers que l'ancien train, pour un service déplorable.... Je ne raconterai pas le nombre de fois où j'ai connu des retards à cause d'évènements parfois incongrus sur cette ligne, au demeurant de plus en plus mal entretenue, avec un matériel roulant vieillissant. A tel point que j'avais fini par penser que la SNCF ne souhaitais plus desservir le Massif-Central !
Réponse de le 25/01/2011 à 14:32 :
Utilisateur régulier de la ligne Paris Clermont-Ferrand, je confirme que malgré des tarifs en constante évolution , le service est de plus en plus dégradé : pas de chauffage en hiver, toilettes bouchées tout le trajet, service de restauration inexistant et tout ceci pour la modique somme de 120? AR !
Je pense que la SNCF ne se préoccupe que des lignes " rentables " .
Dernière trouvaille de la SNCF remplacer les trains Teoz en fin de route ( il s'agissait déjà de vieux Corails maquillés ) par les TGV de première génération de la ligne Paris Lyon !
De qui se moque t on ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :