Comment la SNCF assure la sécurité des voyageurs

 |   |  604  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La sécurité des voyageurs et des biens est assurée dans les trains et les gares par les agents de la surveillance générale, la "Suge" dans le jargon cheminot.

La SNCF annonce un retour à la normale du trafic des trains pour "la fin de la soirée" vendredi, voire au pire "pour samedi matin". "Aucune assemblée générale n'a reconduit le mouvement", a déclaré le président de la SNCF, Guillaume Pepy. "Le trafic va progressivement reprendre (...) Il devrait être normal en fin de soirée ou demain (samedi) matin", a-t-il indiqué. L'aggression dont à été victime un contrôleur jeudi matin, sur la ligne reliant Lyon à Strasbourg et qui a entraîné l'arrêt de travail général et spontané au nom du "droit de retrait" des contrôleurs, pose à nouveau la question de la sécurité des personnes dans les trains.

Pour assurer la sûreté des voyageurs, la SNCF dispose d'un corps spécial d'agents regroupés au sein de la surveillance générale, la "Suge" en jargon cheminot. Ces agents en uniforme sont assermentés et armés et leur mission est d'assurer la protection des personnes et de leurs biens dans les gares comme lorsqu'ils sont à bord des trains. La Suge comprenait 2.400 agents en 2010 et le recrutement de 300 agents supplémentaires en 2011 est programmé budgétairement, affirme les services de la compagnie nationale. Dans certains cas, ces agents sont amenés à travailler avec les services d'ordre de l''Etat que sont la Gendarmerie ou la police nationale.

Outre les agents sur le terrain, la SNCF mise fortement sur la vidéo-surveillance. En 2011, 337 gares, dont 206 pour la seule Ile-de-France, sont équipées de caméras de surveillance. A terme, mais sans en préciser la date, la SNCF affirme vouloir équiper 100% de ses gares en caméras de surveillance.   

En dehors des agents de la surveillance générale ce sont les contrôleurs qui sont responsables de la sureté dans les trains. Et au lendemain de l'agression de leur collègue les syndicats n'ont pas manqué eux-aussi, de faire connaitre leur volonté d'obtenir de la SNCF des engagements sur le nombre d'agents présents à bord des trains. "Les gens sont choqués. Et ils veulent des réponses", prosteste Marc Laengy, délégué CGT. "Cette agression, c'est un problème de société. Mais quand on supprime des agents dans les trains, sur les quais, ça devient des zones de non-droit", poursuit le représentant syndical. "Ce qui s'est passé hier, c'est l'acte d'un déséquilibré, c'est un phénomène de société. Mais ce n'est pas à nous de subir dans les trains cette violence", a pour sa part souligné Laurence Balthazard, déléguée CGT, qui met cependant en garde contre une "instrumentalisation de ce drame". En avril 2010, déjà, un contrôleur de Strasbourg a été agressé, "piqué à l'avant-bras avec une seringue", ce qui a entraîné une semaine de grève, raconte Jean Veltz, délégué du personnel au CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail).

"Cela n'a pas donné grand chose. Une caméra sur les quais, et la création de deux postes de chef de bord moniteur", chargés de conseiller les contrôleurs, déplore-t-il en ajoutant "nous, nous demandons qu'il y ait deux agents minimum par train sur les grandes lignes. Et on ne veut plus qu'il y ait des trains en agent seul". A Strasbourg, les EAS, pour "Equipement agent seul", sont apparus "il y a quatre, cinq ans": des trains où, comme dans les RER parisiens, le conducteur est le seul agent SNCF, et où les contrôles sont effectués de manière aléatoire par des brigades. Une "ineptie", lâche Jean Veltz.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2011 à 21:48 :
La SNCF n'assure en aucun cas la sécurité des voyageurs mais celle de sa corporation.

Avez-vous déjà vu des contrôleurs faire grève suite à une agression de voyageurs ? J'ai été agressé dans un train une première fois il y a 4 ans, puis une deuxième fois il ya bientôt deux ans. Je suis allé voir le contrôleur qui n'a STRICTEMENT rien fait dans les deux cas: fatalité de l'agression d'une voyageur ....

Parlons condition de sécurité lors du transport des voyageurs: tous les contrôleurs savent que les trains en surcharge ne respectent pas les conditions de sécurité. En avez vous vu déjà un interdire le départ d'un train surbondé ? Moi jamais !

Je souhaiterais que la SNCF honore sa mission de service publique et assure la sécurité des voyageurs qui, rappelons le, sont ses clients !

Je souhaiterais que la SNCF respecte ses client en sachant faire en faisant preuve de discernenement: C'est à dire ne pas faire d'amalagame entre 15 millions de voyageurs et un meurtrier présumé.

Je remercie les contrôleurs de prendre le temps de la réflexion.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :