American Airlines dépose le bilan !

 |  | 221 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La troisième compagnie aérienne américaine continue ses activités. Le PDG a démissionné. En Bourse, la société vaut seulement 87 millions de dollars, soit le prix catalogue d'un A320 !

La troisième compagnie aérienne américaine, American Airlines a décidé de se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Gérard Arpey, PDG de la compagnie, a démissionné. Il est remplacé par Thomas Horton, un vétéran de la compagnie aérienne. Comme pour tout redressement judiciaire, les activités continuent. La compagnie dispose notamment de 4 milliards de dollars de trésorerie.

Cette annonce a été lourdement sanctionné à Wall Street. Le titre d'AMR a terminé la séance en chute de 84% à 26 cents. Sa capitalisation boursière a fondu à 97 millions de dollars, soit le prix catalogue d'un A320.

La compagnie va pouvoir ainsi se restructurer sous l'?il de la justice en abaissant ses coûts, notamment salariaux. Ceci à l'abri de ses créanciers. La compagnie est endettée à hauteur de 29 milliards de dollars. La direction a échoué à renégocier les contrats de travail.

Alors que US Airways United Airlines, Delta, Northwest s'étaient toutes retrouvées sous chapitre 11 entre 2002 et 2007, American Airlines est la seule grande compagnie aérienne traditionnelle à l'avoir évité. Continental était dans le même cas mais a été avalée depuis par United (en 2010). Cette fusion suivait celle de Delta et de Northwest en 2008. Un mouvement de consolidation qui avait tenu à l'écart American Airlines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2011 à 14:49 :
Et pourtant leur sigle était AA...encore la preuve que les agences de notation font n'importe quoi
Réponse de le 30/11/2011 à 12:25 :
excellent!
a écrit le 29/11/2011 à 14:35 :
et qui va payer les airbus qu'ils commandent ?? la FED ah ah ptdr
Réponse de le 29/11/2011 à 15:13 :
Bonne question.....................la plus grosse vente d?Airbus à une compagnie en faillite.........................comme vous, je pose la question. Si Airbus sen fout alors je leur commande un A380 juste pour décorer dans mon jardin.
a écrit le 29/11/2011 à 14:02 :
Airbus Industries va pouvoir vendre ses avions à American Airlines. Ils seront payés par la Coface et qui sait ensuite ce qui se produira. Certainement, comme souvent: les contribuables français hériteront de la facture.
Il est surprenant de constater qu'en France, personne (surtout pas les médias) ne s'inquiète de ce que nous coûte cette Coface...Jean-Claude Meslin
Réponse de le 29/11/2011 à 15:01 :
C'est probablement par ce que tu es le seul en France à ne pas savoir comment fonctionne la coface... ou les autres assurances crédit... PTDR!!
Pour info c'est une assurance 100% privé... elle ne te coute rien... mais bon c'est pas grave... avant de commenter la prochaine fois... tu réfléchiras...
Pour info :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnie_française_d'assurance_pour_le_commerce_extérieur
Réponse de le 29/11/2011 à 15:29 :
... Mais la coface est une filliale à 100% de Natixis. Et in fine, si Natixis dépose son bilan, l'état paiera la facture parce qu'une banque sera toujours sauvé par l'état, contrairement à une compagnie aérienne !!!
Réponse de le 29/11/2011 à 17:20 :
Raph, avant d'etaler ton ignorance, renseignes toi sur les garanties publiques gérées par la Coface pour le compte de l'Etat : tu vas voir de belles surprises et tu rengaineras ton arrogance.
Réponse de le 29/11/2011 à 17:37 :
Merci Relativié et Sly. Lorsque j'habitais aux USA (21 ans) les médias US se marraient des avatars des français qui vendaient de l'armement à différents pays (surtout en Amérique du Sud) et n'étaient pas payés. Ce matériel ne revenait pas en France (d'après eux et je n'ai pas vérifié). Chacun peut penser ce qu'il veut. JCM

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :